Grand Prix de Wallonie : notre présentation complète de l’édition 2018

Le Grand Prix de Wallonie a subi quelques changements légers pour cette nouvelle édition mais proposera un tracé toujours aussi exigeant, avec même une arrivée légèrement remaniée, qui devrait profiter aux meilleurs puncheurs sur la célèbre Citadelle de Namur.

Les endroits-clés

Comme chaque année, le Grand Prix de Wallonie vaut par son parcours vallonné qui fatigue les organismes avant les attaques attendues dans la vallée de la Meuse, à l’approche de Namur, où est tracée l’arrivée de l’épreuve-phare de cette fin de saison belge. Avec un départ désormais organisé à Blégny, la première moitié de course se veut un peu plus difficile que par le passé, avec quelques toboggans à gérer avant la descente vers Dinant et les côtes mosanes. La victoire risque surtout de se décider dans ces trente derniers kilomètres. Les puncheurs peuvent en effet profiter des côtes de Lustin et de la Tienne aux Pierres pour tenter une sortie en force, avant des descentes rapides, durant lesquelles il faudra pousser du braquet pour prendre les devants. Les plus forts pourraient, eux, patienter jusqu’à l’ascension de la Citadelle de Namur, avec ses pavés et ses virages à 180 degrés qui promettent des relances délicates. Il faudra également faire attention au nouveau final, avec seulement 250 mètres dans la dernière ligne droite, et un virage serré à prendre à toute vitesse pour mener la course.

Les favoris

Sans le tenant du titre Tim Wellens (Lotto-Soudal) qui avait d’abord annoncé sa venue avant d’infirmer l’information en raison d’une fatigue due à son récent voyage au Canada (28e à Québec et 21e à Montréal), les regards se pencheront sur les trois anciens vainqueurs de ce Grand Prix de Wallonie. L’équipier de Wellens, Jens Debusschere (Lotto-Soudal) est ainsi un candidat sérieux à la victoire si un petit groupe atteint le sommet de la Citadelle. En cas de sprint en petit comité, le puissant coureur flandrien a un avantage certain, mais il devra faire attention à d’autres coureurs de ce type comme Arnaud Démare (Groupama-FDJ), qui pourrait surprendre s’il tient le bon rythme sur l’ascension finale après sa deuxième place sur le récent GP de Fourmies, ou encore Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), récemment troisième du GP de Québec et habitué aux efforts intenses sur des faux-plat montants.

Vainqueur en 2013, Jan Bakelants (Ag2r-La Mondiale) est également apparu au Canada en bonne condition, lançant l’un ou l’autre contre pour assurer le travail d’équipe. Visiblement de retour à un niveau plus qu’acceptable, moins d’un an après sa lourde chute sur le Tour de Lombardie, Bakelants pourrait profiter de ce GP de Wallonie pour retrouver le podium. Alors que Julien Simon (Cofidis), vainqueur en 2012, affiche une meilleure forme encore, trois jours après son succès sur le Tour du Doubs. Certes, le Français a profité de la chute de Romain Bardet, mais n’était que quelques mètres derrière son compatriote et avait passé la dernière bosse du Tour du Doubs parmi les meilleurs. La Citadelle de Namur ne devrait donc pas lui faire peur. Son compatriote Jonathan Hivert (Direct Énergie) risque également d’être aux avant-postes sur la Citadelle, alors que Warren Barguil (Fortuneo-Samsic) y parfera sa condition à l’aube des championnats du monde.

La météo

Le ciel sera particulièrement chargé et nuageux durant toute la journée, mais il ne devrait pas pleuvoir selon les dernières prévisions. Les températures oscilleront entre 20 et 23°C et le vent soufflera de nord-ouest à nord entre 10 et 25 km/h. Avec des rafales plus fortes prévues en fin d’après-midi, notamment dans la vallée de la Meuse et à l’approche de la Citadelle de Namur.

Le mode d’emploi de la 59e édition du Grand Prix de Wallonie :

Présentation des coureurs : dès 10h10 sur la place Sainte-Gertrude à Blégny.

Départ fictif : 12h00 sur la rue Entre-Deux-Villes à Blégny.

Départ réel : 12h18 à Micheroux, après 9,2 km en cortège.

Arrivée : vers 17h25 sur l’avenue Marie d’Artois à Namur, au sommet de la citadelle de Namur.

Distance : 205,9 kilomètres

Les difficultés du jour :
Côte 1 – Km 15 : Côte de Trasenster (3,5 km à 5,1% de moyenne) – Passage vers 12h40
Côte 2 – Km 163 : Côte d’Ermeton (1,5 km à 4,3%) – Passage vers 16h23
Côte 3 – Km 181 : Côte de Lustin (3,1 km à 5%) – Passage vers 16h50
Côte 4 – Km 188 : Tienne aux Pierres (3,5 km à 4,5%) – Passage vers 17h01
Côte 5 – Km 205 : Côte de la Citadelle de Namur (2,2 km à 5,3%) – Passage vers 17h24

Liste des partants : cliquez ici pour la découvrir

Palmarès :
2008 Stefano Garzelli (Ita)
2009 Nick Nuyens (BEL)
2010 Paul Martens (All)
2011 Philippe Gilbert (BEL)
2012 Julien Simon (Fra)
2013 Jan Bakelants (BEL)
2014 Greg Van Avermaet (BEL)
2015 Jens Debusschere (BEL)
2016 Tony Gallopin (Fra)
2017 Tim Wellens (BEL)

Direct TV :
– Dès 15h15 sur La Une (RTBF)
– Dès 15h00 sur Eurosport 2

Les cartes et profils de la 59e édition du Grand Prix de Wallonie :

 

Graphiques : TRW’Organisation

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Pin It on Pinterest