Strade Bianche : Van den Broek-Blaak et Van der Poel, les Hollandais volants de Sienne

Une leçon collective des SD Worx pour mener à la victoire de l’ex-championne du monde Chantal van den Broek-Blaak, et une leçon de puissance du champion des Pays-Bas Mathieu Van der Poel vers Sienne : le Strade Bianche a bien des allures de sixième monument.

La leçon des SD Worx

Une nouvelle fois, comme sur le Circuit Het Nieuwsblad en ouverture de la saison belge des classiques, l’équipe néerlandaise SD Worx (ex-Boels-Dolmans) s’annonçait comme l’armada à vaincre sur les « routes blanches » de Toscane. Et les favorites faisaient honneur à leur statut. Premier étage de la fusée : la Néo-Zélandaise Niamh Fisher-Black. À près de 60 kilomètres du but, à la mi-course, la jeune grimpeuse lançait une attaque avec la championne de Belgique Lotte Kopecky (Liv Racing), de quoi mettre la pression sur les autres formations du WorldTour féminin. Reprise à 36 kilomètres du but, Fisher-Black cédait le témoin à Chantal van den Broek-Blaak (SD Worx) qui suivait une offensive de huit filles, avant de suivre trois autres attaquantes, Mavi Garcia (Alé BTC Ljubljana), Sabrina Stultiens (Liv Racing) et Ellen van Dijk (Trek-Segafredo).

À une vingtaine de kilomètres de l’arrivée, un regroupement s’opérait avec les autres favorites de l’épreuve, et les SD Worx se retrouvaient à nouveau en supériorité numérique : Van den Broek-Blaak retrouvait la championne du monde Anna van der Breggen, vainqueure au Nieuwsblad, la championne sud-africaine Ashleigh Moolman-Pasio et la Néerlandaise Demi Vollering. Et cela leur permettait de tenir la distance dans le final. Les femmes en mauve menaient la poursuite sur les offensives se multipliant dans les quinze derniers kilomètres, avant que Van den Broek-Blaak attaque à six bornes de l’arrivée avec la championne d’Italie Elisa Longo-Borghini (Trek-Segafredo). Le coup parfait : Van den Broek-Blaak restait longtemps dans la roue de Longo Borghini et derrière, personne ne parvenait à s’entendre en poursuite pour rejoindre les deux femmes de tête qui se disputaient le succès dans le mur final de Sienne.

Et sans autre préavis, l’ex-championne du monde néerlandaise accélérait en danseuse sur les passages à deux chiffres de cette montée vers la Piazza del Campo. « Cela m’offre beaucoup de bonheur, mais cette victoire est arrivée par surprise pour moi. C’était un véritable travail collectif », confirmait Chantal van den Broek-Blaak à l’arrivée. « Nous avions prévu un plan hier, et tout s’est passé parfaitement dès le départ. Nous étions à quatre dans un groupe d’onze coureuses dans le final, donc on devait jouer la carte du surnombre. C’était mon travail d’essayer, et d’essayer encore. Quand Elisa (Longo Borghini) m’a rejointe, je n’étais plus autorisée à rouler. C’était intéressant, car normalement, je ne parviendrais pas à la suivre dans une telle montée. J’avais un peu peur d’elle. Puis dans le dernier kilomètre, j’ai senti qu’elle allait craquer, et que j’en avais encore dans le réservoir. Cela me permet d’obtenir l’une des plus belles victoires de ma carrière ».

Le triomphe des SD Worx était complet avec la troisième place obtenue par Anna van der Breggen, après avoir détrônée toutes ses rivales dans le mur final. La championne de Belgique Lotte Kopecky, grande animatrice de cette course offensive, terminait pour sa part en dix-septième position. Sur une course qui faisait toutefois la part belle aux grimpeuses explosives, Kopecky peut déjà se satisfaire de cette place, et se rassurer quant à la suite du printemps.

Résultats de la 7e édition du Strade Bianche féminin (Sienne > Sienne, 136 km) :

  1. Chantal van den Broek-Blaak (P-B, Team SD Worx) en 3h54:40
  2. Elisa Longo Borghini (Ita, Trek-Segafredo) à 0:07
  3. Anna van der Breggen (P-B, Team SD Worx) à 0:09
  4. Annemiek van Vleuten (P-B, Movistar Team) à 0:11
  5. Cecilie Uttrup Ludwig (Dan, FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope)
  6. Demi Vollering (P-B, Team SD Worx)
  7. Marianne Vos (P-B, Team Jumbo-Visma Women) à 0:23
  8. Marta Cavalli (Ita, FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope) à 0:27
  9. Katarzyna Niewiadoma (Pol, Canyon//SRAM Racing) à 0:30
  10. Ellen van Dijk (P-B, Trek-Segafredo) à 0:32

-> Les résultats complets du Strade Bianche féminin

Le trio flandrien a répondu présent

Que d’émotions sur cette première grande classique de la saison ! Certes, le Circuit Het Nieuwsblad ouvre la saison belge sur des pavés et monts qui marqueront le peloton jusqu’au mois d’avril. Mais sur des « routes blanches » d’un autre temps, le Strade Bianche apparaît comme le sixième monument, celui que les Flandriens, les grimpeurs ou les puncheurs peuvent rêver de remporter. Des descentes techniques et sinueuses, des « muri », des routes de graviers… Ce panel complet permet à bon nombre de coureurs de croire en un succès à Sienne. Même si au départ de cette quinzième édition, ils étaient trois à sortir du lot : l’animateur de Kuurne-Bruxelles-Kuurne Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix), l’animateur du Circuit Het Nieuwsblad Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) et le vainqueur sortant du Strade Bianche Wout van Aert (Jumbo-Visma), de retour en compétition.

Et ce sont bien ces trois hommes qui sortaient du bois à plus de 50 kilomètres de l’arrivée. Van Aert forçait la décision après une première offensive de Greg Van Avermaet (Ag2r Citroën Team) et Davide Formolo (UAE Team Emirates), et s’isolait dans le groupe de tête avec le champion du monde Julian Alaphilippe puis le champion néerlandais Mathieu Van der Poel. Ils étaient ensuite rejoints par le vainqueur du dernier Tour de France Tadej Pogacar (UAE Team Emirate), le vainqueur du Tour 2019 Egan Bernal (INEOS Grenadiers), son équipier Tom Pidcock (INEOS Grenadiers), l’outsider autrichien Michael Gogl (Qhubeka ASSOS) et la pépite américaine Quinn Simons (Trek-Segafredo), rapidement éliminé de la course sur crevaison puis sur chute.

Le groupe restait compact jusqu’au neuvième des onze secteurs programmés, à Monteaperti. Alaphilippe tentait sa chance, et menait à la disparition de Van Aert, finalement revenu près de cinq kilomètres plus loin. Puis dans le dernier secteur du Tolfe, place à Van der Poel, qui accélérait avec une explosivité sans pareille, et qui s’isolait avec Alaphilippe puis Bernal dans sa roue !

Les trois hommes allaient se disputer la victoire à Sienne, une quinzaine de kilomètres plus loin. Et comme dans Le Tolfe, Van der Poel affolait les compteurs de puissance d’une accélération en danseuse particulièrement impressionnante. Le champion néerlandais avait tout le loisir de profiter des 100 derniers mètres en descente jusqu’à la Piazza del Campo.

« Le Strade Bianche est l’une des courses que je voulais absolument gagner », confirmait Van der Poel à l’arrivée. Lui qui avait déjà signalé en conférence de presse qu’il avait un os à ronger avec cette course sur laquelle il avait connu une bonne dose de malchance et de mauvaise forme… « Sur la dernière section blanche, j’ai placé une attaque, et je me suis retrouvé avec Alaphilippe et Bernal à mes côtés. Je sentais sur le mur final que j’avais encore quelque chose dans les jambes. C’est super d’être parvenu à la victoire ».

Van der Poel avait également bien analysés ses rivaux : « J’ai remarqué qu’Alaphilippe commençait à fatiguer. Il disait que ses jambes étaient moins bonnes et a passé quelques relais. Bernal, par contre, m’a fait très forte impression ». Le Colombien a en effet été la grande surprise de ce Strade Bianche, confirmant son esprit offensif qui peut faire des dégâts au-delà des courses par étapes. Tandis que Wout van Aert terminait comme premier poursuivant, en quatrième position : une confirmation que le coureur belge a déjà les jambes en place pour préparer un printemps qui s’annonce spectaculaire.

Résultats de la 15e édition du Strade Bianche masculin (Sienne > Sienne, 186 km) :

  1. Mathieu Van der Poel (P-B, Alpecin-Fenix) en 4h40:29
  2. Julian Alaphilippe (Fra, Deceuninck-Quick Step) à 0:05
  3. Egan Bernal (Col, INEOS Grenadiers) à 0:51
  4. Wout van Aert (BEL, Team Jumbo-Visma) à 0:51
  5. Tom Pidcock (G-B, INEOS Grenadiers)
  6. Michael Gogl (Aut, Team Qhubeka ASSOS)
  7. Tadej Pogacar (Slo, UAE Team Emirates)
  8. Simon Clarke (Aus, Team Qhubeka ASSOS) à 2:25
  9. Jakob Fuglsang (Dan, Astana-Premier Tech)
  10. Pello Bilbao (Esp, Bahrain-Victorious) à 2:39

-> Les résultats complets du Strade Bianche masculin

Photos : RCS Sport/La Presse/Gian Mattia d’Alberto

Pin It on Pinterest