La Course : Marianne Vos réenchante une course qui pourrait enfin devenir un vrai Tour féminin

Marianne Vos (CCC-Liv) a frappé fort dans les 500 derniers mètres du circuit de Pau, qui accueillait ce vendredi La Course by le Tour de France, l’unique étape féminine du Tour de France. Une attaque explosive dans le mur final lui a permis de déborder Amanda Spratt (Mitchelton-Scott), partie en solo dans les vingt derniers kilomètres, et de remporter sa deuxième victoire d’une course qui pourrait (enfin) évoluer à l’avenir.

Le circuit vallonné de Pau, avec deux côtes et un muret d’une centaine de mètres à affronter en moins de 25 bornes, était idéal pour cette sixième édition de La Course, l’épreuve féminine du Tour de France. Une seule épreuve en ligne de 121 kilomètres était au programme de ce Tour féminin, version limitée. Malgré les demandes répétées de l’Union Cycliste Internationale et des cyclistes elles-même, l’organisation du Tour n’a que trop rarement avoué son amour pour le cyclisme féminin. La Course est ainsi restée une sorte de critérium géant, sans grand intérêt sportif. La symbolique était là : les dames avaient également le droit de s’élancer sur le parcours de leurs homologues masculins. Mais derrière, il n’y a pas de maillot jaune, pas de classement général,… Les premières éditions de la Course, sur les Champs-Élysées, n’étaient finalement que de vaines tentatives de mettre les femmes sur le devant de la scène, sans leur donner les moyens de faire leurs preuves.

Il y eut bien cette édition 2017 durant laquelle ASO avait tenté de transformer La Course en une épreuve de deux jours : une étape de montagne suivie d’un contre-la-montre, en poursuite. Mais face au poids de cette organisation, ASO était revenu à la formule d’une seule étape dès 2018. Avec, pour cette édition 2019, une course plus vallonnée et favorable à un plus grand nombre de coureuses. Cette matinée autour de Pau ressemblait en effet à une classique, avec ses routes sinueuses et en toboggan, idéales pour les attaquantes. Amanda Spratt (Mitchelton-Scott), désireuse d’aider sa leader Annemiek van Vleuten à obtenir une troisième victoire consécutive, sortait ainsi à une vingtaine de kilomètres de l’arrivée. Ne voyant pas le peloton ou sa leader revenir dans les derniers kilomètres, Spratt tentait sa chance en solo.

Mais la butte à 17% inscrite à 500 mètres de l’arrivée, avait raison de ses ambitions : malgré toute la détermination de l’Australienne, Spratt voyait Marianne Vos (CCC-Liv) la déborder au sommet. La Néerlandaise poursuivait son effort sur le plat pour remporter sa deuxième victoire sur la Course, après son succès inaugural, en 2014. « Pendant un moment, j’ai cru qu’il était trop tard pour rattraper Spratt, mais d’un autre côté, on l’avait tout le temps en ligne de mire », explique Vos, vainqueur après avoir déjà remporté quatre étapes sur le récent Giro Rosa, le Tour d’Italie féminin. « J’étais confiante que cela pourrait fonctionner. J’avais déjà vu durant la reconnaissance cette petite bosse qui me convenait. Même si c’était encore un peu loin de l’arrivée, je savais qu’il fallait faire exploser les autres pour avoir une chance. Et j’ai réussi », ajoute l’ancienne championne du monde, toujours aussi explosive sur les pentes raides.

Si cette course a été haletante jusqu’au bout, cela n’enlève rien aux revendications des dames. Et selon l’agence Reuters, celles-ci pourraient enfin être entendues. Un membre éminent d’ASO a en effet confirmé que l’organisation travaille actuellement au développement du cyclisme féminin, et à la mise en place d’un futur Tour féminin. Cela se fera-t-il en même temps que le Tour de France masculin, comme ce fut le cas entre 1984 et 1989 ? Cela s’annonce compliqué, selon ce membre d’ASO, toujours selon Reuters : « Nous ne pouvons avoir un Tour de France féminin en même temps que les hommes car c’est impossible d’un point de vue logistique. Le Tour a tellement grandi et est si gros que deux courses en même temps, ce n’est pas possible ».

Bref, un Tour de France féminin semble enfin entrer dans la réflexion d’ASO, c’est une première bonne nouvelle. La deuxième bonne nouvelle vient encore d’ASO, qui a confirmé que l’organisation cherche un accord avec la RTBF pour permettre la diffusion en direct d’une heure des courses féminines de la Flèche Wallonne et de Liège-Bastogne-Liège, les deux seules grandes classiques printanières qui ne bénéficiaient pas d’une telle couverture médiatique. Enfin, cela avance.

Résultats de La Course by le Tour de France (Pau > Pau, 121 km) :

Photo : ASO/Thomas Maheux

Pin It on Pinterest