Notre présentation complète de l’Amstel Gold Race : la plus indécise des Ardennaises

Dans le Limbourg néerlandais, les côtes vont à nouveau s’enchaîner durant plus de 260 bornes. Entre Maastricht et Berg en Terblijt, aux abords de Valkenburg, l’Amstel Gold Race présente un tracé vallonné mais aussi favorable aux attaques. Les derniers changements proposés par l’organisation permettent ainsi à la classique néerlandaise d’être la course la plus indécise de la trilogie ardennaise.

Les points-clés du parcours :

Si elle se déroule toujours dans la même région, l’Amstel Gold Race a droit à un parcours de plus en plus surprenant au fil des années. Elle est certainement la plus classique qui a le plus bougé ces dernières années. De la course pour sprinters des années ’90 à l’épreuve pour puncheurs des années 2000, l’Amstel Gold Race a pris une nouvelle direction la saison dernière avec la disparition du Cauberg dans son final et la mise en place d’un circuit autour de Berg en Terblijt, qui favorise les attaques. Si les trois passages sur le célèbre Cauberg ont bien été conservés pour cette édition 2018, le tracé final a encore connu quelques modifications : les ascensions du Geulhemmerberg et du Bemelerberg, dans la banlieue de Valkenburg, sont cette fois accompagnées de faux-plats et de routes de campagne encore plus étroites. Un peloton aura énormément de difficultés à s’organiser sur de tels chemins, et un positionnement aux avant-postes sera indispensable avant l’arrivée.

Les favoris annoncés :

Et si la Quick Step réussissait encore à dominer les débats sur l’Amstel Gold Race comme elle a pu le faire sur la majorité des classiques flandriennes ? L’équipe belge dévoile en tout cas une nouvelle équipe particulièrement alléchante pour cette 53e édition de l’Amstel Gold Race. D’abord, les héros des pavés seront de la partie, comme le vainqueur du Tour des Flandres Niki Terpstra, qui a prouvé par sa condition actuelle qu’il peut encore apporter une carte joker à la Quick Step sur cette course batave. L’ancien champion du monde Philippe Gilbert, quadruple vainqueur de l’Amstel Gold Race et tenant du titre, est également attendu sur ces routes qu’il apprécie et qui pourrait lui permettre de confirmer la logique de son programme flandrio-ardennais. Et à leurs côtés, ils pourront s’appuyer sur le leader annoncé des hommes en bleu et blanc sur ces classiques ardennaises : Julian Alaphilippe. Double vainqueur d’étape sur le récent Tour du Pays Basque, le Français a le tempérament nécessaire pour s’imposer sur ce terrain, même si les côtes semblent assez peu ardues pour ses qualités de puncheur.

L’autre formation belge, Lotto-Soudal, est aussi dans de bonnes dispositions pour cette première étape de la trilogie ardennaise. Vainqueur de la Flèche Brabançonne, mercredi, Tim Wellens veut une nouvelle fois profiter du solide collectif démontré par l’équipe de la Loterie Nationale pour briller à Valkenburg. Il est la dernière pièce d’une fusée à plusieurs étages qui risque de dynamiter la course batave. Car Lotto peut également tenter sa chance avec Tiesj Benoot, qui souhaite connaître ses qualités sur les routes ardennaises avant de prendre une décision quant à son futur destin sportif, entre les pavés et les montagnes. Sans oublier Jelle Vanendert, capitaine de route qui peut encore s’attaquer à une telle classique et surprendre les favoris en cas d’attaque au long cours.

Les deux formations belges auront toutefois encore plus de concurrence que sur les routes flandriennes, vu les puncheurs qui s’annoncent aux Pays-Bas. L’Espagnol Alejandro Valverde (Movistar), déjà vainqueur à neuf reprises depuis le début de la saison, est logiquement pointé comme le grand favori de cette classique néerlandaise. Pourtant, le leader de la Movistar n’a jamais trouvé la victoire sur l’Amstel Gold Race, tant il est surveillé sur ces routes ardennaises. Depuis que le Cauberg a disparu du final de l’épreuve limbourgeoise, il est difficile pour un pur puncheur de se détacher sur une ascension et de faire une large différence. Valverde pourra-t-il accompagner un groupe d’échappés sur un tel tracé ? Il pourrait en tout cas suivre l’exemple du Polonais Michal Kwiatkowski (Sky), qui a accompagné Gilbert dans le final l’an dernier et qui sera encore attendu parmi les outsiders, malgré une fin de Tour du Pays Basque dans la maladie.

 

Le champion du monde Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), vainqueur de Paris-Roubaix dimanche dernier, risque également de se montrer aux avant-postes sur ce terrain qui est clairement à sa portée. Le Slovaque est un coureur taillé pour cette classique, capable de se tailler dans une offensive cinglante ou de tenir le bon groupe pour conclure ensuite au sprint. Il n’est d’ailleurs pas le seul : l’Australien Michael Matthews (Sunweb), qui mise sur les classiques ardennaises, est attendu en première ligne et peut clairement jouer sa carte en cas d’emballage massif à Berg en Terblijt. Et l’Italien Sonny Colbrelli (Bahrain-Merida), deuxième de la Flèche Brabançonne mercredi et troisième de l’Amstel Gold Race en 2016, est une véritable bête noire si un sprint s’annonce dans le circuit final. Il est clairement capable de tenir la distance et les côtes, notamment avec Vincenzo Nibali à ses côtés.

 

Chez les dames, sur un tracé similaire à la course masculine dans son final, la tenante du titre Anna van der Breggen (Boels-Dolmans), récente vainqueur du Tour des Flandres, a encore toutes les cartes en main pour s’imposer pour la deuxième année consécutive à Berg en Terblijt. Surtout vu les équipières dont elle dispose à ses côtés, comme la championne du monde Chantal Blaak (Boels-Dolmans), vainqueur d’étape sur le Healthy Ageing Tour, aux Pays-Bas, la semaine dernière. Leurs principales concurrentes seront d’ailleurs d’autres Néerlandaises : la championne du monde du contre-la-montre Annemiek van Vleuten (Mitchelton-Scott) a également les qualités pour s’arracher dans une côte, prendre ses distances et profiter des routes étroites du final pour s’imposer. La championne d’Europe Marianne Vos (WaowDeals) aura également les mêmes prétentions sur ces routes vallonnées qu’elle adore.

Sur un tel tracé exigeant, la Polonaise Katarzyna Niewiadoma (Canyon-SRAM) est clairement une concurrente à surveiller, surtout dans le circuit final entre le dernier passage sur le Cauberg et Berg en Terblijt. Elle aura en tout cas le soutien d’une spécialiste des classiques ardennaises, Pauline Ferrand-Prévot, qui revient de ses premières expériences de l’année sur le VTT pour tâter à nouveau de la route. L’Italienne Elisa Longo Borghini (Wiggle-High5) sera aussi parmi les favorites vu ses qualités de puncheur-grimpeur, même si depuis le début de la saison, la championne italienne n’a toujours pas trouvé de meilleur résultat qu’une troisième place sur le Strade Bianche. Son retour sur l’Amstel est la bonne occasion pour elle de se relancer.

La météo :

Le ciel sera légèrement nuageux à nuageux tout au long de la journée. Si le temps devrait rester sec en début de course, des averses locales pourraient arroser les coureurs dès 15h00 sur l’ensemble du Limbourg néerlandais. Les températures resteront douces entre 15 et 20°C. Le vent soufflera d’ouest à sud-ouest entre 15 et 30 km/h.

Le mode d’emploi de la 53e édition de l’Amstel Gold Race masculine (1.WT) :

Distance : 263,0 kilomètres

Départ fictif : 10h30 sur le Markt à Maastricht.

Départ réel : 10h36 sur la Borgharenweg à Maastricht, après 2 km en cortège.

Arrivée : vers 17h10 sur la Rijksweg à Berg en Terblijt.

Les difficultés :
Côte 1 – Km 9,6 : Slingerberg – Passage vers 10h50
Côte 2 – Km 14,5 : Adsteeg – Passage vers 10h57
Côte 3 – Km 22,7 : Lange Raarberg – Passage vers 11h10
Côte 4 – Km 38,7 : Bergseweg – Passage vers 11h34
Côte 5 – Km 50,4 : Sibbergrubbe – Passage vers 11h51
Côte 6 – Km 54,8 : Cauberg – Passage vers 11h58
Côte 7 – Km 59,4 : Geulhemmerberg – Passage vers 12h05
Côte 8 – Km 78,8 : Heiweg – Passage vers 12h34
Côte 9 – Km 82,8 : Kallenberg – Passage vers 12h40
Côte 10 – Km 89,8 : Wolfsberg – Passage vers 12h50
Côte 11 – Km 93,3 : Loorberg – Passage vers 12h55
Côte 12 – Km 104,8 : Schweibergerweg – Passage vers 13h13
Côte 13 – Km 111,2 : Camerig – Passage vers 13h22
Côte 14 – Km 122,4 : Drielandenpunt – Passage vers 13h39
Côte 15 – Km 127,0 : Gemmenich – Passage vers 13h46
Côte 16 – Km 130,4 : Vijlenerbos – Passage vers 13h51
Côte 17 – Km 139,1 : Eperheide – Passage vers 14h04
Côte 18 – Km 147,9 : Gulpenerberg – Passage vers 14h17
Côte 19 – Km 151,5 : Plettenberg – Passage vers 14h23
Côte 20 – Km 153,7 : Eyserweg – Passage vers 14h26
Côte 21 – Km 158,3 : St. Remigiusstraat – Passage vers 14h33
Côte 22 – Km 163,7 : Vrakelberg – Passage vers 14h41
Côte 23 – Km 171,6 : Sibbergrubbe – Passage vers 14h53
Côte 24 – Km 176,0 : Cauberg – Passage vers 15h00
Côte 25 – Km 180,5 : Geulhemmerberg – Passage vers 15h06
Côte 26 – Km 193,5 : Bemelerberg – Passage vers 15h26
Côte 27 – Km 209,0 : Loorberg – Passage vers 15h49
Côte 28 – Km 218,9 : Gulpenerberg – Passage vers 16h04
Côte 29 – Km 224,3 : Kruisberg – Passage vers 16h12
Côte 30 – Km 226,3 : Eyserbosweg – Passage vers 16h15
Côte 31 – Km 230,1 : Fromberg – Passage vers 16h21
Côte 32 – Km 234,6 : Keutenberg – Passage vers 16h27
Côte 33 – Km 244,7 : Cauberg – Passage vers 16h43
Côte 34 – Km 249,3 : Geulhemmerberg – Passage vers 16h49
Côte 35 – Km 256,1 : Bemelerberg – Passage vers 17h00

Palmarès :
2008 – Damiano Cunego (Ita)
2009 – Sergei Ivanov (Rus)
2010 – Philippe Gilbert (BEL)
2011 – Philippe Gilbert (BEL)
2012 – Enrico Gasparotto (Ita)
2013 – Roman Kreuziger (Tch)
2014 – Philippe Gilbert (BEL)
2015 – Michal Kwiatkowski (Pol)
2016 – Enrico Gasparotto (Ita)
2017 – Philippe Gilbert (BEL)

Télévision :
– En direct dès 14h45 sur La Une (RTBF).
– En direct dès 14h30 sur Één/Sporza (VRT).
– En direct dès 14h45 sur Eurosport 1.

Liste des partants : cliquez ici pour découvrir la liste des partants.

La carte et le profil de la course :

Le mode d’emploi de la 2e édition de l’Amstel Gold Race féminine (1.WWT) :

Distance : 116,9 kilomètres

Départ fictif : 10h50 sur le Markt à Maastricht.

Départ réel : 10h56 sur la Borgharenweg à Maastricht, après 2 km en cortège.

Arrivée : vers 14h04 sur la Rijksweg à Berg en Terblijt.

Les difficultés :
Côte 1 – Km 9,1 : Slingerberg – Passage vers 11h10
Côte 2 – Km 13,8 : Adsteeg – Passage vers 11h18
Côte 3 – Km 22,0 : Lange Raarberg – Passage vers 11h31
Côte 4 – Km 37,7 : Bergseweg – Passage vers 11h56
Côte 5 – Km 45,3 : Eyserbosweg – Passage vers 12h09
Côte 6 – Km 49,1 : Fromberg – Passage vers 12h15
Côte 7 – Km 53,6 : Keutenberg – Passage vers 12h22
Côte 8 – Km 63,6 : Cauberg – Passage vers 12h38
Côte 9 – Km 68,2 : Geulhemmerberg – Passage vers 12h46
Côte 10 – Km 75,0 : Bemelerberg – Passage vers 12h57
Côte 11 – Km 80,4 : Cauberg – Passage vers 13h06
Côte 12 – Km 85,1 : Geulhemmerberg – Passage vers 13h13
Côte 13 – Km 91,9 : Bemelerberg – Passage vers 13h24
Côte 14 – Km 97,4 : Cauberg – Passage vers 13h33
Côte 15 – Km 102,1 : Geulhemmerberg – Passage vers 13h40
Côte 16 – Km 108,9 : Bemelerberg – Passage vers 13h51

Palmarès :
2017 – Anna van der Breggen (P-B)

Télévision :
– En direct dès 13h30 sur La Deux (RTBF).
– En direct dès 13h30 sur Één/Sporza (VRT).
– En direct dès 13h30 sur Eurosport 1.

Liste des partantes : cliquez ici pour découvrir la liste des partantes.

La carte et le profil de la course :

 

Graphiques : Amstel Gold Race et La Flamme Rouge


Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 27 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest