Liège-Bastogne-Liège 2021 : notre présentation complète de la 107e édition masculine

Le triptyque ardennais se conclut ce dimanche sur la classique la plus relevée du printemps. Plus de 250 kilomètres et près de 3 700 mètres de dénivelé s’annoncent pour désigner le vainqueur de la reine des classiques ardennaises. L’épreuve sera encore plus relevée suite à l’ajout d’une nouvelle côte, et annonce une belle bagarre entre grimpeurs après une première joute intense sur le Mur de Huy, mercredi.

Le parcours

Sur plus de 250 kilomètres, cette 107e édition de Liège-Bastogne-Liège reprendra en majeure partie les routes de l’an dernier, avec toutefois quelques ajustements. L’épreuve démarrera comme d’habitude sur la Place Saint-Lambert à Liège, pour une longue descente (façon de parler…) vers Bastogne. Car les côtes non-répertoriées vont s’enchaîner jusqu’à Bastogne, avec notamment la côte de la Roche-en-Ardenne (2,8 km à 6,2% de moyenne) et un passage au point méridional de la classique après 100 kilomètres. La remontée vers Liège sera évidemment plus difficile, avec le Mur Saint-Roch comme premier juge de paix à près de 135 kilomètres du but. Ses pentes à 19% feront déjà chavirer les jambes chancelantes, avant l’enchaînement le plus complexe à hauteur de Vielsalm.

Les côtes ne vont jamais cesser d’apparaître à l’horizon des coureurs dès la côte de Mont-le-Soie, à 95 kilomètres de l’arrivée. Cette ascension annonce la couleur, mais ne sera qu’une petite butte avant l’enchaînement traditionnel de la côte de Wanne, celle de Stockeu (1 km à 12,5% de moyenne), et celle de la Haute-Levée, le tout en moins de trente bornes. Après un long faux-plat montant jusque Francorchamps, le peloton filera vers Spa via le long col du Rosier (4,4 kilomètres à près de 6%). Les coureurs découvriront alors une nouvelle ascension, vers le village de Desnié. Cette côte de 1,6 km à 8,1% de moyenne permettra encore de fatiguer les organismes après plus de 200 kilomètres de course.

La descente qui suit sera en outre légèrement plus technique pour l’approche de la côte de la Redoute, le troisième mur de cette Doyenne avec ses passages à plus de 13%, avec un vent qui s’annonce en prime de face. Le peloton redescendra vers la côte des Forges, pour une nouvelle butte qui pourra bousculer le peloton, avant l’ultime ascension de la côte de la Roche-aux-Faucons, et ses passages à 15%. Le sommet n’est toutefois pas le véritable sommet de cette colline surplombant Liège. Après une courte descente, le peloton enchaînera une côte de quelques hectomètres à 6% de moyenne, avant un faux-plat montant menant au Sart-Tilman. La descente vers l’arrivée sera en prime technique et pourra profiter aux coureurs audacieux. Le dernier kilomètre est une nouvelle fois indiqué au pied de cette descente, avec une arrivée sur le Quai des Ardennes, comme l’an dernier.

En raison de la crise sanitaire du Covid-19, l’organisation demande au public de suivre la course à la télévision, et d’éviter les rassemblements de plus de quatre personnes sur le bord des routes. Pour cette raison, nous ne diffusons pas de carte interactive, ni d’itinéraire-horaire complet de l’épreuve.

Départ fictif : 10h00 sur la Place Saint-Lambert à Liège

Départ réel : 10h15 sur la N30 à Chênée, après 6,8 kilomètres en défilé

Distance : 259,1 kilomètres

Les difficultés du jour :
Km 76,0 : Côte de La Roche-en-Ardenne (2,8 kilomètres à 6,2% de moyenne) – Passage vers 12h12
Km 123,3 : Côte de Saint-Roch (1 km à 11,2%) – Passage vers 13h25
Km 164,1 : Côte de Mont-le-Soie (1,7 km à 7,9%) – Passage vers 14h27
Km 172,4 : Côte de Wanne (3,6 km à 5,1%) – Passage vers 14h40
Km 179,0 : Côte de Stockeu (1 km à 12,5%) – Passage vers 14h50
Km 183,2 : Côte de la Haute-Levée (2,2 km à 7,5%) – Passage vers 14h57
Km 197,4 : Col du Rosier (4,4 km à 5,9%) – Passage vers 15h19
Km 210,8 : Côte de Desnié (1,6 km à 8,1%) – Passage vers 15h39
Km 223,9 : Côte de la Redoute (2 km à 8,9%) – Passage vers 15h59
Km 235,8 : Côte des Forges (1,3 km à 7,8%) – Passage vers 16h18
Km 245,8 : Côte de la Roche-aux-Faucons (1,3 km à 11%) – Passage vers 16h33

Arrivée : vers 16h55 sur le Quai des Ardennes (N633) à Liège

Carte Liège-Bastogne-Liège - Hommes 2021

Profil Liège-Bastogne-Liège - Hommes 2021

Les favoris

La Flèche Wallonne a permis de remettre de l’ordre dans la liste des favoris en vue de cette Doyenne. L’épreuve hutoise n’a pas le même profil, mais elle permet de définir l’état de forme de ceux qui risquent encore de mener la vie dure au reste du peloton ce dimanche. Vainqueur de cette Flèche Wallonne et rassuré sur sa condition après un printemps doux-amer, le champion du monde Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) aura logiquement la pancarte à l’aube de cette Doyenne. Le coureur français souhaitera certainement prendre sa revanche sur l’édition 2020 traumatisante, durant laquelle il avait célébré trop tôt sa victoire sur le Quai des Ardennes face à Primoz Roglic, avant d’être finalement déclassé en raison d’une manœuvre dangereuse sur Marc Hirschi et Tadej Pogacar. Alaphilippe a bien repris confiance sur la Flèche, et comptera sur une équipe solide pour cette édition. Son habituel équipier Dries Devenyns saura le replacer comme il faut sur les juges de paix, pendant que Mauri Vansevenant jouera les protecteurs dans les offensives tardives.

Primoz Roglic (Jumbo-Visma), deuxième de la Flèche Wallonne, sera évidemment l’autre grand favori de cette épreuve. Vainqueur sortant à Liège, le Slovène a montré sur le Mur de Huy sa grande condition, et un esprit offensif qui peut lui permettre de faire la différence dans le final explosif qui s’annonce entre la Redoute et l’arrivée. Avec Jonas Vingegaard et Sam Oomen pour le protéger dans ce final, Roglic doit surtout compter sur son explosivité, plus que sur ses talents de descendeur vers Liège. Son compatriote Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) aura la hargne sur cette Doyenne, lui qui a été frustré de ne pas pouvoir participer à la Flèche Wallonne en raison de cas positifs au Covid-19 dans son équipe. À la place du Mur de Huy, Pogacar et ses équipiers ont repéré le final de Liège-Bastogne-Liège, à un rythme soutenu, pour éviter de perdre le rythme. Le Slovène aura donc faim. Et avec Marc Hirschi (certes moins en verve depuis le début du printemps) et Davide Formolo pour l’épauler, « Pogi » fera un favori de prestige ce dimanche.

S’il va fêter ses 41 ans ce dimanche, Alejandro Valverde (Movistar) a prouvé sur la récente Flèche Wallonne qu’il avait encore les jambes pour célébrer sur les Ardennaises. L’Espagnol peut profiter de son expérience pour tenir les bonnes roues dans le final, mais sur une telle classique, il lui faudra un punch supplémentaire pour survivre au-delà de la Roche-aux-Faucons. Et il faudra également que son équipe réalise une meilleure course protectrice que sur la Flèche Wallonne, au risque que Valverde use trop d’énergie pour se replacer dans les derniers kilomètres. Autre coureur expérimentée, le Canadien Michael Woods (Israel Start-up Nation), 4e de la dernière Flèche Wallonne et déjà 2e de Liège-Bastogne-Liège (en 2018), espère également être dans le bon coup dans les derniers kilomètres, et peut surprendre sur une pente aussi abrupte que la Roche-aux-Faucons.

Chez INEOS Grenadiers, on jouera une triple carte. Le Britannique Tom Pidcock découvrira les pentes de la Doyenne à seulement 21 ans. S’il a été moins en verve qu’attendu sur la Flèche Wallonne, après notamment une chute dans le dernier tour, Pidcock trouvera des routes qu’il apprécie ce dimanche. Il sera toutefois intéressant de voir si le jeune coureur peut tenir plus de 250 kilomètres à un tel niveau, surtout après la Redoute. INEOS Grenadiers pourra tout de même se rabattre sur Adam Yates, certes reconnu pour ses attaques en haute montagne qu’en classique, ou sur Richard Carapaz, à l’offensive depuis une semaine sur ce triptyque ardennais et qui semble monter en grade au fil des jours.

S’il parvient à se replacer au bon moment comme sur l’Amstel Gold Race, l’Allemand Maximilian Schachmann (Bora-Hansgrohe) fera également un candidat à la victoire sur ces routes ardennaises, notamment avec Patrick Konrad et Wilco Kelderman pour le replacer dans les derniers kilomètres, ou au moins jouer l’offensive dans d’éventuelles attaques anticipatives. De même pour David Gaudu (Groupama-FDJ), capable de créer la surprise sur des pentes abruptes, ou pour Jakob Fuglsang (Astana-Premier Tech), plus discret en ce début de saison mais toujours dangereux sur les Ardennaises.

La liste des partants : cliquez ici pour découvrir la liste des partants

Palmarès :
2011 Philippe Gilbert (BEL)
2012 Maxim Iglinskiy (Kaz)
2013 Daniel Martin (Irl)
2014 Simon Gerrans (Aus)
2015 Alejandro Valverde (Esp)
2016 Wout Poels (P-B)
2017 Alejandro Valverde (Esp)
2018 Bob Jungels (Lux)
2019 Jakob Fuglsang (Dan)
2020 Primoz Roglic (Slo)

La météo

Le ciel sera principalement sec avec des périodes ensoleillées et quelques nuages pour agrémenter la journée. Les maxima se situeront entre 8 et 10°C en matinée et jusqu’à 12°C dans l’après-midi. Le vent sera modéré à assez fort de secteur nord-est tout au long de la journée, soufflant entre 15 et 25 km/h.

Les directs TV

  • En direct dès 12h50 sur Tipik, puis dès 14h15 sur La Une et RTBF Auvio, avec les commentaires de Rodrigo Beenkens et Cyril Saugrain
  • En direct dès 14h25 sur Één et Sporza.be, avec les commentaires de Michel Wuyts et José De Cauwer
  • En direct dès 13h25 sur France TV Sport, et dès 15h35 sur France 3, avec les commentaires d’Alexandre Pasteur, Laurent Jalabert et Marion Rousse
  • En direct dès 13h25 sur Eurosport 2, Eurosport Player et GCN Race Pass

Graphiques : ASO/Geoatlas

Pin It on Pinterest