Notre présentation du Tour Down Under : un premier rendez-vous au chaud pour un final plus explosif

Le Tour Down Under ouvre ce mardi la saison internationale de cyclisme sur route. Et pour sa vingt-et-unième édition, l’épreuve australienne a quelque peu changé sa formule, clôturant son parcours sur la célèbre montée de Willunga Hill. Les puncheurs et grimpeurs vont apprécier ce nouveau tracé, qui restera toutefois accessible aux sprinters dans ses premières étapes.

Les points d’intérêt

Le parcours de cette édition a déjà connu des changements avant même le départ. En raison des fortes chaleurs et du vent qui peuvent mener à des feux de forêt dans la campagne d’Adelaide (cfr. la météo), les première et deuxième étapes de ce Tour Down Under ont été raccourcies et retravaillées. Ces deux étapes sont rendues moins difficiles et feront moins de 125 kilomètres. L’occasion sera donc belle pour les sprinters de montrer leur pointe de vitesse, vu les finales proposées. Car dès jeudi, sur la 3e étape, les spécialistes des vallons pourraient tenter de faire la différence avec le circuit d’Uraidla, à parcourir à sept reprises. Les petites côtes proposées sur ce circuit vont faire mal, vu la chaleur : plus de 3.000 mètres de dénivelé s’annoncent pour cette seule journée.

La quatrième étape vers Campbelltown sera tout aussi intéressante avec une montée de 2 km à 9% de moyenne dans les dix derniers kilomètres. Suivra une descente légèrement technique qui risque déjà de créer des écarts en vue du classement général. Et après une cinquième étape qui devrait une nouvelle fois faire plaisir aux sprinters malgré une finale sinueuse, la bataille pour le maillot ocre se terminera dimanche sur la 6e étape vers Willunga Hill. Le tracé sera traditionnel avec deux montées sur la célèbre côte de près de 3 km à 7,4% de moyenne. La bataille entre grimpeurs se fera donc sur cette pente assaillie par des milliers de fans, rendant presque jaloux l’Alpe d’Huez.

Les favoris

Comme chaque année, le Tour Down Under fait la part belle aux spécialistes du sprint. Ils sont nombreux à se rendre en Australie pour faire parler la poudre sur des larges lignes droites parfaitement adaptées à leur style de course. Déjà en verve sur les Bay Criteriums, en début d’année, puis sur la Down Under Classic, en préambule à l’épreuve WorldTour, l’Australien Caleb Ewan (Lotto-Soudal) compte engranger les victoires sous sa nouvelle tunique rouge et blanche. Le sprinter de poche part toujours avec un coup d’avance et bénéficie grâce à Roger Kluge d’une aide exceptionnelle pour le mener en tête. Il ne semble craindre personne pour l’instant et sera l’homme à battre dans un emballage massif. Il sera en tout cas attendu face au champion de Slovaquie Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), qui n’arbore plus son arc-en-ciel. Cela ne l’empêche pas de réaliser un résultat positif sur le Down Under Classic (2e), confirmant sa bonne condition en ce début de saison. Attention toutefois au champion d’Italie Elia Viviani (Deceuninck-Quick Step), qui n’a pu encore développer sa pointe de vitesse après une chute sur la Down Under Classic.

Pour le maillot ocre, la concurrence sera également rude. L’Australien Richie Porte (Trek-Segafredo), enfin de retour après une fin de saison 2018 difficile après sa chute sur le Tour de France, partira avec la pancarte de favori après trois deuxièmes places et une victoire ces quatre dernières années. Le grimpeur veut déjà briller sous ses nouvelles couleurs et est apparu en tout cas en bonne condition physique avant ce premier grand rendez-vous pour les Australiens. Le tenant du titre Daryl Impey (Mitchelton-Scott) sera à surveiller, même si le nouveau tracé semble moins lui convenir en vue d’un succès final. Ce sont en effet les grimpeurs qui risquent de faire la pluie et le beau temps durant cette semaine de course. Le Canadien Michael Woods (EF Education First) et le Néo-Zélandais George Bennett (Jumbo-Visma) sont ainsi attendus pour lancer les offensives sur les pentes australiennes, avec notamment Wout Poels (Sky), Domenico Pozzovivo (Bahrain-Merida) ou Pierre Latour (Ag2r-La Mondiale). Alors que Rohan Dennis (Bahrain-Merida), Michael Valgren (Dimension Data) ou encore Jay McCarthy (Bora-Hansgrohe) devront se découvrir avant d’envisager le succès final sur la Willunga Hill.

La météo

Les coureurs vont encore devoir faire face à des températures extrêmes, avec des pics à 40 degrés à certains endroits de la campagne d’Adelaide. Le mercure grimpera en moyenne entre 30 et 35 degrés durant la semaine. Le vent sera fort et soufflera du sud et de l’est, avec des rafales entre 30 et 40 km/h. Il fera largement ensoleillé toute la semaine, avec une présence plus forte des nuages attendue dès vendredi.

Le mode d’emploi de la 21e édition du Tour Down Under :

Dates : du mardi 15 au dimanche 20 janvier 2019

Distance : 827,5 km, avec 6 étapes en ligne

Liste des partants : cliquez ici pour découvrir la liste officielle des partants.

Programme TV : en différé sur L’Équipe
– Mardi, la 1re étape vers 14h55
– Mercredi, la 2e étape vers 12h50
– Jeudi, la 3e étape vers 11h50
– Vendredi, la 4e étape vers 12h10
– Samedi, la 5e étape vers 17h30

Palmarès :
2009 Allan Davis (Aus)
2010 André Greipel (All)
2011 Cameron Meyer (Aus)
2012 Simon Gerrans (Aus)
2013 Tom-Jelte Slagter (P-B)
2014 Simon Gerrans (Aus)
2015 Rohan Dennis (Aus)
2016 Simon Gerrans (Aus)
2017 Richie Porte (Aus)
2018 Daryl Impey (Afs)

Les cartes et profils des étapes de la 21e édition du Tour Down Under :

1re étape – Mardi 15 janvier : North Adelaide > Port Adelaide (129 km)

2e étape – Mercredi 16 janvier : Norwood > Angaston (122,1 km)

3e étape – Jeudi 17 janvier : Lobethal > Uraidla (146,2 km)

4e étape – Vendredi 18 janvier : Unley > Campbelltown (129,2 km)

5e étape – Samedi 19 janvier : Glenelg > Starthalbyn (149,5 km)

6e étape – Dimanche 20 janvier : McLaren Vale > Willunga Hill (151,5 km)

Photo et graphiques : Santos Tour Down Under

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 29 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Pin It on Pinterest