Triple championne du monde sur piste, Kelly Catlin est décédée à l’âge de 23 ans

Nouvelle dramatique dans le monde du cyclisme féminin : la spécialiste américaine de la piste Kelly Catlin a mis fin à ses jours ce vendredi à l’âge de 23 ans, a révélé son père Mark Catlin à VeloNews.

La nouvelle est tombée ce dimanche soir, par la voix de son père Mark Catlin : Kelly Catlin est décédée ce vendredi à l’âge de 23 ans. La cycliste américaine, vice-championne olympique de poursuite par équipes en 2016 et triple championne du monde de poursuite par équipes (2016, 2017 et 2018), a mis fin à ses jours. Alors qu’elle devait rouler cette saison sous les couleurs de l’équipe Rally-UHC, Kelly Catlin poursuivait également des études universitaires en mathématiques à Stanford. Véritable surdouée, l’Américaine était également connue comme une violoniste de talent et une dessinatrice hors-pair en plus de sa vie de cycliste, débutée à l’âge de 17 ans en raison de blessures multiples lors de ses années de coureuse de fond. Elle ne poursuivra malheureusement pas sa triple carrière, entre la piste, la route et l’université.

« Il n’y a pas un instant où nous ne pensons pas à elle et où nous ne nous disons pas qu’elle aurait pu vivre une vie magnifique. La douleur est indescriptible », explique son père Mark Catlin sur VeloNews, après avoir confirmé le décès de sa fille de 23 ans, deux jours plus tôt. « La nouvelle de la mort de Kelly Catlin est un véritable coup sur la tête. Perdre une incroyable personne à un tel âge est très difficile. Nos sincères condoléances vont à sa famille et ceux qui ont eu la chance de la côtoyer », explique l’équipe Rally-UHC par voie de communiqué.

Selon la sœur de la cycliste, Christine Catlin, une série de chutes, qui ont mené à une fracture du bras et une commotion cérébrale avant l’hiver, ont eu de profondes conséquences sur sa sœur. « Kelly ne pouvait pas s’entraîner comme elle en avait l’habitude », explique-t-elle au Washington Post. « Elle a connu de très sérieux maux de tête et était très sensible à la lumière. Puis elle a tenté de se suicider en janvier… Elle avait écrit un long e-mail [à sa famille] et avait dit que ses pensées concernaient tout le temps la course. Elle était suicidaire, ses pensées étaient très sombres et elle était dans une sorte de nihilisme. Nous avons appelé la police au moment où nous avons reçu l’e-mail, et ils ont pu la sauver à temps », confie-t-elle. Selon le père de Kelly Catlin, la cycliste était notamment dû à un surentraînement, une envie d’en faire toujours plus, et le fait de ne pas comprendre tous les effets de sa commotion cérébrale. « Elle avait juste l’impression qu’elle ne pouvait pas dire non à tout ce qu’on lui demandait d’elle, et c’était sa seule échappatoire », explique encore Christine Catlin.

Kelly Catlin manquera au monde cycliste, et les témoignages s’enchaînent pour témoigner de la grande personne qu’elle était. Toutes nos condoléances vont à ses proches.

► Si vous connaissez une personne aux pensées suicidaires en Belgique ou si vous connaissez ces pensées, n’hésitez pas à suivre les conseils de la plateforme de prévention du suicide, ou à contacter le 0800 32 123

Photo : CC Wikimedia Commons

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 29 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Pin It on Pinterest