Championnats du monde sur route – Yorkshire : Dennis pirate son 2e titre, Evenepoel et Dygert célèbrent la jeunesse

Si la pluie a largement perturbé les contre-la-montre des juniors et des espoirs en ce début de semaine, les élites dames et messieurs ont été protégés des conditions climatiques dramatiques qui ont mené à des chutes en cascade. Certes, Yves Lampaert et Victor Campenaerts ne seront pas forcément d’accord, mais au vu des résultats, personne ne pouvait contester ces mardi et mercredi les titres sur le chrono de l’Américaine Chloe Dygert et de l’Australien Rohan Dennis, tant leur avance était conséquente. Le seul véritable déçu restait Remco Evenepoel, incroyable vice-champion du monde, un an seulement après son doublé mondial chez les juniors. Et dire que ce garçon n’a que 19 ans…

Les Belges malchanceux, Evenepoel bien heureux

Ce contre-la-montre masculin représentait un grand mystère pour bon nombre de coureurs. Comme Victor Campenaerts (Lotto-Soudal), inactif depuis le mois de juin et décidé à retenter la course au maillot arc-en-ciel sur le parcours tortueux du Yorkshire, deux mois et demi plus tard. Le recordman de l’heure semblait en grande forme et lançait rapidement les grandes manœuvres sur la première partie du parcours. Une chute au tiers du parcours le mettait finalement K.-O. Le coureur belge devait changer de vélo avant de relancer la machine. Puis il devait reprendre encore une troisième machine suite à un problème de dérailleur en pleine montée. Alors que Rohan Dennis, parti une minute et demie plus tôt, venait de le déborder à toute vitesse. Une tragédie : « Je suis tombé car je voulais être champion du monde. J’ai pris tous les risques possibles. J’ai voulu gagner du temps partout », affirmait-il en zone de presse, déçu de sa 11e place, à moins d’une minute du podium qu’il espérait. « J’étais dans les huit premiers lors des deux temps intermédiaires : j’ai montré que je faisais partie du top 8 mondial (NDLR : synonyme de qualification olympique). »

Le drame belge avait d’ailleurs déjà commencé un peu plus tôt dans l’après-midi avec une autre chute, celle d’Yves Lampaert (Deceuninck-Quick Step). À moins de dix kilomètres de l’arrivée, le coureur belge chutait dans un virage serré, après avoir tapé sa roue dans un trou. « C’est surtout mon vélo qui a été touché : il s’est brisé en deux et les deux roues étaient crevées », expliquait-il en zone de presse. « Les blessures ne sont pas trop graves. J’ai pu repartir et je pense que je pourrai prendre le départ de la course en ligne dimanche. Nous sommes des durs », rassurait-il encore après avoir passé la ligne d’arrivée à plus de 13 minutes du champion du monde. Son équipier Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) redorait heureusement le bilan belge. Le jeune coureur de 19 ans, champion d’Europe en titre, gérait parfaitement son effort et devançait tout le monde à chaque point intermédiaire, jusqu’à la ligne d’arrivée.

Le gamin brabançon profitait tout de même du siège du leader durant de longues minutes, avant de voir une fusée australienne lui prendre la médaille d’or en toute fin de course. « Je savais que certains seraient très durs à battre, et Rohan (Dennis) était l’un d’eux. Il me met plus d’une minute… », lâche Evenepoel au micro de la VRT. « Cette médaille d’argent, je considère que c’est comme une médaille d’or. Je ne suis pas déçu de ce résultat. Surtout car c’était l’un des plus longs chronos de la saison pour tout le monde. Il fallait bien gérer ». Evenepoel se met même à rêver de 2020 : « Le circuit sera plus dur et je pense que je serai plus fort. Je vais bosser dur pour y arriver. Mon objectif principal sera le chrono des Jeux olympiques puis le chrono des Mondiaux« . Tout ça pour un garçon qui vient de célébrer son premier titre de vice-champion du monde, le meilleur résultat jamais atteint par un cycliste belge dans un championnat du monde du contre-la-montre, seulement un an après avoir été N.1 mondial chez les juniors… Il est ainsi devenu le plus jeune médaille de l’histoire des Mondiaux sur le chrono.

La victoire revient donc au surprenant Rohan Dennis, auteur d’une année difficile et qui n’avait plus retrouvé la compétition depuis son départ soudain du Tour de France. À l’époque, l’Australien était parti en dispute avec Bahrain-Merida, abandonnant sans raison apparente avant de se retrouver sans autre contrat. Dennis aurait quitté l’équipe en raison de problèmes avec les vélos de contre-la-montre de la marque Merida. Le champion du monde en titre était d’ailleurs ce mercredi à Harrogate avec un vélo… BMC, comme celui de son ancienne formation. Et cela l’a mené à un deuxième maillot arc-en-ciel consécutif, et avec la manière en prime, débordant Campenaerts et Primoz Roglic (Jumbo-Visma) en près de 50 kilomètres.

« Cela a été une année difficile », évoquait-il en conférence de presse. « Il y a eu beaucoup de discussions à propos de ce que je faisais depuis le Tour de France. C’est donc très spécial de montrer que je suis toujours là pour courir et gagner. J’ai encore beaucoup à donner à ce sport. J’ai mené un gros travail de préparation, notamment au niveau mental. Beaucoup de personnes m’ont aidé pour arriver ici et je leur dois beaucoup ». Et quid pour le futur ? Le champion du monde du chrono aura notamment les Jeux olympiques de Tokyo en vue ainsi qu’une nouvelle tentative de record de l’heure pour 2020. Dennis est resté vague sur son futur employeur : Bahrain-Merida va-t-elle rompre son contrat ? Il est en tout cas difficile d’imaginer l’Australien poursuivre avec l’équipe de Brent Copeland au vu du drame autour de l’abandon de Dennis sur le dernier Tour…

Résultats du contre-la-montre messieurs des championnats du monde de cyclisme sur route au Yorkshire (Northhallerton > Harrogate, 54 km) :

Dygert domine les Oranje

De la pluie, du vent et des routes tortueuses : le championnat du monde du contre-la-montre féminin avait des airs de classique flandrienne avec des vélos non-adaptés. Pourtant, les dames devaient s’élancer pour trente kilomètres techniques sur les routes du Yorkshire. Et sur ce tracé difficile, la jeune Américaine Chloe Dygert Owen (Sho Air-TWENTY20) a mis toutes les spécialistes d’accord. La cycliste de 22 ans, venue de l’Indiana, a tout simplement repoussé la championne du monde en titre sur route Anna van der Breggen (Boels-Dolmans) et la championne du monde en titre du chrono Annemiek van Vleuten (Mitchelton-Scott) à près d’une minute. Sur tous les points intermédiaires, Dygert a écrasé toutes ses rivales, épatant tou.te.s les observateur.trice.s du cyclisme féminin. Pour une première en terre européenne cette saison, la pistarde s’offre le plus beau maillot, rien que cela.

Dygert ne vient toutefois pas de nulle part. Cette ancienne basketteuse a été double championne du monde chez les juniores en 2015, avant de devenir championne panaméricaine du chrono à 20 ans, en 2017. Cette même année, sur le tracé norvégien de Bergen, la jeune fille de l’Indiana terminait même quatrième du championnat du monde du chrono. Dans le même temps, elle s’offrait les titres mondiaux sur la poursuite individuelle et la poursuite par équipes sur la piste, tant en 2017 qu’en 2018. Avec en prime un record du monde sur la poursuite individuelle… Cette saison, Dygert a encore frappé plus fort sur la route, s’offrant douze victoires dont… les quatre étapes et le général de la Colorado Classic. Dont trois étapes en solitaire. Une belle revanche après sa lourde chute sur le Tour de Californie 2018 qui l’avait laissée avec une commotion cérébrale et de belles frayeurs.

L’Américaine était donc une des favorites dans le Yorkshire, mais elle s’est en plus permise de faire face aux favorites néerlandaises. « Je n’avais aucune idée à quoi m’attendre. C’est la première fois que je roulais contre ces filles en Europe depuis deux ans, c’est donc un moment très spécial », avouait Dygert à l’arrivée. « Cette course était celle pour laquelle je m’entraînais depuis le début de l’année. Nous avons commencé la saison très doucement, et bien sûr c’était frustrant de ne pas être au top niveau comme je l’aurais souhaité. Mais avec Kristin (Armstrong, triple médaillée d’or olympique) comme coach, j’avais confiance. Elle savait ce que j’avais à faire toute l’année pour préparer cette course », dit encore la nouvelle championne du monde qui visera désormais les Jeux olympiques de Tokyo, en 2020. Mais avant cela, elle sera sur la course en ligne des Mondiaux, samedi. Et elle peut faire mal au vu de ses qualités de puncheur.

Résultats du contre-la-montre dames des championnats du monde de cyclisme sur route au Yorkshire (Ripon > Harrogate, 30.3 km) :

Photos : Welcome to Yorkshire/Yorkshire 2019/SWpix.com/Alex Whitehead et Alex Broadway

Pin It on Pinterest