Critérium du Dauphiné : les Sky déroulent, Benoot et De Gendt ont déjà le Tour en tête

Geraint Thomas a confirmé le triomphe du Team Sky, ce dimanche, sur la dernière étape du Critérium du Dauphiné vers Saint-Gervais-Mont Blanc. S’il n’a pu remporter d’étape en solo, le Britannique a profité du boulot collectif de sa formation pour remporter le classement général, confirmant la force de frappe de la Sky à moins d’un mois du début du Tour de France. Alors que les coureurs belges ont, eux, surtout mouillé le maillot sans obtenir la consécration.

Il a failli tout perdre sur une crevaison, avant de finalement prouver qu’une équipe est bien nécessaire pour assurer une victoire sur une course par étapes. Victime d’un ennui mécanique dans l’ultime descente de la dernière étape du Critérium du Dauphiné, Geraint Thomas a profité de l’appui de tous ses équipiers pour revenir dans le peloton des favoris mené par les Ag2r-La Mondiale, décidés à bousculer le classement général malgré cette tuile du maillot jaune. Cette tentative des coureurs de Vincent Lavenu a d’ailleurs causé quelques troubles entre Romain Bardet et le leader du général, quant à la légitimité de cette attaque lors d’un problème émanant d’un leader. « Je n’ai pas eu le temps de paniquer », assure pourtant Thomas, qui a encore été attaqué de toutes parts dans la dernière ascension vers le Mont Bettex. « Un équipier m’a dit qu’un Ag2r avait parlé dans l’oreillette quand j’ai eu ma crevaison. Ils ont ensuite accéléré. Mais nous sommes revenus. Je suis très heureux, car c’est la plus belle victoire de ma carrière. Je n’imaginais pas gagner une épreuve aussi montagneuse quand je faisais encore de la piste ».

Six ans après ses derniers titres olympiques sur la piste, Thomas savoure son premier succès en tant que rouleur-grimpeur. Certes bien aidé par le contre-la-montre par équipes largement dominé par le Team Sky, le Gallois de 32 ans a été boosté par une formation bien en place dans les cols pour survivre en tête du classement général, malgré les victoires de Dan Martin (UAE Team Emirates) et Adam Yates (Mitchelton-Scott) sur les deux dernières étapes alpestres. Cela ne doit toutefois pas encore donner des ailes à la Sky. L’équipe aura un autre visage avec notamment le vainqueur du Giro Chris Froome et certainement le jeune grimpeur colombien Egan Bernal, et devra surtout assurer un statut de favori. Au vu du caractère offensif dévoilé par les adversaires de l’équipe britannique sur ce Dauphiné, il faudra s’attendre à une course difficile à contrôler. Au grand bonheur des fans de la Petite reine.

C’est d’ailleurs l’avis de Tiesj Benoot (Lotto-Soudal), qui estime que « la course sera plus ouverte que l’an dernier sur le Tour de France ». Quatorzième du classement général après une dernière étape difficile, le grimpeur belge a tout de même montré du caractère durant la semaine, attaquant notamment sur les 5e et 6e étapes, sans toutefois crier victoire. « Le Critérium du Dauphiné était ma première semaine intense depuis les classiques », confie le Flandrien. « Je sens que j’ai franchi un cap afin d’être bien durant le Tour. (…) L’an dernier, j’étais moins bien durant le Tour, l’objectif est désormais d’être mieux. Et mes prestations actuelles correspondent à mes attentes. Je pense que je suis le programme fixé. Maintenant, il s’agit de récupérer, d’effectuer quelques bons entraînements et je serai alors prêt ». Benoot est surtout heureux de la prestation collective, lors du contre-la-montre par équipes (3e), avec l’espoir de pouvoir rééditer l’exploit à Cholet, lors du Tour de France, afin de se placer idéalement au classement général. Même si l’objectif de Benoot sera de remporter une étape.

Tout comme Thomas De Gendt, autre coureur belge attendu avec attention sur le Dauphiné. Le coureur belge, habitué des barouds, a tenté quelques offensives dans les hauteurs alpestres, mais il s’est cette fois montré moins en verve et a rapidement dû ranger ses ambitions. « Après le Tour de Romandie, je suis resté une semaine sans vélo, puis je suis parti en stage en altitude durant trois semaines. C’était ma première course depuis lors. Ou j’arrivais avec des super-jambes comme l’an dernier, ou j’étais moins bien. Jelle Wallays m’a dit : « Paris est encore à huit semaines d’ici ». C’est vrai qu’on est encore loin de la fin du Tour », explique à la VRT le spécialiste des attaques au long cours. « Je vais encore essayer d’aller dans les échappées, mais cette année, je ne vais pas essayer d’attaquer tous les jours, je choisirai mes étapes. Cela dépendra aussi de la première semaine : si Greipel peut rapidement gagner une étape, cela nous enlèvera beaucoup de pression. De mon côté, je vais essayer d’être en top condition après avoir été moins bien durant le Dauphiné ». Bref, De Gendt est prêt à faire du De Gendt!

Résultats de la 7e étape du Critérium du Dauphiné (Moûtiers > Saint-Gervais-Mont Blanc, 136 km) et classement général final :

Photo : ASO/A. Broadway

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest