Bjorg Lambrecht nous a quittés à l’âge de 22 ans

Le cycliste gantois Bjorg Lambrecht (Lotto-Soudal), 22 ans, est décédé ce lundi des suites d’une grave chute sur la 3e étape du Tour de Pologne. Un nouveau drame dans le peloton.

L’annonce a été officielle à 18h59. Lotto-Soudal a confirmé sur les réseaux sociaux l’information déjà révélée par de nombreux médias polonais : Bjorg Lambrecht est décédé à l’hôpital de Zabrze, quelques heures après une terrible chute sur la 3e étape du Tour de Pologne. Le coureur belge de 22 ans avait été emmené en hélicoptère jusqu’à l’hôpital, après avoir été réanimé sur place. Les informations étaient déjà inquiétantes. Elles ont ensuite pris un virage dramatique lorsque plusieurs médias polonais ont annoncé, par la voie d’un porte-parole de l’hôpital, le décès de Bjorg Lambrecht sur la table d’opération. Une disparition confirmée moins d’une heure plus tard par l’équipe du Gantois.

Bjorg Lambrecht était l’un des grands espoirs du cyclisme belge. Petit format taillé pour les murs abrupts et la montagne, il s’était distingué chez les juniors et les espoirs avec notamment une victoire sur la difficile Ronde de l’Isard et une autre sur Liège-Bastogne-Liège espoirs, ainsi qu’une deuxième place sur le Tour de l’Avenir 2017. L’an dernier, pour sa première année professionnelle, il s’était offert une étape du Tour des Fjords ainsi que le titre de vice-champion du monde chez les espoirs. Et cette saison, à 22 ans, il avait encore confirmé ses progrès avec unr 6e place sur l’Amstel Gold Race, une 4e place sur la Flèche Wallonne et une 12ème place sur le Critérium du Dauphiné avec le maillot de meilleur jeune en prime. Depuis lors, il préparait le Tour d’Espagne, sur lequel il espérait briller pour sa deuxième participation.

Bjorg Lambrecht n’avait que 22 ans et quitte déjà ce monde. Trop tôt. Comme d’autres coureurs avant lui, décédés en pleine course, alors qu’ils faisaient leur métier : Michael Goolaerts (Paris-Roubaix 2018), Chad Young (Tour de Gila 2017), Daan Myngheer (Critérium International 2016), Antoine Demoitié (Gand-Wevelgem 2016), Wouter Weylandt (Tour d’Italie 2011)…

Alors, que faire désormais ? Cette liste semble s’allonger au fil des années. L’Union Cycliste Internationale a annoncé des mesures pour réduire le nombre de véhicules en course, pour s’assurer du bien-être des coureurs grâce au protocole d’urgence météo notamment, pour demander la mise en place d’une plus grande sécurité dans les espaces où le public est plus important. Mais cela ne semble pas suffire à arrêter cette dramatique spirale. Les chutes peuvent faire partie du vélo, elles semblent toutefois faire des dégâts toujours plus lourds. L’UCI va devoir se pencher encore plus sérieusement sur cette problématique : personne ne devrait mourir pour sa passion.

En attendant d’imaginer ces solutions, nous nous joignons à la communauté cycliste pour témoigner toutes nos condoléances aux proches et à la famille de Bjorg Lambrecht.

Photo : ASO/Alex Broadway

Pin It on Pinterest