Tour d’Italie : Simon Yates s’envole, ses adversaires sont déjà perdus

Triple vainqueur d’étape, le Britannique Simon Yates (Mitchelton-Scott) a désormais plus de deux minutes d’avance sur son plus proche adversaire au classement général à l’entame de la troisième et dernière semaine du Tour d’Italie, la plus compliquée à gérer par les étapes proposées et la fatigue accumulée. Et pourtant, s’il ne connaît pas de « jour sans », le coureur de 25 ans semble tout proche d’une première victoire sur un Grand Tour.

Une double attaque à moins de vingt kilomètres de l’arrivée et puis s’en va… Voyant Chris Froome (Sky), vainqueur la veille sur le Monte Zoncolan, en moins bonne position au pied de Costalissoio, dernière ascension répertoriée de la journée, Simon Yates (Mitchelton-Scott) a fait éclater le groupe des favoris dans les premières pentes avant de lancer une seconde offensive plus puissante. Isolé en tête de la course, le Britannique n’a même plus eu à se retourner, tant l’entente parmi ses rivaux n’était pas idéale. Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) et Domenico Pozzovivo (Bahrain-Merida) avaient beau demander des relais, personne ne prenait ses responsabilités. Les multiples accélérations dans le groupe de poursuivants, accompagnées de nombreuses phases de ralentissements, permettaient ainsi à Yates d’accumuler une avance déjà confortable en vue du classement général.

Désormais maillot rose avec plus de deux minutes d’avance sur Tom Dumoulin, Simon Yates écrase tout simplement la concurrence depuis l’arrivée du peloton du Giro dans la haute montagne. Après sa démonstration sur l’Etna avec son équipier Esteban Chaves, le coureur de 25 ans enchaîne depuis lors les offensives. Et c’est visiblement la bonne technique pour faire la différence. Jamais le Britannique n’est apparu dans une position attentiste par rapport à ses rivaux. Au sommet d’Osimo, c’est le maillot rose qui a lancé les hostilités face à Dumoulin. Sur cette quinzième étape, le coureur britannique était aussi aux avant-postes quand il le fallait, attaquant dès qu’il a aperçu Froome en difficultés. Simon Yates profite de toutes les occasions pour montrer sa condition exceptionnelle, et c’est finalement ce qui manque à ses adversaires, qu’on n’a jamais vu attaquer depuis deux semaines de course.

« Cet écart peut s’évaporer »

Et pourtant, Yates reste prudent. Logiquement. C’est la première fois que le Britannique se retrouve dans une telle position sur un Grand Tour et il se méfie de cette troisième semaine de course et de certains de ses adversaires. Dont Tom Dumoulin, candidat le plus délicat à appréhender en vue du contre-la-montre prévu ce mardi sur 34,2 kilomètres. « C’est un bel écart que j’ai réussi à engranger face à Tom », explique le maillot rose, « mais je pense qu’il peut me prendre deux minutes sur ce contre-la-montre. Je me bats depuis Jérusalem pour prendre cette différence. Maintenant, je suis content de cet écart, mais il peut s’évaporer en 35 kilomètres ».

Pour les autres, par contre, difficile d’imaginer un autre combat que celui pour le podium. Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), Domenico Pozzovivo (Bahrain-Merida), Miguel Angel Lopez (Astana) ou encore Richard Carapaz (Movistar) ont toujours joué avec un coup de retard, et vu leurs qualités sur le contre-la-montre, il leur sera difficile de reprendre plus que quelques secondes, éventuellement, sur le maillot rose. « Je me suis senti mieux aujourd’hui mais c’est difficile », confirme Pinot, qui est apparu comme le plus enthousiaste dans la poursuite. Mais au vu de cette deuxième semaine de course, parfaitement négociée par Yates, il faut désormais imaginer une autre stratégie et lancer une offensive plus tôt, déstabiliser le maillot rose, prendre les devants et ne plus suivre. Mais cela demandera un esprit d’initiative qui a jusqu’ici manqué.

Résultats de la 15e étape du 101e Tour d’Italie (Tolmezzo > Sappada, 176 km) :

Photos : RCS Sport/La Presse/Gian Mattia d’Alberto et Marco Alpozzi

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 27 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest