GP de Wallonie : la Citadelle fait bondir Laporte

Le nouveau tracé du Grand Prix de Wallonie, avec sa double boucle finale autour de la Citadelle de Namur, n’a pas permis aux attaquants de connaître la réussite. Les sprinters annoncés ont finalement trouvé le bon rythme, avec parmi eux Christophe Laporte (Cofidis), idéalement placé pour glaner un deuxième succès wallon cette saison.

Christophe Brandt, organisateur du Grand Prix de Wallonie, annonçait en introduction à cette nouvelle édition de l’épreuve namuroise son impatience par rapport à une course annoncée plus ouverte suite au nouveau dessin du final. La Citadelle de Namur reste l’épicentre du Grand Prix de Wallonie, mais est désormais escaladée par son versant ouest, sur une route asphaltée. En prime, une double boucle autour de ce sommet est tracée, avec la Tienne aux Pierres comme deuxième ascension pour mettre le peloton dans le rouge. Et au vu des dizaines d’attaques qui ont émaillé les 60 derniers kilomètres, la prophétie de Christophe Brandt s’est confirmée.

Victor Campenaerts (Team Qhubeka-Next Hash), Tim Wellens (Lotto-Soudal), Ilan Van Wilder (Team DSM), Rasmus Tiller (Uno-X Pro Cycling Team), ou encore Nils Politt (Bora-Hansgrohe) se sont montrés parmi les plus actifs sur ces deux tours finaux, mais face à la pléthore de favoris annoncés au départ, entre les puncheurs et les sprinters capables de franchir les bosses, le peloton parvenait toujours à rentrer sur ces audacieux. Personne ne trouvait un avantage de plus de 15 secondes. Et même si le peloton se réduisait jusqu’à une trentaine d’hommes au pied de la dernière montée de la Citadelle de Namur, il se trouvait toujours l’un ou l’autre équipier de sprinter pour mener la poursuite et regrouper le peloton. Notamment du côté de Cofidis, plus actif en poursuite qu’en attaque grâce aux efforts de Rémy Rochas, Simon Geschke et Simone Consonni.

« Jamais en difficulté »

Leur travail était récompensé dans les 150 derniers mètres par la parfaite maîtrise de Christophe Laporte dans ce final. Bien lancé par… Dimitri Claeys (Team Qhubeka-NextHash), le sprinter français, habitué des emballages massifs en montée, faisait parler son explosivité. « Je n’étais jamais en difficulté dans les montées, j’étais toujours à l’avant. Et je savais qu’avec ma pointe de vitesse, j’avais juste besoin d’être bien placé et d’être attentif », confirme le Français de 28 ans. « Il y a eu beaucoup d’attaques dans le final. Je suis resté calme, car j’avais encore deux bons équipiers avec moi, Rémy (Rochas) et Simon (Geschke). J’étais serein pour aborder l’arrivée. Et j’avais encore de bonnes jambes dans les 150 derniers mètres », réagit calmement le vainqueur du jour, qui avait le temps de savourer cette quatrième victoire de la saison, glanée devant Warren Barguil (Arkéa-Samsic) et Tosh Van der Sande (Lotto-Soudal). La deuxième en Wallonie cette saison après le Circuit de Wallonie, remporté en mai.

« Franchement, la troisième place était la meilleure place que je pouvais réaliser sur ce sprint. Christophe (Laporte) est un grand sprinter, et il l’a encore prouvé aujourd’hui », répond Van der Sande, la carte abattue par Lotto-Soudal dans le sprint final après des attaques avortées de Tim Wellens et Andreas Kron et les chutes de Sylvain Moniquet et Steff Cras, emmené à l’hôpital. « On se tire pas mal la bourre ces derniers temps sur les courses. C’est de bon augure pour les années à venir dans notre future équipe », réagit Christophe Laporte, qui retrouvera justement Van der Sande chez Jumbo-Visma en 2022. En attendant, les deux hommes confirment qu’ils ont encore « de la motivation » au sein de leur équipe actuelle pour conclure l’année de belle manière, avec notamment Paris-Roubaix et les classiques de fin de saison dans le viseur.

Malgré ce sprint final, l’organisation du grand Prix de Wallonie peut se satisfaire de cette édition marquée par les offensives et l’audace. Cette fois, les jeunes pousses n’ont pas forcément eu leur mot à dire, à moins de dix jours des championnats du monde, mais l’épreuve wallonne semble avoir trouvé une nouvelle dynamique avec ce profil plus rude que ces dernières années.

Résultats de la 61e édition du Grand Prix de Wallonie (Aywaille > Namur, 208.1 km) :

  1. Christophe Laporte (Fra, Cofidis Solutions Crédits) en 4h59:57
  2. Warren Barguil (Fra, Team Arkéa-Samsic)
  3. Tosh Van der Sande (BEL, Lotto-Soudal)
  4. Dorian Godon (Fra, Ag2r Citroën Team)
  5. Gianni Vermeersch (BEL, Alpecin-Fenix)
  6. Rasmus Tiller (Nor, Uno-X Pro Cycling Team)
  7. Patrick Konrad (Aut, Bora-Hansgrohe)
  8. Tom Van Asbroeck (BEL, Israel Start-up Nation)
  9. Tiesj Benoot (BEL, Team DSM)
  10. Dimitri Claeys (BEL, Team Qhubeka-NextHash)

Cliquez ici pour découvrir les résultats complets

Photo : capture RTBF

Pin It on Pinterest