Amstel Gold Race – Femmes : Vos est bien la reine du peloton

Une course animée et rapide, de bout en bout : l’Amstel Gold Race féminine a été une bataille rangée entre favorites, qui se sont disputées la victoire à la pédale dans les derniers mètres. Avec une dernière charge de Marianne Vos (Jumbo-Visma), pourtant battue dans le Cauberg, pour aller conquérir une nouvelle classique. Sa 233e victoire sur route !

Cette septième édition de l’Amstel Gold Race féminine annonçait une épreuve fermée, avec les équipes des favorites annoncées aux avant-postes pour contrôler le peloton sur un circuit connu et reconnu autour du Cauberg. Et pourtant, dès le kilomètre 0, les attaques n’ont cessé de mener la vie dure aux équipières de ces favorites. Aucune équipe ne parvenait vraiment à prendre les commandes d’une classique où, avant même la mi-course, la championne du monde Anna van der Breggen (SD Worx), certes annoncée malade durant la semaine, mais aussi Demi Vollering (SD Worx), Katarzyna Niewiadoma (Canyon//SRAM Racing) ou encore Ruth Winder (Trek-Segafredo) se sont déjà montrées à l’offensive sur l’une des vingt-et-une côtes prévues tout au long de la matinée.

Sur une telle course difficile à contrôler, l’objectif des candidates à la victoire restait donc d’être à l’avant, quoi qu’il arrive. «Je m’attendais à une course difficile, mais c’était encore plus dur que ce que j’imaginais. Beaucoup plus de coureuses voulaient tenter leur chance sur une telle course en circuit, et cela a attaqué dès le départ. On a dû être à un rythme très haut tout au long de la course», confirme Marianne Vos (Jumbo-Visma), toujours bien accompagnée dans les deux derniers tours face aux SD Worx et Trek-Segafredo, les équipes les plus scrutées dans le final. Et malgré l’enchaînement des offensives, un peloton réduit d’une vingtaine d’unités parvenait toujours à se regrouper à l’approche du Cauberg, l’ascension qui attirait tous les regards.

«On aurait pu arriver à deux»

L’offensive en solitaire de Grace Brown (BikeExchange), de l’avant-dernier passage du Cauberg jusqu’au pied de la dernière montée de Valkenburg, ne changeait rien au scénario attendu : une bataille entre favorites sur ces deux derniers kilomètres. L’explosivité de Katarzyna Niewiadoma (Canyon//SRAM Racing) et de la leader du WorldTour féminin Elisa Longo Borghini (Trek-Segafredo) semblait suffisant pour faire basculer la course, mais les deux femmes de tête ne parvenaient pas à trouver un accord, et refusaient chacune de prendre des relais. «On s’est peut-être un peu trop regardées dans le final, c’est comme ça… Je me sens un peu désolée pour mes équipières qui ont fait un super boulot tout au long de la course. (…) Je pense qu’on aurait pu arriver à deux, mais c’est la course», se désolait Longo Borghini, qui semblait comme sur le Tour des Flandres la moins encline à prendre des relais. «Être si proche de la victoire et finalement terminer en-dehors du podium, cela fait mal», confiait la vainqueure sortante «Kasia» Niewiadoma, désemparée face à cette coopération inexistante.

«À bout de souffle»

Car les SD Worx avaient encore des cartouches dans la poursuite pour reprendre Longo Borghini et Niewiadoma dans les 300 derniers mètres, mais elles ramenaient en prime celles qui avaient tenté l’offensive sur le Cauberg avant d’exploser comme la championne d’Europe Annemiek van Vleuten (Movistar) ou Marianne Vos (Jumbo-Visma). Les deux Néerlandaises étaient en bonne place pour lancer ce sprint à dix sur le faux-plat descendant de Vilt. «J’étais un peu à bout de souffle dans le dernier tour. Mais quand je suis arrivée pour l’emballage final, il me restait cette énergie supplémentaire dans les derniers hectomètres qu’on connaît à l’approche d’un sprint», sourit Marianne Vos.

Et comme sur Gand-Wevelgem, la leader des «abeilles» de Jumbo-Visma sortait son meilleur punch pour s’isoler dans les 50 derniers mètres, et remporter sa première Amstel Gold Race, malgré un retour rapide de Demi Vollering sur la toute fin. «Oui, elle a failli revenir, mais j’étais confiante dans mon sprint», répond Vos, qui signe sa deuxième victoire de la saison, sur une deuxième classique en prime ! À 33 ans, la multiple championne du monde confirme toute son expérience, elle qui a su patienter au sommet du Cauberg sans se mettre dans le rouge, pour ensuite briller au sprint. Elle signe à Vilt son 233e succès professionnel sur route, sur des routes qui lui avaient permis de devenir pour la 2e fois championne du monde en 2012. «Rouler sur le Cauberg et sur la ligne d’arrivée, cela m’a remémoré les bons souvenirs de mon titre. (…) C’est très chouette d’être de retour, et c’est encore mieux avec la victoire», confirme la meilleure cycliste féminine de l’histoire.

Résultats de la 7e édition féminine de l’Amstel Gold Race (Vilt > Vilt, 116.3 km) :

  1. Marianne Vos (P-B, Team Jumbo-Visma Women) en 3h00:20
  2. Demi Vollering (P-B, SD Worx)
  3. Annemiek van Vleuten (P-B, Movistar Team)
  4. Amanda Spratt (Aus, Team BikeExchange)
  5. Soraya Paladin (Ita, Liv Racing)
  6. Mavi García (Esp, Alé BTC Ljubljana)
  7. Cecilie Uttrup Ludwig (Dan, FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope)
  8. Elisa Longo Borghini (Ita, Trek-Segafredo Women)
  9. Ashleigh Moolman (Afs, SD Worx)
  10. Katarzyna Niewiadoma (Pol, Canyon//SRAM Racing)

Photo : capture NOS

Pin It on Pinterest