Les Jeux Olympiques de Tokyo postposés en 2021 : une aubaine pour la saison cycliste ?

C’est officiel : le Premier ministre japonais Shinzo Abe a demandé au Comité International Olympique (CIO) le report des Jeux Olympiques de Tokyo à l’été 2021, au plus tard, en raison de la crise sanitaire liée à la pandémie de COVID-19. Une décision logique qui pourrait permettre à la saison sur route de reprendre plus calmement. Du moins si la crise ne perdure pas.

C’est une première : une pandémie met à mal l’organisation des prochains Jeux Olympiques, qui connaissent leur premier report depuis les deux guerres mondiales du XXe siècle. « Dans les circonstances actuelles et sur la base des informations fournies aujourd’hui par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le président du CIO et le Premier ministre du Japon ont conclu que les Jeux olympiques de Tokyo doivent être reprogrammés après 2020 et au plus tard à l’été 2021, afin de sauvegarder la santé des sportifs et tous ceux impliqués dans les JO ainsi que la communauté internationale », a confirmé le Comité International Olympique (CIO), soutenant une décision devenue inéluctable après les demandes de report de la part de la fédération internationale d’athlétisme ou encore du comité olympique et paralympique canadien, qui avait annoncé son intention de ne pas envoyer ses athlètes en cas de maintien des Jeux en juillet prochain.

Face au casse-tête sportif qui s’annonçait entre les athlètes encore incertains de se qualifier pour ces JO et celles et ceux qui n’ont pu se préparer au mieux durant cette période critique suite à la pandémie de coronavirus, le CIO et le Japon ont pris la seule décision viable pour assurer une organisation sereine de ce rendez-vous international. Car il s’agit du plus grand événement sportif de la planète, le plus attendu mais aussi le plus préparé. Et sans des sportifs prêts à 100% pour ce rendez-vous, il devenait irresponsable de maintenir un tel événement. Et si un report de quelques semaines avait d’abord été évoqué, c’est bien un report d’un an qui s’annonce de la part du CIO, même si les dates officielles doivent encore être déterminées après de nouvelles réunions entre le comité d’organisation japonais et l’organisme international. Car la complexité d’une telle organisation représente un nouveau défi pour les mois à venir.

Van Avermaet : « Encore plus motivé que jamais en 2021 »

Champion olympique en titre en cyclisme sur route, Greg Van Avermaet (CCC) accueille cette décision avec sérénité. « C’est évidemment décevant de voir les Jeux Olympiques postposés vu qu’il s’agissait d’un grand objectif pour moi cette année », confie d’abord le coureur belge, avant d’ajouter : « Mais je soutiens complètement cette décision, vu qu’il est clair à cet instant que la santé et la sécurité sont prioritaires, et qu’il n’aurait pas été possible d’assurer en toute sécurité un événement tel que les Jeux Olympiques avec des dizaines de milliers de personnes venues du monde entier. Je pense que c’était la seule option possible vu que nous faisons face à tellement d’incertitudes dans les prochains mois. Cela n’aurait pas non plus offert un terrain juste pour chacun, vu que la préparation et l’entraînement de tous les sportifs sont mis en pause actuellement. Même les processus de sélection pour les équipes seraient devenus impossibles à réaliser. (…) Je sais que je serai encore plus motivé que jamais l’an prochain ».

Campenaerts : « Pour ma compagne, pas une si bonne nouvelle »

Victor Campenaerts (NTT), recordman de l’heure et candidat au titre olympique sur le contre-la-montre, estime également que cette décision est bonne. « C’est la seule que les organisateurs pouvaient vraiment prendre », explique-t-il par voie de communiqué. « Je pense que c’est la meilleure décision si on regarde à l’ensemble, bien plus large que le seul monde sportif, et c’est bien que cette annonce soit faite dès maintenant. C’est important pour les athlètes en vue de leur planning et de leur préparation pour ce grand rendez-vous. Pour moi, personnellement, il y a de nombreuses possibilités de briller en tant que cycliste, donc ce qui était déjà une très étrange saison restera encore une étrange saison, ce n’est pas grave. Mais pour ma compagne (NDLR : la nageuse Fanny Lecluyse), c’est très bizarre. Elle était déjà sélectionnée donc maintenant, est-elle toujours sélectionnée pour l’an prochain ? Devra-t-elle se qualifier à nouveau ? Elle comptait prendre sa retraite sportive après ces Jeux Olympiques, et comme on le sait, la natation n’est pas nécessairement aussi lucrative que d’autres sports, donc pour elle, ce n’est pas une si bonne nouvelle ».

Des dates libres dans le calendrier

Pour le calendrier cycliste, cette décision de reporter les Jeux Olympiques peut être une bonne vue du point de vue de l’Union Cycliste Internationale (UCI), en train de se creuser les méninges pour savoir comment reconfectionner ce calendrier 2020 très perturbé. Il faut en effet replacer le Tour d’Italie et les principales classiques printanières dans cette saison raccourcie, et le déplacement des JO pourrait permettre à l’UCI de récupérer quelques dates pour remettre ces courses en place. Le Giro ne pourrait-il pas être ainsi inclus entre le Tour de France et le Tour d’Espagne, quitte à ce que des coureurs différents s’engagent sur ces trois Grands Tours ?

Même si au vu de la crise sanitaire qui se poursuit, et des mesures de confinement généralisées qui se mettent en place partout en Europe, l’idée d’une reprise de la saison cycliste en mai ne semble pas durer, et certains doutes commencent même à émerger du côté d’ASO, organisateur du Tour de France, qui, selon Le Parisien, envisagerait déjà la possibilité d’organiser le Tour sans village départ ou caravane publicitaire, pour éviter de trop grands rassemblements. En Grande-Bretagne, British Cycling a même annoncé qu’aucune course cycliste ne sera organisée d’ici le 30 juin, ce qui a notamment provoqué l’annulation de la manche de la Coupe du monde de VTT prévue à Fort Williams, début juin. Bref, les annonces ne sont pas forcément optimistes ces derniers jours et l’UCI s’attaque à un véritable casse-tête pour assurer une saison 2020 presque normale. Presque.

Photo : Comité olympique Tokyo 2020

Pin It on Pinterest