Notre présentation complète de Liège-Bastogne-Liège : la Doyenne tente de se moderniser

Liège-Bastogne-Liège a une légende pour elle, mais les dernières éditions de la Doyenne n’ont pas vraiment rendu hommage à l’histoire de la course. Le nouveau parcours proposé cette année changera-t-il les récentes habitudes ? L’exemple de la récente Flèche Wallonne pourrait en tout cas donner des idées aux candidats à la victoire.

Les points-clés du parcours :

Contrairement à ces dernières saisons, ASO a bouleversé l’entame de Liège-Bastogne-Liège en évitant l’habituel passage sur le point culminant de la Belgique, la Baraque Fraiture, afin de faire passer le peloton dans des routes plus étroites, des côtes plus abruptes (comme Bonnerue ou Mont-le-Soie), et ainsi fatiguer les coureurs avant les premiers juges de paix de cette Doyenne, via la trilogie inaugurée l’an dernier « Pont-Bellevaux-Ferme Libert ». Ces quelques kilomètres supplémentaires dans les vallons, loin des nationales, risquent clairement de jouer sur la finale, car les efforts seront plus intenses avant d’entamer la remontée vers Ans.

C’est notamment l’enchaînement des véritables murs que sont les côtes de Pont, de Bellevaux et de la Ferme Libert, à moins de 90 kilomètres de l’arrivée, qui peut permettre à des outsiders vaillants de lancer une offensive lointaine, du moins pour écrémer le peloton. Par la suite, c’est plutôt la côte de la Redoute qui doit faire une première différence, avant la côte de la Roche-aux-Faucons, et sa descente vers Seraing, où de nombreux coups sont déjà partis. Il restera enfin la côte de Saint-Nicolas à affronter, pour surtout éviter un sprint dans la dernière montée vers Ans.

Cliquez ici pour découvrir les cartes-interactives et itinéraires-horaires de Liège-Bastogne_Liège.

Les favoris annoncés :

Deuxième de la Flèche Wallonne et tenant du titre à Liège, Alejandro Valverde (Movistar) reste une nouvelle fois le grand favori de la Doyenne malgré sa défaite de mercredi dernier. L’Espagnol a surtout été pris à la gorge par tous les favoris sur les nouvelles routes de la Flèche Wallonne, mais prendra-t-il encore les commandes avec son équipe aussi tôt dans la journée ? Ou aura-t-il appris la leçon en laissant le boulot à ses adversaires ? L’expérimenté coureur de 37 ans garde en tout cas la condition physique et le mental nécessaires pour espérer conquérir un quatrième succès sur la Doyenne. Il est clairement le coureur le mieux capable de survivre à l’enchaînement des ascensions ardennaises et d’ensuite faire parler sa pointe de vitesse sur la dernière pente et l’ultime ligne droite à Ans.

Le leader de la Movistar aura toutefois du pain sur la planche vu comment sa formation a été bousculée sur la Flèche Wallonne. Notamment face à la Quick Step de Julian Alaphilippe, vainqueur autoritaire au sommet du Mur de Huy, mercredi. Le coureur français a visiblement passé un cap avec ce succès sur une grande classique. Et selon son capitaine de route Philippe Gilbert, il a surtout eu une autre approche de son printemps et cela commence à payer. Alaphilippe apparaît en effet moins fougueux qu’à l’accoutumée et lance surtout une offensive quand il est certain de son fait. Cela a payé avec deux succès consécutifs sur le Tour du Pays Basque, et une victoire probante sur la Flèche Wallonne. Il bénéficie en outre d’une équipe jeune et offensive. La seule inconnue reste… Philippe Gilbert, justement. Le Remoucastrien a avoué sa grande fatigue après la Flèche Wallonne, vu le printemps particulièrement rempli qu’il a enchaîné. Il roulera plutôt en capitaine de route, en équipier-modèle, et laissera encore le statut de leader à Alaphilippe.

Lire aussi : Alaphilippe complète le travail parfait des Quick Step sur la Flèche Wallonne (vidéos + réactions)

 

Chez Lotto-Soudal également, on voit cette Doyenne avec confiance. Si Tim Wellens avouait sa déception après sa septième place au sommet du Mur de Huy alors qu’il devait être le leader annoncé de l’équipe belge dans ce final abrupt, le coureur limbourgeois devrait clairement être en meilleure condition sur une classique comme Liège-Bastogne-Liège. Son audace peut payer, et il est bien capable de tenter sa chance dès la Roche-aux-Faucons pour déstabiliser les favoris. À moins que ses équipiers s’en occupent, afin d’obliger les autres équipes à faire le travail jusqu’au final. Comme Jelle Vanendert, surprenant troisième de la Flèche. Le Limbourgeois avait déjà affiché son bon retour en forme au Pays Basque et semble prêt à réaliser des performances aussi intéressantes qu’en 2010 et 2011. Et avec des grimpeurs aussi intéressants que Tomasz Marczynski ou Maxime Monfort pour les épauler, la Lotto peut clairement faire la course à sa sauce.

Autre formation en vue, la Bahrain-Merida est également attendue pour animer les offensives dans le final. L’Italien Vincenzo Nibali, qui a failli arriver en tête dans le dernier passage du Mur de Huy, semble avoir toutes les qualités pour briller sur Liège-Bastogne-Liège, un mois après son succès sur Milan-Sanremo. Il a surtout une équipe de puncheurs-grimpeurs idéale sur de telles routes : les frères Gorka et Ion Izaguirre peuvent s’échapper en anticipant, tout comme Franco Pellizotti, le protecteur de Nibali sur ces courses. De même chez Sky : le Polonais Michal Kwiatkowski tentera de faire mieux que sa troisième place l’an dernier et il bénéficiera pour cela d’une équipe de spécialistes, comme Sergio Luis Henao voire Geraint Thomas, de retour sur les routes après un Paris-Roubaix décevant. Alors que Daniel Martin (UAE Team Emirates), s’il s’est remis de sa défaillance de mercredi dernier sur la Flèche, sera à surveiller avec ses équipiers Rui Costa et Diego Ulissi. Enfin, notons également la présence de Michael Matthews (Sunweb), capable de grimper ces côtes ardennaises et de tenter un sprint dans un petit groupe à Ans…

Du côté de la course féminine, la Néerlandaise Anna van der Breggen (Boels-Dolmans) apparaît une nouvelle fois comme la grande favorite au vu de sa performance sur la Flèche Wallonne. Avec Megan Guarnier et Chantal Blaak, respectivement troisième de la Flèche Wallonne et vainqueur de l’Amstel Gold Race, la championne olympique semble sur de très bons rails pour doubler son nom au palmarès de la Doyenne destinée aux dames. Ce sera la course collective qui sera en tout cas la plus importante dans le final vallonné. La Sud-Africaine Ashleigh Moolman-Pasio (Cervélo-Bigla), deuxième sur le Mur de Huy, le sait et risque d’être aux abois pour anticiper les offensives de la Boels-Dolmans, tout comme la championne d’Italie Elisa Longo Borghini (Wiggle-High5). Et dans le final, que ce soit dans la côte de Saint-Nicolas ou la montée finale vers Ans, l’Australienne Shara Gillow (FDJ Nouvelle Aquitaine Futuroscope) et Katarzyna Niewiadoma (Canyon-SRAM) peuvent surprendre avec leur bonne explosivité.

La météo :

Le ciel sera moins clément qu’à l’occasion de la Flèche Wallonne. Le soleil devrait encore être là en matinée et en début d’après-midi mais l’IRM prévoit l’arrivée d’averses en fin d’après-midi, particulièrement dans la région liégeoise. Les températures resteront par contre bonnes pour la saison, entre 15°C et 18°C en matinée, et jusqu’à 22°C dans l’après-midi. Le vent, lui, sera particulièrement fort et soufflera d’ouest à sud-ouest entre 25 et 35 km/h.

Le mode d’emploi de la 104e édition de Liège-Bastogne-Liège masculin (1.WT) :

Distance : 258,5 kilomètres

Départ fictif : 10h10 sur la Place Saint-Lambert à Liège.

Départ réel : 10h25 sur la N30 à Chênée, après 6,8 km en cortège.

Arrivée : vers 16h55 sur la rue Jean Jaurès à Ans.

Les difficultés :
Côte 1 – Km 72 : Côte de Bonnerue (2,4 km à 5,8% de moyenne) – Passage vers 12h13
Côte 2 – Km 109 : Côte de Saint-Roch (1 km à 11,2%) – Passage vers 13h08
Côte 3 – Km 152 : Côte de Mont-le-Soie (4 km à 6,1%) – Passage vers 14h13
Côte 4 – Km 168 : Côte de Pont (1 km à 10,5%) – Passage vers 14h37
Côte 5 – Km 172 : Côte de Bellevaux (1,1 km à 6,8%) – Passage vers 14h43
Côte 6 – Km 180 : Côte de la Ferme Libert (1,2 km à 12,1%) – Passage vers 14h54
Côte 7 – Km 198 : Col du Rosier (4,4 km à 5,9%) – Passage vers 15h22
Côte 8 – Km 211 : Col du Maquisard (2,5 km à 5%) – Passage vers 15h41
Côte 9 – Km 222,5 : Côte de la Redoute (2 km à 8,9%) – Passage vers 15h58
Côte 10 – Km 239 : Côte de la Roche-aux-Faucons (1,3 km à 11%) – Passage vers 16h23
Côte 11 – Km 253 : Côte de Saint-Nicolas (1,2 km à 8,6%) – Passage vers 16h45

Cliquez ici pour découvrir les cartes-interactives et itinéraires-horaires de Liège-Bastogne-Liège.

Palmarès :
2008 – Alejandro Valverde (Esp)
2009 – Andy Schleck (Lux)
2010 – Alexandre Vinokourov (Kaz)
2011 – Philippe Gilbert (BEL)
2012 – Maxim Iglinskiy (Kaz)
2013 – Daniel Martin (Irl)
2014 – Simon Gerrans (Aus)
2015 – Alejandro Valverde (Esp)
2016 – Wout Poels (P-B)
2017 – Alejandro Valverde (Esp)

Télévision :
– En direct dès 13h35 sur La Une (RTBF).
– En direct dès 13h30 sur Één/Sporza (VRT).
– En direct dès 14h00 sur Eurosport 2 puis 15h15 sur Eurosport 1.
– En direct dès 15h15 sur France 3.

Liste des partants : cliquez ici pour découvrir la liste des partants.

La carte et le profil de la course :

Le mode d’emploi de la 2e édition de Liège-Bastogne-Liège féminin (1.WWT) :

Distance : 136 kilomètres

Départ fictif : 10h35 sur la Place McAuliffe à Bastogne.

Départ réel : 10h45 devant le Mémorial de Mardasson à Bastogne, après 2,2 km en cortège.

Arrivée : vers 14h30 sur la rue Jean Jaurès à Ans.

Les difficultés :
Côte 1 – Km 82,5 : Côte de la Vecquée (6,7 km à 4,9% de moyenne) – Passage vers 13h02
Côte 2 – Km 100 : Côte de la Redoute (2 km à 8,9%) – Passage vers 13h31
Côte 3 – Km 116 : Côte de la Roche-aux-Faucons (1,3 km à 11%) – Passage vers 13h58
Côte 4 – Km 130,5 : Côte de Saint-Nicolas (1,2 km à 8,6%) – Passage vers 14h22

Cliquez ici pour découvrir les cartes-interactives et itinéraires-horaires de Liège-Bastogne-Liège.

Palmarès :
2017 – Anna van der Breggen (P-B)

Liste des partantes : cliquez ici pour découvrir la liste des partantes.

La carte et le profil de la course :

Graphiques : ASO/Georoute – Photo : ASO

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest