Kuurne-Bruxelles-Kuurne : Bob Jungels, même dans le vent, dompte la meute des sprinters

À peine arrivé sur les pavés pour se tester sur ces classiques flandriennes, un an après avoir remporté la plus belle des Ardennaises, Liège-Bastogne-Liège, le champion du Luxembourg Bob Jungels (Deceuninck-Quick Step) a brillé dès sa deuxième journée de course sur les routes flamandes ! Sorti à plus de 50 kilomètres de l’arrivée et auteur d’un solo de plus de 15 kilomètres, le coureur de 26 ans a triomphé en puissance sur Kuurne-Bruxelles-Kuurne, face au vent et face aux sprinters lancés à sa poursuite.

Après avoir brillé sur les Grands Tours (meilleur jeune et 6e du Tour d’Italie en 2016) et sur les classiques ardennaises (victoire sur Liège-Bastogne-Liège en 2018), Bob Jungels avait demandé au staff de Deceuninck-Quick Step de changer de programme cette saison et de se tester sur les classiques flandriennes. Vu les départs de Niki Terpstra et Fernando Gaviria, il y avait en effet de la place pour tenter l’expérience au sein de l’équipe la plus attendue sur ces routes particulières. Et on peut dire que le test est plus que convaincant après le week-end d’ouverture de la saison belge. Déjà présent dans le final du Circuit Het Nieuwsblad, remporté par son équipier Zdenek Stybar, Bob Jungels a encore montré son maillot bleu-blanc-rouge sur les pavés de Kuurne-Bruxelles-Kuurne, sur une classique qui ne semblait pourtant pas collé à ses qualités intrinsèques de puncheur.

D’ailleurs, lorsque le Britannique Ian Stannard (Sky) et le champion de Belgique Yves Lampaert (Deceuninck-Quick Step) lançaient la grande offensive sur le Vieux Quaremont, à un peu plus de 70 kilomètres du but, le champion luxembourgeois n’était pas aux avant-postes et profitait surtout du retour d’une quinzaine d’hommes sur le groupe mené par ses équipiers Lampaert, Kasper Asgreen et Zdenek Stybar pour recoller sur la tête de la course. « J’étais un peu à l’arrière sur le Vieux Quaremont, je suis remonté après le sommet. Je n’étais pas bien placé à ce moment-là, mais le vent de face a fait que cela s’est quelque peu regroupé », explique Jungels. Le groupe de 25 hommes semblait prendre le bon tempo pour virer jusque Kuurne avec un bon avantage sur un peloton qui ne savait pas comment s’organiser pour assurer un regroupement général.

De 25 à 5 coureurs

Les Deceuninck-Quick Step profitaient à nouveau de leur supériorité numérique pour lancer une nouvelle offensive, sur le long secteur pavé de Varent. Avec le vent de trois-quarts face, il fallait sortir le gros braquet pour faire la différence. Jungels, rouleur à ses heures perdues, a ainsi décidé de pousser les watts sur ces pavés pour réduire le peloton de tête à un groupe… de cinq coureurs, avec le Danois Magnus Cort Nielsen (Astana), l’Italien Davide Ballerini (Astana), le Belge Oliver Naesen (Ag2r-La Mondiale) et le Néerlandais Sebastian Langeveld (EF Education First). « Sur le secteur pavé du Varent, je voulais réduire le groupe un peu, puis j’ai vu qu’on n’était que cinq. Et au bout de quelques kilomètres, je me suis rendu compte que j’étais l’un des plus forts dans le groupe », continue Jungels.

Derrière, le peloton était déjà clairement usé par les nombreux efforts menés en début de course, notamment face à un vent soufflant à plus de 50 km/h tout au long de l’après-midi. Et les Deceuninck-Quick Step restaient bien aux avant-postes pour bloquer les relais. Et même si à l’approche du dernier circuit final, l’avance des hommes de tête diminuait aux abords de la demi-minute. C’est l’instant que choisissait Bob Jungels pour prendre la poudre d’escampette en solitaire. « Quand j’ai senti que le peloton allait revenir, j’ai décidé de partir seul face au vent. Mais honnêtement, je ne pensais pas tenir face au peloton. On a eu une course très dure hier, puis aujourd’hui, j’imagine que tout le monde était fatigué », rapporte le champion luxembourgeois qui, malgré la fatigue, parvenait à garder plus de dix secondes dans la ligne droite finale, suffisants pour s’offrir la victoire à Kuurne. Soit la première d’un coureur du Grand-Duché sur cette semi-classique flandrienne.

« Je pensais que la course d’hier me convenait mieux. Mais j’avais des sensations extraordinaires, et le vent rendait la course super dur, tant devant que derrière. Je suis juste très content », sourit Jungels, vainqueur de Kuurne-Bruxelles-Kuurne pour sa deuxième course sur les pavés. Il prolonge également la joie des Deceuninck-Quick Step au lendemain du succès de Stybar sur le Circuit Het Nieuwsblad. La formation belge comptait d’abord sur Fabio Jakobsen mais malade, le sprinter néerlandais a dû déclarer forfait, laissant ainsi la place à une course offensive de la part des hommes de Patrick Lefevere. La tactique a encore été payante, et nul doute que les hommes forts de Deceuninck-Quick Step seront encore aux avant-postes des prochaines classiques flandriennes.

Résultats de la 71e édition de Kuurne-Bruxelles-Kuurne (Kuurne > Kuurne, 201.1 km) :

Photo : capture VRT

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Pin It on Pinterest