Notre présentation complète du championnat de Belgique du contre-la-montre

Les meilleurs rouleurs belges se donnent rendez-vous ce jeudi 21 juin à Anzegem, sur un tracé sans grande difficulté, pour désigner le meilleur spécialiste du royaume.

Si la Belgique n’est pas considérée comme une terre de spécialistes de contre-la-montre depuis une vingtaine d’années, quelques rares pépites arrivent à émerger au fil des saisons. C’est notamment le cas de Victor Campenaerts, habitué des efforts en solitaire qui a décidé voici trois saisons de se consacrer pleinement à l’exercice. Le coureur de Lotto-Soudal en a profité pour s’octroyer entretemps un titre de champion national, en 2016, et un autre de champion d’Europe, l’année suivante. Et malgré la perte de son titre noir-jaune-rouge en 2017, Campenaerts garde la motivation à l’idée de reporter les couleurs belges (du moins avec celles de champion continental) durant cette prochaine année. « Je suis le meilleur coureur belge de contre-la-montre pour le moment et je veux le montrer à Anzegem », confirme l’Anversois. « Le championnat de Belgique est l’une des rares occasions de rouler un long contre-la-montre. (…) J’ai entendu que le parcours à Anzegem était rapide, mais qu’il y a quelques sections plus difficiles de faux-plat. Et je suis content de l’entendre. C’est un type de parcours plus difficile, sur lequel l’aérodynamisme sera important et le poids du coureur aura aussi un effet. Je suis près de 10 kilos plus léger qu’Yves Lampaert, par exemple ». Le ton est donné !

Lampaert : « Cela devrait lui convenir »

Car Campenaerts sait que son principal adversaire sera le tenant du titre Yves Lampaert (Quick Step), sacré champion l’an dernier après avoir manqué de quelques secondes le titre face au même rival un an auparavant. Depuis lors, Lampaert a pris une nouvelle dimension sur les classiques flandriennes et s’est moins montré sur les contre-la-montre cette saison. L’équipe Quick Step reste pourtant confiante quant à la forme de son poulain pour le chrono de ce jeudi. « Vu le parcours, cela devrait lui convenir », affirme sans sourciller le directeur sportif de la formation belge Tom Steels. « Il a montré en Suisse qu’il était en condition, dont tout devrait se jouer selon ce qu’il ressent ce jeudi. Le niveau des coureurs du top est proche et ce sera une belle bagarre. Mais s’il a la fraîcheur et réussit sa meilleure performance, il a eu une bonne chance de répéter son résultat de l’an dernier ». Lampaert sera en tout cas attendu pour ce contre-la-montre au tracé plus ardu qu’en 2017.

De Gendt, le trouble-fête ?

Celui-ci pourrait-il finalement convenir à un autre type de coureur, moins puissant sur le plat mais plus aisé sur les faux-plats ? Comme Thomas De Gendt (Lotto-Soudal), habitué des places d’honneur sur les contre-la-montre de fin de Grands Tours. Mais le Gantois ne veut pas se mettre de pression, loin de là : « Je suis seulement revenu ce mercredi d’un long stage en altitude en Italie donc je n’ai pas de grande attente », lance-t-il d’emblée. « Jeudi est une bonne opportunité d’aller à fond sur le vélo de contre-la-montre, c’est le meilleur entraînement possible. Je m’attends à terminer entre la 5e et la 15e place. Même si un podium est toujours possible, mais je ne sais pas comment mon corps va réagir après ce voyage d’un jour ». Bref, on ne se stresse pas du côté de De Gendt. Le peloton manquera toutefois d’autres habitués de l’effort, comme Ben Hermans (Israel Cycling Academy), récemment deux fois troisième sur le National, Tim Wellens (Lotto-Soudal), fatigué par le Tour de Suisse et son début de saison dantesque, ou encore Maxime Monfort (Lotto-Soudal), qui vise plutôt le Tour de France.

Duyck face à Kopecky chez les dames

Chez les dames, là encore, un duel s’annonce entre deux spécialistes. Ann-Sophie Duyck (Cervélo-Bigla) visera ce jeudi à Anzegem un cinquième titre consécutif sur le contre-la-montre, et affrontera enfin la pistarde et sprinteuse Lotte Kopecky (Lotto-Soudal Ladies), qui avait remporté le premier titre attribué aux espoirs dames, l’an dernier. Kopecky a encore grandi durant cette dernière saison et semble capable de titiller la meilleure rouleuse belge. Difficile d’imaginer un autre combat dans cette catégorie féminine, tant Duyck a montré sa domination sur la scène internationale alors que sa rivale de 22 ans, ex-championne du monde de la course à l’américaine, ne fait que grimper les échelons. Même s’il s’agira pour Kopecky de son premier contre-la-montre homologué de la saison.

Le programme des championnats de Belgique du contre-la-montre :

12h30 – Élites messieurs sans contrat (2 tours de 14,4 km)
13h45 – Élites dames (2 tours de 14,4 km)
15h00 – Élites messieurs avec contrat (3 tours de 14,4 km)

La liste et l’horaire des partants :

Cliquez ici pour télécharger la liste officielle et l’horaire des partants.

Le palmarès :

Élites messieurs :
2017 Yves Lampaert
2016 Victor Campenaerts
2015 Jurgen Van den Broeck
2014 Kristof Vandewalle
2013 Kristof Vandewalle
2012 Kristof Vandewalle
2011 Philippe Gilbert
2010 Stijn Devolder
2009 Maxime Monfort
2008 Stijn Devolder

Élites dames :
2017 Ann-Sophie Duyck
2016 Ann-Sophie Duyck
2015 Ann-Sophie Duyck
2014 Ann-Sophie Duyck
2013 Liesbet De Vocht
2012 Liesbet De Vocht
2011 Liesbet De Vocht
2010 Grace Verbeke
2009 Liesbet De Vocht
2008 An Van Rie

La carte de l’épreuve :

Graphiques : BK Anzegem

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest