Le Samyn : Sénéchal et Van den Bos s’offrent une première à Dour

C’était le bal des premières à Dour ! Sur les routes du Samyn, première épreuve wallonne de la saison, Florian Sénéchal (Deceuninck-Quick Step), chez les messieurs, et Jip van den Bos (Boels-Dolmans), chez les dames, ont levé les bras pour la première fois de leur carrière professionnelle, dans des styles bien différents.

Sur les pavés, avec quelques gouttes de pluie et surtout un vent à décorner les taureaux hennuyers, Le Samyn avait clairement des airs de troisième manche du week-end d’ouverture de la saison cycliste belge. Si les pentes se voulaient moins rudes que les côtes abordées sur le Circuit Het Nieuwsblad ou Kuurne-Bruxelles-Kuurne, les ascensions et routes pavées affrontées par les coureurs de cette nouvelle édition de l’épreuve wallonne avaient le don de bouleverser le peloton et de mener seulement les plus solides aux avant-postes. Comme ces trois dernières années, grâce à un circuit remanié autour de Dour, c’est une véritable course de mouvements qui a animé cette journée chez les messieurs. Les Deceuninck-Quick Step, via Pieter Serry et Tim Declercq, et les Wanty-Gobert, via Loïc Vliegen et Aimé De Gendt, ont ainsi mené l’ensemble des débats lors de chaque attaque, avant qu’un groupe de favoris se dégage dans le dernier tour, avec Florian Sénéchal (Deceuninck-Quick Step), Lars Boom (Roompot-Charles) et Niki Terpstra (Direct Énergie) en favoris pour la victoire finale.

Sénéchal : « J’en faisais trop »

Les trois hommes se sont longtemps regardés en chiens de faïence après avoir pris les devants sur chaque secteur pavé du circuit final. Et c’est grâce à l’assaut de Declercq dans le dernier kilomètre, face à des leaders trop frileux, que Florian Sénéchal a pu préparer son sprint sans s’inquiéter de ses rivaux, lâchant les chevaux dans les 200 derniers mètres pour s’offrir la première victoire de sa carrière, devant De Gendt, Terpstra et Boom. « Je ne me suis pas affolé par rapport aux autres courses sur lesquelles je pouvais jouer la victoire », explique au micro de la RTBF le Nordiste de 25 ans, originaire de Cambrai. « Les autres années, j’en faisais trop. Cette année, j’ai vraiment attendu la fin. Mes équipiers ont bossé toute la journée et je leur dois beaucoup ». Déjà 3e et 4e du Samyn ces dernières années, ou encore 2e du Tour du Piémont l’an dernier, Florian Sénéchal s’impose pour la première fois sur un terrain qu’il adore. « Tout le monde me disait que j’allais gagner, donc j’ai commencé à croire que cela arriverait. (…) Le Samyn est une course sublime, et je suis extrêmement heureux d’être arrivé au top, surtout car il s’agit aujourd’hui de l’anniversaire de ma femme, Margot. Elle m’avait dit avant le départ qu’elle voulait me voir gagner donc je suis heureux de lui offrir un tel cadeau ».

Florian Sénéchal, passé par l’équipe-satellite de la Quick Step chez les jeunes avant de devenir professionnel chez Cofidis à l’âge de 20 ans, grandit donc sous les couleurs bleues et blanches de l’équipe de Patrick Lefevere. Libéré d’un premier succès professionnel, le Français permet même à l’équipe Deceuninck-Quick Step de poursuivre sa série victorieuse en Belgique (trois victoires sur trois depuis le Circuit Het Nieuwsblad). « C’est une belle entrée dans la campagne des classiques. Quand tout nous réussit, on ressent évidemment moins de pression. On court avec du plaisir et le staff est également heureux », explique le Français, qui sera l’un des pions importants de la formation belge, qui compte déjà 14 victoires cette saison, lors des classiques qui s’annoncent.

De Gendt : « De plus en plus fort »

Derrière, Aimé De Gendt affichait un léger sourire sur la deuxième marche du podium, après avoir manqué la victoire de peu derrière Sénéchal. Le coureur flandrien de 24 ans, arrivé cette saison chez Wanty-Gobert, a déjà prouvé à ses couleurs qu’il pouvait être l’une des révélations du printemps belge. « Si je peux rester en bonne santé, j’espère encore me montrer », confie-t-il. « J’ai 24 ans et je pense que je peux encore prendre de la carrure pour l’avenir. J’ai l’impression que je suis de plus en plus fort chaque année, et que l’écart avec les meilleurs se réduit petit à petit. J’espère sur le long terme pouvoir faire jeu égal avec les meilleurs coureurs sur les classiques », lance le coureur belge qui prendra part au GP Jean-Pierre Monseré, à la Bredene-Coxyde Classic, au GP de Denain et 3 Jours de La Panne-La Panne, avant de viser grand sur Gand-Wevelgem, À Travers la Flandre, le Tour des Flandres et Paris-Roubaix.

La nouvelle génération néerlandaise

Déjà troisième du Circuit Het Nieuwsblad féminin, la Néerlandaise Jip van den Bos (Boels-Dolmans) a également brillé pour la première fois de sa carrière sur le Samyn. La cycliste hollandaise de 22 ans a ainsi sorti le grand jeu dans l’avant-dernier secteur pavé de la journée, pour finir les dix derniers kilomètres en solitaire, avec près d’une minute d’avance sur ses rivales, qui n’ont jamais pris en charge la poursuite. Van den Bos, qui entame déjà sa cinquième saison professionnelle malgré son jeune âge, s’offre ainsi un premier succès probant sur les routes, après s’être inspirée… de son équipière Chantal Blaak, vainqueur du Circuit Het Nieuwsblad en solo, samedi dernier. « Les deux dernières saisons, j’ai souffert. Je me suis toujours cassée quelque chose. Cette fois-ci, l’hiver a été bon et je peux montrer de quoi je suis réellement capable », confie Van den Bos à Direct Vélo, confirmant qu’il faudra compter sur elle lors du printemps. Surtout au sein d’une équipe qui enchaîne les coups collectifs sur les classiques.

Résultats de la 51e édition du Samyn (Quaregnon > Dour, 200 km) :

Résultats de la 8e édition du Samyn des Dames (Quaregnon > Dour) :

Photo : Deceuninck-Quick Step/Sigfrid Eggers

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Pin It on Pinterest