Oxyclean Classic Bruges-La Panne : pas de rafales, pas de bordures, mais un Bennett dans le vent

Sam Bennett a fait démonstration de sa pointe de vitesse sur l’Oxyclean Classic Bruges-La Panne, devant le Belge Jasper Philipsen.
Jasper Philipsen Sam Bennett Pascal Ackermann - Podium Hommes Oxyclean Classic Bruges-La Panne 2021 - Bora-Hansgrohe Bettiniphoto.jpg

Malgré le vent soufflant dans les «Moeren», malgré les obstacles routiers et autres rétrécissements de rue dans les derniers kilomètres, un sprint massif a conclu à nouveau l’Oxyclean Classic Bruges-La Panne. Pour cette quatrième édition dessinée en un jour, l’Irlandais Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step) y a fait démonstration de sa pointe de vitesse devant le jeune Belge Jasper Philipsen (Alpecin-Fenix), tout proche d’un premier succès sur une classique.

Après le spectacle dans les bourrasques d’octobre dernier, avec des dizaines de bordures se créant face au souffle déchaîné d’Éole, beaucoup attendaient cette nouvelle édition de l’Oxyclean Classic Bruges-La Panne pour son parcours totalement plat et sur des routes découvertes. Le vent a soufflé jusqu’à 30 km/h ce mercredi, mais sur la Côte belge, cela n’a pas suffi à provoquer les bordures de l’an dernier. Déjà, le soleil était bel et bien présent pour réchauffer le peloton. Et dans les «Moeren», cette ligne droite de près de cinq kilomètres soufflée par les rafales, le vent se voulait plus calme que prévu. D’ailleurs, les maigres tentatives d’attaques n’ont jamais mené à un écart de plus de trente secondes avec un peloton décidé à se disputer la victoire au sprint.

«Le vent n’était pas assez fort»

«Certaines équipes ont tenté de provoquer des cassures, mais leurs efforts ont heureusement été infructueux», rapporte ainsi Pascal Ackermann, troisième de l’épreuve. «Le vent n’était pas assez fort pour faire la différence. Mais dans les derniers kilomètres, le peloton était très étiré et il y avait beaucoup de virages et de passages dangereux avant la dernière ligne droite», continue le sprinter allemand, confirmant la réputation dangereuse de ce final sur des routes sinueuses et où les obstacles routiers s’enchaînent. Heureusement que des signaleurs et autres plots de nouvelle génération étaient présents pour éviter de trop nombreuses chutes sur ces chemins étroits.

Des obstacles routiers qui interpellent

Tout s’est donc joué sur cette ultime ligne droite. L’Irlandais Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step), favori annoncé, était parfaitement lancé par sa formation, et plus particulièrement par son poisson-pilote danois Michael Mørkøv. Même le lancement du sprint par le Belge Jasper Philipsen (Alpecin-Fenix) à 250 mètres de la ligne ne perturbait pas le coureur le plus rapide du moment. «Philipsen a lancé assez tôt mais je sentais qu’il y avait un vent de face. Du coup, je devais attendre plus longtemps. Je ne me suis pas concentré sur mes adversaires durant ce sprint, j’ai juste regardé à ma performance. C’est une victoire importante pour moi et pour l’équipe, surtout car il s’agit de mon premier succès sur une course d’un jour de niveau WorldTour», se réjouit Bennett au micro de la VRT.

Le vainqueur du jour s’est toutefois désolé de ces obstacles dans le final : «Il y avait trop d’obstacles dans le final, surtout en vue d’un sprint massif. C’est une course importante, et tout le monde est sous pression et veut faire un bon résultat. Il ne devrait pas y avoir tout cela dans la finale».

Philipsen : «Mes jambes étaient vides»

Deuxième du jour, Jasper Philipsen n’était pas loin de surprendre Bennett pour aller lever les bras sur sa première classique. Mais le sprinter belge de 23 ans n’avait pas les jambes suffisantes pour devancer le grand favori du jour. «Mes jambes étaient complètement vides», lâche-t-il au micro de la VRT. «Je suis heureux d’avoir pu participer à nouveau à un sprint de ce type, et j’espère avoir franchi un cap en vue des prochaines courses». Philipsen fait en effet de Gand-Wevelgem un objectif, avant des participations sur À Travers la Flandre et le GP de l’Escaut, sur lesquels il compte encore prendre de l’expérience et s’afficher à nouveau sur un podium.

Découvrez notre présentation complète de la 4e édition féminine, disputée ce jeudi 25 mars

Résultats de la 45e édition de l’Oxyclean Classic Bruges-La Panne (Bruges > La Panne, 203.9 km) :

  1. Sam Bennett (Irl, Deceuninck-Quick Step) en 4h27:40
  2. Jasper Philipsen (Bel, Alpecin-Fenix)
  3. Pascal Ackermann (All, Bora-Hansgrohe)
  4. Giacomo Nizzolo (Ita, Team Qhubeka ASSOS)
  5. Timothy Dupont (Bel, Bingoal-Wallonie Bruxelles)
  6. Hugo Hofstetter (Fra, Israel Start-up Nation)
  7. Cees Bol (P-B, Team DSM)
  8. Michael Mørkøv (Dan, Deceuninck-Quick Step)
  9. Elia Viviani (Ita, Cofidis)
  10. Stanislaw Aniolkowski (Pol, Bingoal-Wallonie Bruxelles)

Cliquez ici pour découvrir les résultats complets

Photo : BORA-Hansgrohe/Bettiniphoto

Total
0
Shares

Les commentaires sont fermés.

Précédent article

Oxyclean Classic Bruges-La Panne 2021 : notre présentation complète de la 4e édition féminine

Article suivant
Rodrigo Beenkens - RTBF - CyclismeRevue

La Tête dans le Guidon : on parle télévision et commentaires avec Rodrigo Beenkens

Articles similaires
Le champion du monde Mathieu van der Poel (Alpecin-Deceuninck) lors de la Coupe du monde de cyclo-cross à Anvers, le 23 décembre 2023. - Photo : Alain Vandepontseele/Alain VDP Photography

Mathieu van der Poel préfère la course sur route au VTT aux Jeux olympiques de Paris : le choix de la raison

Le champion du monde sur route préfère limiter son nombre de jours de course et disputer le Tour de France en vue de la course sur route des Jeux olympiques de Paris, sur laquelle il espère obtenir la médaille d'or. Il fait donc officiellement une croix sur le VTT cross-country, après une tentative manquée à Tokyo, trois ans plus tôt.
Lire plus
Mathieu van der Poel (Alpecin-Deceuninck) remporte le Tour des Flandres 2024 - Photo : capture Eurosport

Tour des Flandres : comment Alpecin-Deceuninck et Lidl-Trek ont maîtrisé pour les succès de Van der Poel et Longo Borghini

Le champion du monde Mathieu van der Poel a profité du travail de sa formation en amont, avant de filer en solitaire à plus de 40 kilomètres de l'arrivée, pour s'offrir sa troisième victoire sur le Tour des Flandres, là où la championne d'Italie Elisa Longo Borghini a bénéficié du boulot tactique de l'équipe Lidl-Trek pour glaner un deuxième succès à Audenarde.
Lire plus
Total
0
Share