Championnats du monde sur route – Flandre 2021 : notre présentation du contre-la-montre hommes

Moins de dix jours après un contre-la-montre européen serré dans les rues de Trento, l’heure de la revanche a sonné pour les rouleurs. La course au maillot arc-en-ciel s’annonce plus intense encore que l’an dernier sur un tracé de plus de 40 kilomètres, une distance qui s’annonce de plus en plus rare dans le peloton actuel. Sur les routes quasiment planes de la Côte belge, les coureurs locaux pourront-ils vaincre le tenant du titre Filippo Ganna et le récent double champion d’Europe Stefan Küng ?

Parcours, programme, engagés… : toutes les infos sur les championnats du monde de cyclisme sur route 2021 sur notre page spéciale

Le parcours

Dévoilé voici plus d’un an, le circuit de ce contre-la-montre masculin offrira un pur exercice de spécialistes sur plus de 40 kilomètres Knokke et Bruges. La distance entre la cité côtière et la Venise du Nord est bien plus courte à vol d’oiseau, mais l’organisation a décidé de mettre en avant les longues chaussées des Polders, au bord des canaux rejoignant la mer du Nord, avant le final plus technique à Bruges. Le dénivelé confirme d’ailleurs qu’il s’agira d’un chrono pour purs rouleurs : moins de 80 mètres à escalader sur plus de 40 bornes. Quelques faux-plats s’annoncent, mais ils ne feront pas grimper l’acide lactique dans les cuisses…

Le départ se fera en bord de mer, sur la plage de Knokke, pour près d’un kilomètre sur la côte, avant un premier passage sinueux dans les rues de Knokke. Mais dès la sortie la ville de départ, il faudra sortie le gros braquet pour enchaîner les longues lignes droites vers Westkapelle et Oostkerke, avant le premier passage en bord de canal au bout duquel un premier point intermédiaire sera enregistré. Après une quinzaine de kilomètres, les coureurs rebifurquent vers le sud en direction de Dudzele, pour le deuxième canal du jour, au bout duquel, après 20,8 kilomètres de course, les partants devront faire un virage à 180 degrés pour reprendre la direction de Dudzele. Le public devrait y être nombreux pour applaudir les différents protagonistes de ce contre-la-montre à deux reprises.

Retour vers le sud à la sortie de ce village typique de Flandre Occidentale pour un deuxième temps intermédiaire dans un pif-paf, juste avant l’arrivée dans le village de Damme, coloré d’arc-en-ciel pour l’occasion. La chaussée sera une nouvelle fois très large et rectiligne en direction de Bruges, pour les huit derniers kilomètres. Le tracé sera plus technique dans les deux derniers kilomètres. Les coureurs éviteront le centre historique de Bruges, mais devront tout de même virer à plusieurs reprises avant l’arrivée située sur la place ‘t Zand, devant la nouvelle salle de concert de Bruges.

Départ : dès 14h30 depuis le Zeedijk à Knokke-Heist

Distance : 43,3 kilomètres

Arrivée : jusqu’à 17h00 sur ‘t Zand à Bruges

La carte et le profil :

Championnats du monde sur route 2021 - Parcours Contre-la-montre Hommes Championnats du monde sur route 2021 - Profil Contre-la-montre Hommes

Les favoris

Qui dit championnats du monde en Belgique, dit évidemment grandes aspirations belges. Dix-neuf ans après le dernier passage des Mondiaux dans le plat pays qu’est le nôtre, les chances de voir un coureur noir-jaune-rouge se draper en plus de bleu et de vert pour former l’arc-en-ciel sont bien plus importantes qu’à l’époque de Zolder. Sur ce contre-la-montre, qui était rarement le terrain privilégié des concurrents belges au début du XXIe siècle, deux concurrents croient dur comme fer en un podium, voire un possible titre devant le public local. Vice-champion du monde du contre-la-montre, vice-champion olympique sur route et récent quadruple vainqueur d’étape sur le Tour de Grande-Bretagne, Wout van Aert sera le coureur le plus suivi du clan belge. Le leader de Jumbo-Visma a préparé ce rendez-vous belge avec grand appétit, se limitant à une seule course depuis les Jeux Olympiques pour parfaire sa condition optimale d’ici ces Mondiaux. Van Aert a prouvé depuis l’an dernier qu’il n’avait rien perdu de ses qualités de rouleur malgré une explosivité toujours plus impressionnante. Vainqueur du court chrono de San Benedetto del Tronto sur Tirreno-Adriatico (10,1 km) en mars, il s’est ensuite imposé sur le deuxième contre-la-montre du Tour de France, plus vallonné et plus long dans les vignobles bordelais (30,8 km). Et s’il n’a terminé « que » sixième du contre-la-montre des Jeux Olympiques, sa prestation dans les passages les plus roulants confirme qu’il peut espérer titiller les meilleurs sur ces routes flandriennes. Il sera en tout cas le favori n°1 dans le clan belge.

Mais son équipier sur ces routes, Remco Evenepoel, ne sera certainement pas loin. Le leader de Deceuninck-Quick Step retrouve ses sensations au fil de la saison, avec des victoires convaincantes en solitaire sur l’étape-reine du Tour du Danemark, sur la Druivenkoers d’Overijse ou sur la Brussels Cycling Classic. Il a ensuite confirmé cette forme ascendante sur les championnats d’Europe, durant lesquels il a terminé à la troisième place du contre-la-montre, taillé pour les rouleurs puissants sur un effort plutôt court (seulement 22,4 km), puis deuxième de la course en ligne, battu au sprint par Sonny Colbrelli. Le jeune rouleur de 21 ans a ce qu’il faut pour briller sur ce chrono : la puissance, la concentration et la technique. La distance semble mieux lui convenir qu’à Trento, mais il aura devant lui un profil similaire, qui peut aider ses rivaux, plus grands. Mais qu’importe les pronostics : Evenepoel est du genre à surprendre. Et à domicile, il peut être galvanisé par un public certainement acquis à sa cause.

Le duo belge devra toutefois faire face à une concurrence de taille sur ce chrono, idéal pour les rouleurs comme déjà évoqué plus haut. Et à ce jeu, l’Italien Filippo Ganna, tenant du titre, apparaît comme l’adversaire n°1 du reste du peloton. Le champion du monde est du genre à miser gros sur ses principaux objectifs : les deux contre-la-montre du Tour d’Italie, la poursuite par équipes des Jeux Olympiques,… Et ce championnat du monde apparaît comme le dernier grand objectif de l’année pour la fusée transalpine. Vaincu de justesse sur le championnat d’Europe, Ganna aura un goût de revanche à prendre sur ces 40 kilomètres qui satisferont son appétit. Plus c’est long, mieux il peut développer sa puissance. Et le vent annoncé pourrait favoriser ses qualités techniques. Dernier partant à Knokke, il aura le temps de tous ses adversaires en point de mire.

Double champion d’Europe de la discipline, le Suisse Stefan Küng est passé d’un statut d’outsider à celui de nouveau favori sur ce championnat du monde, disputé seulement dix jours après l’épreuve continentale. Troisième à Imola l’an dernier, il avait depuis lors enchaîné les places d’honneur avec une deuxième place sur le chrono de Tirreno-Adriatico, une deuxième place puis une quatrième sur les deux chronos du Tour de France, une autre quatrième place sur le chrono des Jeux Olympiques… Avant de retrouver le sourire lors du championnat d’Europe, parfaitement maîtrisé pour conclure plus rapidement que tous ses adversaires et s’offrir ainsi un deuxième titre au nez et à la barbe de Ganna et Evenepoel. Küng arrive à 27 ans en pleine maturité et la confiance engrangée à Trento devrait lui permettre de réaliser un grand chrono sur la Côte belge. Il a la technique et sa grande stature peut lui permettre de mieux tenir la distance sur plus de 40 kilomètres. Même si son point de fort reste les distances plus courtes.

Et derrière ces grands favoris ? Le fossé s’annonce important. Le Slovène Tadej Pogacar reste un grand rouleur, comme il le confirme chaque année sur le Tour de France, mais sur un tracé aussi plat et des routes aussi rectilignes, il semble difficile d’imaginer « Pogi » sur la plus haute marche du podium, surtout au vu de ses prestations sur les championnats d’Europe, durant lesquels il est apparu moins en verve qu’au Tour ou aux Jeux Olympiques. Difficile d’être en bien meilleure forme seulement deux semaines plus tard.

Le Danois Kasper Asgreen semble gagner en puissance au fil des semaines, mais sa prestation au championnat d’Europe n’a pas plus convaincu. Certes, le champion du Danemark du chrono aime les distances plus longues, mais il lui sera difficile de réaliser une prestation plus imposante sur ce Mondial. Le Suisse Stefan Bissegger pourrait pour sa part créer la surprise. Le rouleur helvète de 23 ans a terminé quatrième au championnat d’Europe après un succès convaincant sur le chrono du Benelux Tour. Mais cela se déroulait à chaque fois sur des courses de moins de 30 kilomètres. Au-delà, il manque encore de grandes références pour espérer jouer le titre mondial à Bruges. De même pour le Français Rémi Cavagna, cité parmi les outsiders mais souvent en manque de moyens lors des grands rendez-vous, comme aux Jeux Olympiques (17e) ou au championnat d’Europe (9e). L’expérience de l’Allemand Tony Martin, quadruple champion du monde, ne fera pas non plus des miracles pour le coureur allemand, qui manque de véritables références cette année pour espérer le voir jouer les premiers rôles.


Vous appréciez cette présentation ?

CyclismeRevue est un site mis à jour par une équipe bénévole qui transmet sa passion cycliste aux fans via des articles gratuits. Si vous souhaitez nous soutenir et nous aider à améliorer notre site et aider nos rédacteurs bénévoles, vous pouvez nous aider à partir de 1 euro sur uTip ! Cliquez ici pour atteindre uTip et merci pour votre soutien 🙏


La liste et l’horaire des partants : cliquez ici pour découvrir la liste et l’horaire des partants

Le palmarès :
2011 Tony Martin (All)
2012 Tony Martin (All)
2013 Tony Martin (All)
2014 Bradley Wiggins (G-B)
2015 Vasil Kiryienka (Blr)
2016 Tony Martin (All)
2017 Tom Dumoulin (P-B)
2018 Rohan Dennis (Aus)
2019 Rohan Dennis (Aus)
2020 Filippo Ganna (Ita)

La météo

Le ciel sera nuageux avec des possibles éclaircies en début d’après-midi et un léger risque d’averses en fin d’après-midi. Les températures fluctueront entre 19 et 21°C. Le vent soufflera d’est à nord-est entre 10 et 15 km/h.

Les directs TV

  • En direct dès 15h00 sur Tipik et RTBF Auvio avec les commentaires de Rodrigo Beenkens et Gérard Bulens
  • En direct dès 14h30 sur Eurosport Player et GCN+, et dès 15h15 sur Eurosport 1 avec les commentaires de Guillaume Di Grazia et Jacky Durand
  • En direct dès 14h30 sur France.tv Sport, et dès 15h15 sur France 3 avec les commentaires d’Alexandre Pasteur, Laurent Jalabert et Marion Rousse
  • En direct dès 14h00 sur Één et Sporza.be avec les commentaires de Michel Wuyts et José De Cauwer

Photo : RCS Sport/La Presse/Marco Alpozzi – Graphiques : ProCyclingMaps

Pin It on Pinterest