Notre présentation complète de Kuurne-Bruxelles-Kuurne : les sprinters veulent aussi leur classique flandrienne

Au lendemain d’une classique d’ouverture venteuse et particulièrement intense sur les côtes des Ardennes flamandes, le calme reviendra-t-il dans le peloton ? Loin de là ! Entre Kuurne et Kuurne, la tension restera palpable entre les quelques ascensions prévues pour fatiguer les organismes et la préparation d’un sprint massif attendu dans la cité hippique des Flandres.

Les moments-clés du parcours

Si le parcours de Kuurne-Bruxelles-Kuurne semble plus aisé que le Circuit Het Nieuwsblad, disputé la veille, la semi-classique flandrienne multiplie les nouveautés pour permettre une course de mouvements. Si ce ne sont Bobbie Traksel (en 2010, lors d’une édition épique dans des conditions hivernales) et Jasper Stuyven (en 2016, au bout d’un beau solo dans le circuit local), les sprinters ont souvent trouvé la bonne formule pour annihiler les offensives dans les derniers kilomètres de cette épreuve qui fait la part belle aux longues et larges chaussées bordées par le vent. Difficile donc pour les hommes seuls ou en petit comité de se débarrasser d’un peloton bien plus organisé. Alors, l’organisation a décidé pour cette édition 2019 de corser les choses. D’abord en ajoutant le Volkegemberg et l’Eikenmolen pour émousser les coureurs à l’aube de l’enchaînement dans les côtes flandriennes habituelles, avec le Vieux Quaremont comme grand test pour les sprinters, s’ils espèrent trouver la victoire près de 80 kilomètres plus loin.

Mais même si douze côtes seront sur le chemin du peloton, la dernière d’entre elle, le Nokereberg, se situera à moins de 50 kilomètres de l’arrivée. Difficile de faire la différence sur ces seules ascensions, donc. Mais l’organisation a imaginé l’introduction d’un nouveau circuit local, de près de trente bornes et passant par Courtrai, pour tenter de bouleverser les habitudes. Le dernier circuit local, plus court (près de 10 km), est lui bien plus connu des habitués, avec une ultime ligne droite bien large de plus de 600 mètres. Avec en prime le vent de face. Les attaquants devront donc s’essayer à une tentative dès que le souffle d’Éole se fera plus favorable, notamment lors du retour de Courtrai, dans les 20 derniers kilomètres.

Les favoris

Même si le tracé offre quelques possibilités supplémentaires aux attaquants audacieux, ce sont surtout les sprinters qui sont attendus comme les grands favoris de Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Et ils seront nombreux à se présenter au départ de la semi-classique flandrienne, avec l’espoir de se montrer le plus rapide du peloton au bout des 201 kilomètres de course. À commencer par le vainqueur sortant, Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma), qui aura la casquette de favori vu son expérience sur cette épreuve. Déjà vainqueur d’étape sur le Tour de Valence et le Tour d’Algarve, il apparaît comme l’un des sprinters les plus en forme du moment. Et en l’absence d’Elia Viviani, Caleb Ewan ou Fernando Gaviria, le Néerlandais est intrinsèquement le plus rapide de la liste des partants à Kuurne. Il devra toutefois faire face à une belle concurrence, comme le champion d’Allemagne Pascal Ackermann (Bora-Hansgrohe), vainqueur de la Clasica de Almeria. Il devra toutefois passer les quelques difficultés prévues sur l’épreuve, lui qui préfère les courses plus planes.

Le champion d’Europe Matteo Trentin (Mitcheton-Scott), également vainqueur en Algarve, est lui bien capable de passer ces quelques buttes, et sera un candidat en cas de sprint final sur ces routes. De même que son compatriote Sonny Colbrelli (Bahrain-Merida), devenu au fil des années une valeur sûre sur les classiques printanières. Il dispose d’une bonne pointe de vitesse, et peut clairement enchaîner les « bergs » et pavés, à l’image de Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), qui sera le leader annoncé de sa formation sur cette course qu’il a déjà remportée en solo en 2016.

Côté sprinters encore, le Français Arnaud Démare (Groupama-FDJ) est annoncé malade, lui qui n’a pas pris le départ du Circuit Het Nieuwsblad. Son état de santé reste donc trop incertain que pour le placer clairement parmi les favoris. Au contraire de Nacer Bouhanni (Cofidis) qui, bien qu’annoncé en forme, a connu un Tour d’Oman particulièrement frustrant. Il lui manque justement une victoire pour lancer sa saison. Au sein des équipes françaises, on notera également la présence d’André Greipel (Arkéa-Samsic), qui attend également de se rassurer depuis son retour du Gabon, ou de Jonas Van Genechten (Vital Concept-B&B Hôtels), capable de tenir le bon rythme sur ces routes. Et pour conclure cette longue liste de favoris, attention aux autres sprinters belges que sont Timothy Dupont (Wanty-Gobert) et Jasper Philipsen (UAE Team Emirates), déjà vainqueur cette saison sur le Tour Down Under.

La météo

Le temps sera largement nuageux avec un risque d’averses sur l’ensemble de l’après-midi, principalement du côté de Kuurne. Les températures resteront entre 11 et 13°C. Le vent, par contre, sera très fort avec des rafales de 45 à 70 km/h venant du sud-ouest. Les coureurs devront donc faire face à un vent de trois-quarts face durant la majeure partie du parcours, lors du retour vers Kuurne. Le site d’arrivée sera avec le vent de face, justement.

Les cartes et le profil de la 71e édition de Kuurne-Bruxelles-Kuurne :

Le mode d’emploi de la 71e édition de Kuurne-Bruxelles-Kuurne :

Présentation des coureurs : dès 10h15 à l’hippodrome de Kuurne

Départ fictif : 11h45 sur la Kattestraat à Kuurne

Départ réel : 11h53 sur la Bavikhoofsestraat à Kuurne, après 3,9 km en cortège

Distance : 201,1 kilomètres

Arrivée : vers 16h40 sur la Brugsesteenweg (N50) à Kuurne

Difficultés :
Km 33,3 – Côte 1 : Volkegemberg (1000 m à 5%)
Km 47,9 – Côte 2 : Eikenmolen (350 m à 5,9%)
Km 68,3 – Côte 3 : Onkerzele Berg (2100 m à 3%)
Km 83,8 – Côte 4 : La Houppe (1880 m à 4,8%)
Km 89,3 – Côte 5 : Kanarieberg (1000 m à 7,7%)
Km 96,7 – Côte 6 : Kruisberg (1875 m à 4,8%)
Km 106,7 – Côte 8 : Côte du Trieu (1260 m à 7%)
Km 116,5 – Côte 9 : Vieux Quaremont (2200 m à 4%)
Km 123,3 – Côte 10 : Kluisberg (1100 m à 6,3%)
Km 139,5 – Côte 11 : Tiegemberg (750 m à 5%)
Km 143,8 – Côte 12 : Holstraat (1000 m à 5,2%)
Km 151,4 – Côte 13 : Nokereberg (350 m à 5,7 %)

Palmarès :
2009 – Tom Boonen (BEL)
2010 – Bobbie Traksel (P-B)
2011 – Christopher Sutton (Aus)
2012 – Mark Cavendish (G-B)
2013 – Annulé
2014 – Tom Boonen (BEL)
2015 – Mark Cavendish (G-B)
2016 – Jasper Stuyven (BEL)
2017 – Peter Sagan (Svq)
2018 – Dylan Groenewegen (P-B)

Programme TV :
– Dès 14h30 sur La Une (RTBF)
– Dès 13h30 sur Canvas/Sporza (VRT)
– Dès 15h15 sur Eurosport 1

Photo :

Pin It on Pinterest