Championnats nationaux, Lombardie… : le provisoire reste la règle en cyclisme

L’Union Cycliste Internationale a annoncé voici une semaine le calendrier imaginé pour la fin de la saison masculine sur route. Mais cet agenda est déjà remis en cause, par les fédérations nationales, qui confirment l’une après l’autre que leurs championnats nationaux risquent de ne pas pouvoir se dérouler à la fin août.

La conception de la fin du calendrier cycliste sur route s’annonçait déjà compliquée pour l’Union Cycliste Internationale et les organisateurs d’épreuves au vu des mesures de déconfinement qui se voulaient déjà parcellaires, pays par pays. La saison démarrera normalement bien le 1er août prochain, il reste à savoir avec quelle course. Le puzzle était compliqué à remplir, tant les organisations s’accrochent à des dates attractives pour s’assurer une belle présence télévisuelle, vu que le public risque bien d’être le grand absent de cette fin de saison. Le Tour de France avait déjà annoncé la couleur en se plaçant entre le 29 août et le 20 septembre, reléguant les deux autres Grands Tours de la saison au-delà de septembre, vu que les championnats du monde sont également annoncés inamovibles du 20 au 27 septembre. Le Giro d’Italia devra donc se dérouler entre le 3 et le 25 octobre, alors que la Vuelta a Espana se déroulera du 20 octobre au 8 novembre.

Le championnat de Belgique reporté

Enfin, ça c’est en théorie. Car déjà les critiques d’organisations, les annonces nationales de déconfinement et la crise sanitaire risquent bien d’encore bouleverser ce calendrier qui s’annonçait à priori officiel. Commençons par les championnats nationaux. Prévus du 20 au 23 août selon l’agenda de l’UCI, ceux-ci sont clairement en sursis. En Belgique, le bourgmestre d’Anzegem, où doivent se dérouler les courses en ligne cette année, se doute qu’un tel événement de masse ne pourra se tenir avec du public, alors que tous les événements culturels et sportifs jusqu’à la fin de l’été ont déjà été annulés. Tom Van Damme, président de Belgian Cycling, a finalement annoncé ce mercredi qu’il faudra en effet s’attendre à un report en fin de saison. « Nous avons une série d’options à trouver avec l’organisation. Nous allons trouvé une place dans le calendrier », assure-t-il sur l’antenne de la VRT.

UPDATE 10h08 : Par voie de communiqué, Belgian Cycling a annoncé une série de propositions de nouvelles dates pour ses championnats de Belgique. Les championnats de Belgique sur route pour les élites dames et les élites messieurs à Anzegem pourraient se dérouler le… mardi 22 septembre, soit en plein durant les championnats du monde, si ceux-ci se confirment du 20 au 27 septembre. Les championnats de Belgique du contre-la-montre, programmés à Coxyde, n’ont par contre pas encore de nouvelle date.

Aux Pays-Bas, la fédération néerlandaise a carrément annoncé l’annulation pure et simple des courses en ligne prévues pour les élites messieurs et élites dames. Fabio Jakobsen et Lorena Wiebes garderont donc leur tunique tricolore une année de plus. Et en Italie, le championnat prévu à Bassano del Grappa et organisé par l’ex-pro Filippo Pozzato pourrait être reprogrammé en fin de saison.

Ces décisions de report interviendront surtout si une autre nouvelle se confirme : le report des championnats du monde et leur délocalisation au Moyen Orient. En effet, la Suisse a également pris des mesures sanitaires strictes pour faire face au coronavirus (pas de rassemblement de plus de 1000 personnes au moins jusqu’au 31 août), et la tenue d’un événement aussi important que les Mondiaux sur route impliquerait une présence importante de personnes sur une surface limitée. L’UCI envisage donc l’éventuelle annulation de ces Mondiaux en Suisse pour les délocaliser en novembre vers le Qatar ou aux Émirats Arabes Unis, selon Marca. Une décision interviendra à la fin mai pour assurer une organisation particulièrement importante.

L’Italie pousse pour le mois d’août

Enfin, RCS Sport, organisateur des principales courses italiennes, vient également perturber les plans de l’UCI. La société transalpine avait déjà exprimé sa déception face au nouveau calendrier de la fédération internationale, expliquant qu’elle avait proposé « un certain nombre d’alternatives qui, selon nous, auraient permis de réduire le nombre de courses en même temps ». Des alternatives qui n’ont pas été adoptées. Et aujourd’hui, la fédération italienne de cyclisme arrive avec une proposition qui peut ravir RCS. Suite à la proposition de report des championnats d’Italie en octobre, la Lega del Ciclismo Professionistico demande que le mois d’août soit réservé aux classiques italiennes avec le Strade Bianche (1er août), Milan-Turin (4 août), le Tour de Lombardie (8 août), le Tour d’Emilie (18 août), le Tour du Piémont (20 août) et Milan-Sanremo (22 août). L’idée est évidemment savoureuse pour les fans italiens, elle l’est moins pour les autres organisateurs qui doivent déjà tenter de se faire une place dans les trous laissés par l’UCI. La Classicissima serait même en concurrence avec les autres championnats nationaux ! « Les Italiens, comme les organisateurs du WorldTour, ont eu le loisir et le temps de réfléchir à placer leurs épreuves, ce qu’ils ont fait sans s’inquiéter des petits organisateurs. Et ceux-ci, depuis l’officialisation du WorldTour, s’arrachent les cheveux pour trouver des solutions. Et voilà qu’il faudrait encore tout changer ? », se plaint Christophe Brandt, manager de Wallonie Bruxelles et organisateur du Tour de Wallonie et du GP de Wallonie. L’UCI doit donc clairement confirmer son rôle de juge-arbitre dans ce dossier important : soit le calendrier annoncé début mai est officiel, soit il doit être remanié en concertation avec l’ensemble des organisations. Mais cette deuxième option demanderait encore un travail titanesque. L’avenir de la saison cycliste reste donc bien provisoire. Et cela risque d’être le cas jusqu’au 1er août.

Photo : ASO/Fabien Boukla

Pin It on Pinterest