L’UCI dévoile (presque) le nouveau calendrier : le Tour en septembre, le Giro en octobre, la Vuelta ensuite

L’Union Cycliste Internationale (UCI) a dévoilé ce mercredi les grandes lignes du calendrier remanié de la saison masculine de cyclisme sur route : les trois Grands Tours s’enchaîneront entre fin août et novembre, les grandes classiques doivent encore trouver une nouvelle date et les Mondiaux restent calés en fin septembre. Par contre, pour les dames, il faudra attendre la mi-mai avant de découvrir un semblant de calendrier pour cette fin de saison très particulière.

Le quotidien Le Dauphiné avait annoncé la couleur ce mardi : le Tour de France sera délocalisé du mois de juillet au mois de septembre suite aux mesures de confinement qui devraient être prolongées concernant les grands événements jusqu’à la mi-juillet. La mesure a été confirmée par le président français Emmanuel Macron, ASO n’avait donc d’autre choix que de confirmer les nouvelles dates de la Grande Boucle, qui se déroulera finalement du 29 août au 20 septembre 2020, toujours entre Nice et Paris, sur les 21 étapes initialement prévues au début de l’été. L’Union Cycliste Internationale (UCI) a suivi le mouvement, annonçant les nouvelles dates du calendrier cycliste masculin pour cette fin de saison, après une nouvelle réunion en visioconférence avec les représentants des organisations (AIOCC), des équipes (AIGCP) et des coureurs (CPA).

L’UCI annonce tout d’abord qu’aucune course cycliste ne se déroulera avant le 1er juillet 2020, et qu’aucune épreuve du circuit WorldTour ne se déroulera avant le 1er août. Ensuite, il se confirme que les championnats nationaux se dérouleront durant le week-end des 22 et 23 août. Le Tour de France se déroulera bien du 29 août au 20 septembre, et empiétera donc sur les championnats du monde, organisés à Aigle (où se situe le siège de l’UCI) et Martigny en Suisse, du 20 au 27 septembre, mais aussi sur les championnats d’Europe, conservés du 9 au 13 septembre.

Les monuments en priorité

Le Tour d’Italie se déroulera après les championnats du monde, à des dates encore inconnues, et sera suivi du Tour d’Espagne, qui pourrait donc se dérouler jusqu’en novembre, si on suit cette logique de courses qui ne se chevauchent pas. Et ce n’est pas tout : il faudra encore caser d’ici l’hiver toutes les grandes classiques du printemps et de l’automne (Milan-Sanremo, Tour des Flandres, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie ont la priorité en tant que monuments historiques), mais aussi « le plus grand nombre possible d’épreuves du Calendrier International UCI, et notamment de l’UCI WorldTour », selon les termes de la fédération internationale. Cela annonce donc un beau casse-tête et un grand nombre de courses qui s’estimeront lésées en raison de la concurrence des Grands Tours.

Et les dames ?

Et puis, il reste de grandes oubliées : les cyclistes femmes. Le peloton féminin devra en effet attendre une nouvelle réunion pour qu’un nouveau calendrier cycliste féminin soit homologué d’ici le 15 mai « au plus tard », annonce l’UCI, qui confirme que ce calendrier « restera conditionné à la situation sanitaire mondiale ». Aucun ordre de priorité n’est annoncé, et ASO et Unipublic n’ont pas encore annoncé de nouvelle date pour les pendants féminins de leurs épreuves masculines. ASO a juste confirmé que la Course by le Tour de France se déroulera bien mais « à une date qui reste encore à définir ».

Et au-delà de ces changements de dates, il faudra également que tous les acteurs du cyclisme contemporain s’accordent sur les mesures de sécurité sanitaire à prendre autour des organisations de courses, et sur des futures aides financières afin de sauver certaines équipes, qui ont déjà mis leur staff en chômage temporaire, pour éviter de plomber leurs budgets. La crise est loin d’être terminée et même si l’UCI communique positivement pour rassurer les principaux soutiens de la Petite reine, cette fin de saison 2020 s’annonce comme un exercice d’équilibriste pour la fédération internationale.

Les nouvelles dates du Tour de France 2020 :

29 août – 1re étape : Nice Moyen Pays > Nice (156 km)
30 août – 2e étape : Nice Haut Pays > Nice (187 km)
31 août – 3e étape : Nice >Sisteron (198 km)
1er septembre – 4e étape : Sisteron > Orcières-Merlette (157 km)
2 septembre – 5e étape : Gap > Privas (183 km)
3 septembre – 6e étape : Le Teil > Mont Aigoual (191 km)
4 septembre – 7e étape : Millau > Lavaur (168 km)
5 septembre – 8e étape : Cazères-sur-Garonne > Loudenvielle (140 km)
6 septembre – 9e étape : Pau > Laruns (154 km)
7 septembre – Journée de repos en Charente-Maritime
8 septembre – 10e étape : Ile d’Oléron > Ile de Ré (170 km)
9 septembre -11e étape : Châtellaillon-Plage > Poitiers (167 km)
10 septembre – 12e étape : Chauvigny > Sarran Corrèze (218 km)
11 septembre – 13e étape : Châtel-Guyon > Puy Mary Cantal (191 km)
12 septembre – 14e étape : Clermont-Ferrand > Lyon (197 km)
13 septembre – 15e étape : Lyon > Grand Colombier (175 km)
14 septembre – Journée de repos en Isère
15 septembre – 16e étape : La Tour-du-Pin > Villard-de-Lans (164 km)
16 septembre – 17e étape : Grenoble > Méribel col de la Loze (168 km)
17 septembre – 18e étape : Méribel > La Roche-sur-Foron (168 km)
18 septembre – 19e étape : Bourg-en-Bresse > Champagnole (160 km)
19 septembre – 20e étape : Lure > La Planche des Belles Filles (36 km – contre-la-montre individuel)
20 septembre – 21e étape : Mantes-la-Jolie > Paris Champs-Elysées (122 km)

Photo : UCI

Pin It on Pinterest