Tour de Belgique – #4 : Vanendert renoue avec la victoire et assure le sacre des Lotto-Soudal

Malgré une courte étape annoncée autour de Wanze, cette quatrième étape du Tour de Belgique s’annonçait comme l’étape-reine de l’épreuve avec douze côtes répertoriées au programme, dont deux fois le Mur de Huy. Et cela n’a pas manqué : les nombreux vallons à affronter dans le bassin mosan ont profité aux puncheurs, et surtout à ceux de la Lotto-Soudal.

Dès le coup de départ donné sur les hauteurs de Wanze, les hostilités ont été virulentes en tête du peloton. De nombreuses tentatives ont émaillé le début de course, et il a fallu tout de même près de trente kilomètres avant qu’une première offensive parvienne à s’isoler aux avant-postes. Une vingtaine de coureurs parvenaient ainsi à creuser l’écart sur les routes hutoises et comme attendu, les Lotto-Soudal profitaient de cette sortie pour placer leurs hommes les plus importants. Jelle Wallays, Jens Keukeleire et Jelle Vanendert (Lotto-Soudal) accompagnaient ainsi Anthony Turgis (Cofidis), Bryan Coquard (Vital Concept), Simon Spilak (Katusha-Alpecin), Magnus Cort Nielsen, Andriy Grivko (Astana) ou encore Dion Smith (Wanty-Groupe Gobert). Que des coureurs capables de tenir bon sur les côtes abruptes annoncées sur ce parcours taillé pour les puncheurs. Alors que le leader Christophe Laporte (Cofidis) se retrouvait rapidement piégé dans un peloton où peu de coureurs étaient prêts à collaborer.

Les Lotto-Soudal profitaient ainsi de leur supériorité numérique pour faire mal à différents moments. Keukeleire partait notamment en éclaireur dans une côte non-répertoriée à Villers-le-Bouillet, à plus de 40 kilomètres de l’arrivée, avant de céder le témoin à Jelle Vanendert qui profitait du Kilomètre en Or dans la côte d’Ereffe pour récupérer quelques secondes de bonification. Bien protégé par Keukeleire, Vanendert relançait encore une cartouche dans la dernière difficulté de la journée, la côte du Chemin des Comtes, où il devait relancer à deux reprises pour lâcher Anthony Turgis (Cofidis), bien décidé à accrocher le coureur le plus fort de la Loterie Nationale ce samedi. Vanendert n’avait cure du jeune Français et poussait tant et plus pour un solo de dix kilomètres jusqu’à Wanze.

« Je ne suis pas parti trop fort »

Sous près de 30°C, Jelle Vanendert allait finalement remporter son premier succès depuis… la 14e étape du Tour de France 2011, au sommet du Plateau de Beille. En solitaire, le Limbourgeois, qui connaît bien ces routes hutoises pour avoir habité de nombreuses années à Stockay, s’offre ainsi le deuxième succès de sa carrière et permet en prime à Lotto-Soudal de récupérer le maillot bleu de leader, sur les épaules de Jens Keukeleire. « Il faut souvent que j’espère une course débridée, avec des attaques, pour que je puisse m’imposer. Aujourd’hui, c’était parfait et j’avais le niveau pour réaliser le bon coup », expliquait-il à la sortie du podium, heureux d’avoir de nouveau levé les bras après sept ans de disette. « Je pensais que Jens (Keukeleire) était un peu fatigué lors de la deuxième montée du Mur de Huy puis il a su revenir donc on a décidé alors de jouer le classement général avec lui », confie Vanendert qui aurait pu très bien jouer la victoire finale pour lui-même. « C’est pour ça que je ne suis pas parti trop fort. J’ai quand même pensé à attaquer une dernière fois avant le chemin des Comtes, mais je savais que Jens était assez fort pour contrôler le groupe derrière moi ».

Keukeleire : « Rester à mon tempo »

Keukeleire confirme qu’à 40 kilomètres de l’arrivée, la course a failli se jouer en sa défaveur. « J’ai eu un moment difficile dans la deuxième montée du Mur de Huy. J’ai cru que j’allais perdre le contact. Je ne me sentais pas si bien puis j’ai finalement pu me remettre dans la descente avant la côte d’Ereffe », explique le nouveau maillot bleu. « Je devais surtout rester à mon propre tempo. Je regardais surtout Grivko avec attention, je ne voulais pas qu’il soit trop devant. (…) Quand Vanendert est parti dans le Chemin des Comtes, on m’a dit à la radio que Grivko ne revenait pas et que j’étais en bonne position pour le classement général. On avait discuté de beaucoup de scénarios possibles pour le classement général, finalement on a décidé de prendre la course en mains. Et cela a fonctionné. Vanendert a finalement fait une course idéale pour toute l’équipe ».

Dauphiné puis Tour

Les Lotto-Soudal ont donc réussi un coup double et semblent parti pour un succès de prestige au terme de ce Tour de Belgique : Jens Keukeleire est en tête du classement général avec 19 secondes d’avance sur son équipier Jelle Vanendert et 20 sur Anthony Turgis. Keukeleire voit donc la dernière étape de ce dimanche, dans le Limbourg, avec optimisme : « Je suis dans une meilleure situation que l’année dernière », explique le coureur de Lotto-Soudal, qui avait remporté le général grâce aux bonifications lors de la dernière étape, en 2017. « Je suis heureux de tout ce qui se passe pour le moment, cela compense le difficile printemps que j’ai connu. Je suis heureux que la deuxième partie de saison commence si bien », confirme Keukeleire qui suivra le même programme que Jelle Vanendert ces prochaines semaines : ils seront sur le Critérium du Dauphiné avant le Tour de France, où ils devraient encore se montrer à l’offensive, avec l’espoir d’encore lever les bras cette saison.

Résultats de la 4e étape du Tour de Belgique (Wanze > Wanze, 147,3 km) :

Photos : Grégory Ienco/CyclismeRevue.be

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 27 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest