GP de l’Escaut : Jakobsen double, les Belges repartent des Flandres sans le moindre succès

Le vent a bien soufflé sur les côtes belgo-néerlandaises et de nombreux sprinters ont dû s’accrocher à leur guidon pour reprendre leur position aux avant-postes, au risque de payer leurs efforts dans la finale de ce GP de l’Escaut. Mais les bordures ont finalement été limitées à l’aube du circuit final, et un sprint massif, avec quasiment tous les favoris, a pu se préparer dans les rues de Schoten. Avec la victoire du Néerlandais Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick Step), pour la deuxième année consécutive. Alors que les coureurs belges, eux, font grise mine : ils n’ont pas remporté un seul succès en Belgique depuis le début de la saison.

C’est une première dans l’histoire du cyclisme moderne : aucun coureur belge n’a levé les bras sur une course flandrienne cette saison. Les classiques et semi-classiques printanières ont échappé aux représentants noir-jaune-rouge, depuis le Circuit Het Nieuwsblad, début mars. Jusqu’au GP de l’Escaut, personne n’a réussi à décrocher la plus belle place, même pas sur les courses plus modestes comme Nokere-Koerse ou le Samyn. Rien, nada. Il faut dire que le bilan n’était pas plus glorieux en 2018 avec le seul Yves Lampaert pour rattraper le bilan belge grâce à son bouquet rapporté de Waregem, sur À Travers la Flandre. Sinon, le zéro belge aurait été un bis repetita. Et en 2013, aucune classique majeure n’avait trouvé grâce aux yeux des coureurs « maison » : seul Kenny Dehaes avait remporté la Handzame Classic (devenue Bredene Koksijde Classic), alors que Kristof Vandewalle s’était imposé sur les Trois Jours de Flandre Occidentale, quand l’épreuve était encore au calendrier sur trois jours. Alors qu’en 2010, Jens Keukeleire avait explosé et obtenu les seuls succès belges en Flandre sur le Samyn, Nokere-Koerse et les Trois Jours de Flandre Occidentale, encore.

Pourtant, les candidats belges à la victoire sur les pavés et les « bergs », cela ne manque pas. Greg Van Avermaet (CCC), Wout van Aert (Jumbo-Visma) ou encore Oliver Naesen (Ag2r-La Mondiale), pour citer les plus performants du printemps, ont montré les crocs sur chaque course à laquelle ils ont pris part. Mais cela ne s’est jamais transformé en victoire concrète. Tout juste des podiums pour les trois cités. Il manque à chaque fois la finition, ce punch nécessaire sur ces courses flandriennes pour creuser l’écart et s’offrir la victoire. Et chez les jeunes, il est difficile de trouver une relève rapidement sur le devant de la scène : Jasper Philipsen (UAE Team Emirates), Dries Van Gestel (Sport Vlaanderen-Baloise) ou encore Gianni Vermeersch (Corendon-Circus) apprennent encore et ne sont pas encore prêts à fanfaronner sur les routes du Nord.

14 succès au 10 avril 2019

Du coup, les Belges font grise mine. Du moins sur ces routes qu’ils sont censés connaître par cœur. Sur l’ensemble de la saison, les pros du plat pays ont engrangé 14 succès, dont la plupart émanent… des courses par étapes. Via Tim Wellens, Philippe Gilbert, Sep Vanmarcke, Greg Van Avermaet… Des succès obtenus en février et qui auguraient un beau printemps pour ces puncheurs qui rêvent des Flandriennes. Mais en mars et en avril, les seuls succès belges sont venus de coureurs d’un autre style : Victor Campenaerts sur Tirreno-Adriatico, Thomas De Gendt sur le Tour de Catalogne, Ludovic Robeet sur la Semaine Coppi et Bartali, Lionel Taminiaux sur la Roue Tourangelle et… Laurent Evrard, à deux reprises sur le Tour du Maroc. On est loin des habitués des pavés. Et au vu de la liste des favoris à Paris-Roubaix ou sur les prochaines classiques ardennaises, il est difficile d’imaginer un coureur belge remporter une course de prestige dans un délai court. Ces candidats belges devront se dépasser pour enfin sabrer le champagne sur le podium.

De son côté, Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick Step) ne s’est pas privé pour faire sauter le bouchon à Schoten après avoir fait sauter tous ses adversaires dans le sprint final. Le coureur néerlandais de 22 ans, avec le dossard 1 dans le dos, a pourtant bien failli passer par la fenêtre à près de 50 kilomètres de l’arrivée, suite à une chute qui emmenait également le champion d’Allemagne Pascal Ackermann (Bora-Hansgrohe) ou son compatriote Marcel Kittel (Katusha-Alpecin) à terre. Ce dernier avait d’ailleurs du mal à rentrer sur le peloton alors qu’Ackermann et surtout Jakobsen profitaient du travail collectif de leurs équipiers pour rentrer et jouer la victoire dans un emballage massif attendu de longue date, malgré les quelques bordures formées par le vent en début de course puis l’attaque de Kenneth Vanbilsen (Cofidis) et Dries De Bondt (Corendon-Circus) à l’approche du circuit local. Jakobsen, pour sa part, a pris la bonne roue après avoir été placé par Hodeg et Morkov, et a montré qu’il était le plus véloce face à Max Walscheid (Sunweb) et Chris Lawless (Sky). Une leçon de sprint, tout simplement.

Résultats de la 107e édition du Grand Prix de l’Escaut (Terneuzen > Schoten, 202.3 km) :

Photo : capture VRT/Sporza

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 29 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Pin It on Pinterest