Notre présentation complète du Tour des Flandres hommes et dames : un rendez-vous plus indécis

Le grand rendez-vous des Flandriennes s’annonce ce dimanche sous un cadre bien différent de ces dernières années. Il est en effet difficile de dégager un ou une favori(te) sur ces routes, tant les dernières épreuves de préparation en vue de ce Tour des Flandres, ont montré le caractère indécis de leurs scenarii. Alors, qui pourra briller à Audenarde après le plus terrible des enchaînements dans les Ardennes flamandes ? Les candidats abondent.

La course messieurs

Les points-clés du parcours

Depuis deux saisons, le Tour des Flandres reprend enfin l’ensemble des plus grandes côtes des Ardennes flamandes, et offre clairement le plus beau parcours des Flandriennes depuis longtemps. L’arrivée à Audenarde a d’abord laissé quelques regards circonspects de la part des fans de la Petite reine qui estimaient que le final de l’épreuve devenait trop dur et laissait donc la place à une course d’attente. Cette fois, l’organisation a changé ses plans et propose un tracé très exigeant, mais avec quelques zones pour permettre aux coureurs de récupérer ou, c’est selon, de prendre l’avantage dans la plaine. À chacun son style.

Depuis Anvers, le début de course risque une nouvelle fois d’être nerveux avec de nombreux passages en ville et des rétrécissements de route qui peuvent mener à des chutes ou des ennuis mécaniques, comme cela fut le cas l’an dernier. Cette fois, la pluie ne devrait toutefois pas être au rendez-vous (cfr. la météo ci-dessous) et les routes seront au moins sèches pour accueillir le troupeau rapide annoncé vers le sud de la Flandre. Les premiers pavés seront déjà sous les roues des coureurs après 80 bornes de course, mais c’est bien du côté d’Audenarde, avec le premier passage sur le Vieux Quaremont, que les hostilités pourront débuter. Les plus vaillants pourraient ainsi déjà dévoiler leurs cartes à une centaine de kilomètres de l’arrivée avec le bel enchaînement du Leberg, du Berendries et du Tenbosse. Les favoris seront eux attentifs à éviter la chute dans la descente rapide et toujours dangereuse vers Grammont, avant la montée de son célèbre mur, qui avait déjà bousculé certains candidats à la victoire l’an dernier.

Sortir dans le Mur de Grammont implique toutefois une sacrée dose de confiance : il y a encore une vingtaine de kilomètres avant la prochaine difficulté, et près de quarante bornes avant la fameuse boucle autour d’Audenarde. Les favoris attendront plutôt, après le deuxième passage sur le Vieux Quaremont et la première montée du sec Paterberg (jusqu’à 15%), l’ascension du mythique Koppenberg et ses terribles pavés. Cette terrible ligne droite située à 46 kilomètres de l’arrivée, propose une pente jusqu’à 22% et laisse souvent un groupe de tête, lorsqu’un coureur a la mauvaise idée de poser un pied à terre ou de prendre trop large dans les rigoles.

Et si la décision n’a pu être faite, il reste l’habituel enchaînement du Vieux Quaremont et du Paterberg. C’est sur la montée du Vieux Quaremont et son long faux plat sur les pavés que Niki Terpstra avait construit son succès en solo l’an dernier, avant de filer à toute allure vers le Paterberg, où il n’avait eu aucun mal à creuser l’écart avec Mads Pedersen et Peter Sagan, parti en poursuite en solo mais trop court. La suite ? De longues lignes droites bercées par le vent, où un homme seul se doit d’avoir des jambes de feu pour espérer s’imposer face à un groupe de poursuivants motivés. Demandez donc à Terpstra…

Les favoris

Ces derniers jours, les anciens (ou actuel) champions du monde de cyclo-cross ont impressionné par leur endurance et leur capacité à tenir la roue des meilleurs Flandriens. Bien entendu, le Tchèque Zdenek Stybar (Deceuninck-Quick Step) est déjà un habitué par son travail mené avec le « Wolfpack » depuis cinq ans. Le vainqueur du GP E3 a longtemps joué les équipiers de luxe par le passé et semble, cette année, le leader logique du groupe de Patrick Lefevere. Stybar a prouvé avec ses victoires sur le Circuit Het Nieuwsblad et à Harelbeke qu’il peut atteindre la plus haute marche du podium grâce à son punch. Peut-il toutefois tenir plus de 250 kilomètres sur le Ronde ? Le Tchèque a déjà terminé 9e en 2015, 8e en 2016 et 10e en 2018, à chaque fois en se plaçant comme joker. Il a cette fois la tenue de leader, alors que son équipier luxembourgeois Bob Jungels va découvrir le Tour des Flandres et que son équipier belge Philippe Gilbert a confirmé qu’il ne sera pas à 100% ce dimanche en raison d’un refroidissement qui l’a contraint à l’abandon sur À Travers la Flandre, mercredi dernier. Clairement, Zdenek Stybar a toutes les cartes en mains au sein de sa formation.

Wout van Aert (Jumbo-Visma) n’a pas encore touché l’or sur la route cette saison, mais il a déjà impressionné par ses prestations durant ce printemps. 3e du Strade Bianche, 6e de Milan-Sanremo puis 2e de l’E3, il était celui qui suivait le mieux les offensives ou réalisait la meilleure impression d’aisance dans les côtes sur l’E3 et Gand-Wevelgem. Le triple champion du monde de cyclo-cross a en prime une équipe particulièrement impressionnante sur ces routes flandriennes, avec notamment Maarten Wynants et Mike Teunissen pour le soutenir dans les côtes. Il a en prime l’expérience de son premier Ronde, en 2018, conclu à la 9e place. Et il y a Mathieu Van der Poel (Corendon-Circus), l’irrésistible talent néerlandais, capable de briller tant en cyclo-cross qu’en VTT ou sur la route. Vainqueur d’À Travers la Flandre en patron, le champion des Pays-Bas est en verve et peut suivre les offensives sèches de ses rivaux dans les côtes flandriennes. Peut-il toutefois tenir sur près de 250 kilomètres ? Là est toute la question. Il aura tout de même le soutien de Stijn Devolder (qui participe à son 18e Tour des Flandres) pour espérer le meilleur résultat sur son premier Ronde.

Et puis, il y a les habitués de ces Flandriennes. Comme le champion olympique Greg Van Avermaet (CCC), qui croit encore en la victoire sur le Tour des Flandres après avoir enchaîné une 2e place sur le Circuit Het Nieuwsblad, une 6e place sur le Strade Bianche et une 3e place sur l’E3. Le coureur belge apparaît en forme sur les ascensions et peut encore faire la différence sur ces chemins escarpés. Mais il semble souvent isolé, sans le moindre équipier dans le final pour l’aider à ne pas s’épuiser trop rapidement. Ce qui est encore plus important sur une course de plus de six heures comme le Tour des Flandres. Le champion de Slovaquie Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) a lui des équipiers en forme pour s’assurer une protection en vue du final, mais sa condition reste un mystère : sa performance sur Gand-Wevelgem, sur lequel il a assuré le spectacle toute la journée en tête de la course, doit le rassurer mais il n’a pu lancer un sprint dans le dernier kilomètre. Il a en outre perdu Jempy Drucker, victime d’une lourde chute dans le sprint final d’À Travers la Flandre.

Le tenant du titre Niki Terpstra (Direct Énergie) estime de son côté qu’il devra être « dans un super jour » pour croire en une deuxième victoire consécutive sur le Tour des Flandres. Le Néerlandais a en effet surtout suivi les offensives sur les précédentes courses, et ne bénéficie pas de la même équipe qu’en 2018, même si Direct Énergie a montré de belles choses avec Damien Gaudin, Adrien Petit ou Anthony Turgis sur ces dernières épreuves flandriennes. Oliver Naesen (Ag2r-La Mondiale) semble lui avoir plus d’appui de la part de ses équipiers, mais l’ancien champion de Belgique, qui apparaissait pourtant comme le meilleur Belge de ce printemps avec sa 2e place à Milan-Sanremo et sa 3e place sur Gand-Wevelgem, souffre d’une bronchite et reste incertain concernant sa forme. Deux autres Belges peuvent aussi rêver du succès : Tiesj Benoot (Lotto-Soudal) semble enfin ne plus connaître la guigne et arrive en bonne forme sur le Tour des Flandres qui l’avait révélé en 2015. Il sera cette fois accompagné de Tim Wellens, qui va ainsi découvrir le Ronde, lui qui vise plutôt les classiques ardennaises. Il s’agira surtout d’une expérience pour le Limbourgeois, mais s’il passe à l’offensive, il sera à surveiller sur ces routes. Tout comme le champion du monde Alejandro Valverde (Movistar) qui va découvrir ce mythique rendez-vous belge à presque 39 ans. L’Espagnol a le coffre pour survivre dans ces collines, mais pourra-t-il gagner dès sa première ? Il se voit en tout cas avec « 10% de chances de gagner ».

La météo

Le temps devrait rester clément pour le passage des pelotons du Tour des Flandres, ce dimanche. Si les nuages seront omniprésents, les averses ne sont a priori pas au programme de l’après-midi. Des éclaircies pourraient même faire leur apparition pour l’arrivée des coureurs du côté d’Audenarde. Les températures grimperont même de 12°C en début de journée, à 16°C au meilleur de l’après-midi. Le vent soufflera majoritairement de sud à sud-ouest, entre 10 et 25 km/h au fil de la journée. Il soufflera de plus en plus fort au fil de la course et sera donc majoritairement de dos dans les derniers kilomètres vers Audenarde.

La carte et le profil de la 103e édition du Tour des Flandres messieurs :

Le mode d’emploi de la 103e édition du Tour des Flandres messieurs :

Présentation des coureurs : de 8h45 à 10h15 sur la Grote Markt d’Anvers.

Départ fictif : 10h30 sur la Steenplein à Anvers.

Départ réel : 10h45 sur la Dorpstraat à Burcht, après 9,3 km en cortège.

Distance : 270,1 kilomètres

Arrivée : vers 17h11 sur la Minderbroedersstraat (N453) à Audenarde.

Difficultés :
Km 87,0 – Secteur pavé 1 : Lippenhovestraat (1300 m) – Passage vers 12h49
Km 88,4 – Secteur pavé 2 : Paddestraat (1500 m) – Passage vers 12h51
Km 119,5 – Côte 1 : Vieux Quaremont (2200 m à 4%) – Passage vers 13h36
Km 130,0 – Côte 2 : Kortekeer (1000 m à 6,4%) – Passage vers 13h51
Km 136,2 – Côte 3 : Ladeuze (1100 m à 5,8%) – Passage vers 14h00
Km 139,9 – Côte 4 : Wolvenberg (645 m à 7,9%) – Passage vers 14h05
Km 140,0 – Secteur pavé 3 : Holleweg (1500 m) – Passage vers 14h06
Km 145,7 – Secteur pavé 4 : Haaghoek (2000 m) – Passage vers 14h13
Km 148,7 – Côte 5 : Leberg (950 m à 4,2%) – Passage vers 14h17
Km 152,7 – Côte 6 : Berendries (940 m à 7%) – Passage vers 14h23
Km 160,3 – Côte 7 : Tenbosse (450 m à 6,9%) – Passage vers 14h34
Km 170,6 – Côte 8 : Mur de Grammont (475 m à 9,3%) – Passage vers 14h49
Km 198,2 – Côte 9 : Kanarieberg (1000 m à 7,7%) – Passage vers 15h28
Km 214,1 – Côte 10 : Vieux Quaremont (2200 m à 4%) – Passage vers 15h51
Km 217,5 – Côte 11 : Paterberg (360 m à 12,9%) – Passage vers 15h56
Km 224,2 – Côte 12 : Koppenberg (600 m à 11,6%) – Passage vers 16h05
Km 228,2 – Secteur pavé 5 : Mariaborrestraat (2000 m) – Passage vers 16h11
Km 229,6 – Côte 13 : Steenbeekdries (700 m à 5,3%) – Passage vers 16h13
Km 232,0 – Côte 14 : Taaienberg (530 m à 6,6%) – Passage vers 16h16
Km 243,3 – Côte 15 : Kruisberg/Hotond (2500 m à 5%) – Passage vers 16h33
Km 253,2 – Côte 16 : Vieux Quaremont (2200 m à 4%) – Passage vers 16h47
Km 256,6 – Côte 17 : Paterberg (360 m à 12,9%) – Passage vers 16h52

Liste des partants : cliquez ici pour découvrir la liste des partants.

Palmarès :
2009 Stijn Devolder (BEL)
2010 Fabian Cancellara (Sui)
2011 Nick Nuyens (BEL)
2012 Tom Boonen (BEL)
2013 Fabian Cancellara (Sui)
2014 Fabian Cancellara (Sui)
2015 Alexander Kristoff (Nor)
2016 Peter Sagan (Svq)
2017 Philippe Gilbert (BEL)
2018 Niki Terpstra (P-B)

Programme TV :
– dès 10h15 sur La Une, puis 12h45 sur La Deux, puis 13h45 sur La Une (RTBF), avec les commentaires de Rodrigo Beenkens et Cyril Saugrain.
– dès 9h55 sur Één, puis 12h55 sur Canvas, puis 13h30 sur Één (VRT), avec les commentaires de Michel Wuyts, José De Cauwer et Renaat Schotte.
– dès 10h15 sur Eurosport 1.
– dès 15h20 sur France 3.

La course dames

Les points-clés du parcours

Depuis Audenarde, le tracé se veut moins riche en côtes que chez les hommes mais le Tour des Flandres reste particulièrement intense pour les dames avec une distance plus longue qu’à l’accoutumée (159,2 kilomètres) et dix ascensions qui cassent bien les jambes sur ces routes sans espace pour se protéger du vent. Là encore, c’est bien le Mur de Grammont, placé à près de 70 kilomètres de l’arrivée, qui risque de jouer le rôle de premier juge de paix dans le peloton. Une première sélection s’annonce ainsi dans la montée de la chapelle avant un long retour vers Audenarde, avec un passage sur le Taaienberg (jusqu’à 15% sur les 530 m pavés à affronter) qui va encore décimer le peloton. Pas de passage sur le Koppenberg pour les dames, par contre.

La décision finale devrait intervenir, comme chez les messieurs, dans la transition finale via le Vieux Quaremont et le Paterberg. Ce sont ces deux ascensions qui peuvent permettre aux femmes les plus costaudes de sortir en puissance, et d’ensuite tenter de tenir la distance sur les 10 derniers kilomètres de plaine vers Audenarde. Anna van der Breggen était parvenu à tenir tête au peloton l’an dernier, il reste à voir quelle coureuse aura les jambes aussi solides sur un tel tracé.

Les favorites

Les Boels-Dolmans vont-elles parvenir à réaliser la même scénario que l’an dernier ? Cela s’annonce difficile pour les équipières d’Anna van der Breggen, alors que la tenante du titre ne se présente pas au départ, suite à son expérience en VTT sur la Cape Race (qu’elle a remporté avec Annika Langvad). Cette fois, l’équipe orange comptera donc sur l’ancienne championne du monde Chantal Blaak ou sur Amy Pieters, deux cyclistes capables de s’imposer tant en attaquant dans le Vieux Quaremont ou le Paterberg, qu’en sprintant sur la ligne droite finale à Audenarde. Elles devront toutefois faire face à une sacrée concurrence sur ces routes flandriennes. À commencer par la Néerlandaise Annemiek van Vleuten (Mitchelton-Scott), vainqueure du Strade Bianche et encore dans le bon coup sur À Travers la Flandre, sa course de reprise, mercredi dernier. La championne du monde du contre-la-montre est une bête à rouler et peut surprendre tous ses adversaires en une offensive sur faux-plat.

Les Néerlandaises seront de toute manière, comme à l’accoutumée, attendues au tournant au vu de la difficulté de cette course pour puncheuses. L’ancienne vainqueure Marianne Vos (CCC-Liv) peut ainsi espérer briller une nouvelle fois sur ce Tour des Flandres, au vu de ses prestations depuis le début de la saison, parmi lesquelles sa victoire sur le Trophée Binda. Alors qu’Ellen van Dijk (Trek-Segafredo) a prouvé sur À Travers la Flandre qu’elle avait retrouvé son sens de la victoire sur À Travers la Flandre, grâce à une belle course d’équipe. Et avec l’ancienne vainqueure Elisa Longo Borghini dans son groupe, la spécialiste batave du contre-la-montre peut également trouver le bon tempo sur ces routes flandriennes. Tout comme Lucinda Brand (Sunweb), qui était dans le bon coup sur À Travers la Flandre, sans toutefois trouver le succès.

Les favorites ne sont pas toutes issues des Pays-Bas. La championne d’Europe Marta Bastianelli (Virtu Cycling), vainqueure du Tour de Drenthe, a ainsi terminé dans le Top 10 des neuf courses auxquelles elle a pris part depuis le début de la saison. Et ses qualités montrent qu’elle peut très bien prendre le bon groupe sur les côtes du Ronde, et jouer sa carte au sprint dans un groupe réduit. Tout comme la Belge Lotte Kopecky (Lotto-Soudal), qui doit toutefois s’accrocher dans les dernières côtes pour jouer la gagne. Alors que la Polonaise Katarzyna Niewiadoma (Canyon-SRAM) est, elle, attendue dans les attaques sur les « bergs » vers Audenarde.

La carte et le profil de la 16e édition du Tour des Flandres dames :

Le mode d’emploi de la 16e édition du Tour des Flandres dames :

Présentation des coureuses : samedi de 16h15 à 17h30 sur le Markt d’Audenarde et dimanche de 9h40 à 10h45 sur le Markt d’Audenarde.

Départ fictif : 10h55 sur le Markt d’Audenarde.

Départ réel : 11h10 sur la Heirweg de Kruisem, après 8 km en cortège.

Distance : 159,2 kilomètres

Arrivée : vers 15h21 sur la Minderbroedersstraat (N453) à Audenarde.

Difficultés :
Km 9,6 – Secteur pavé 1 : Lange Munte (2470 m) – Passage vers 11h25
Km 33,3 – Secteur pavé 2 : Lippenhovestraat (1300 m) – Passage vers 12h03
Km 34,8 – Secteur pavé 3 : Paddestraat (1500 m) – Passage vers 12h05
Km 54,6 – Côte 1 : Achterberg (1500 m à 4,3%) – Passage vers 12h36
Km 61,0 – Secteur pavé 4 : Haaghoek (2000 m) – Passage vers 12h46
Km 64,0 – Côte 2 : Leberg (950 m à 4,2%) – Passage vers 12h51
Km 68,0 – Côte 3 : Berendries (940 m à 7%) – Passage vers 12h57
Km 75,6 – Côte 4 : Tenbosse (450 m à 6,9%) – Passage vers 13h09
Km 86,0 – Côte 5 : Mur de Grammont (475 m à 9,3%) – Passage vers 13h26
Km 113,5 – Côte 6 : Kanarieberg (1000 m à 7,7%) – Passage vers 14h09
Km 118,4 – Côte 7 : Taaienberg (530 m à 6,6%) – Passage vers 14h17
Km 132,4 – Côte 8 : Kruisberg/Hotond (2500 m à 5%) – Passage vers 14h39
Km 142,3 – Côte 9 : Vieux Quaremont (2200 m à 4%) – Passage vers 14h55
Km 145,7 – Côte 10 : Paterberg (360 m à 12,9%) – Passage vers 15h00

Liste des partantes : cliquez ici pour découvrir la liste des partantes.

Palmarès :
2009 Ina-Yoko Teutenberg (All)
2010 Grace Verbeke (BEL)
2011 Annemiek van Vleuten (P-B)
2012 Judith Arndt (All)
2013 Marianne Vos (P-B)
2014 Ellen van Dijk (P-B)
2015 Elisa Longo Borghini (Ita)
2016 Lizzie Armitstead (G-B)
2017 Coryn Rivera (USA)
2018 Anna van der Breggen (P-B)

Programme TV :
– dès 12h00 sur la page Facebook de Proximus Sports.
– dès 13h30 sur Canvas (VRT), avec les commentaires de Ruben Van Gucht et Lieselot Decroix.
– dès 13h30 sur RTBF Auvio.
– dès 13h35 sur France 3.

Graphiques : Flanders Classics/Ronde van Vlaanderen

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 29 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Pin It on Pinterest