Notre présentation complète de Gand-Wevelgem : le vent va encore souffler les favoris

La campagne flandrienne se poursuit, cette fois à la frontière franco-belge. Vers Wevelgem, les circuits autour des Plugstreets, ces fameux chemins de caillasse, et du Mont Kemmel, vont clairement faire le ménage dans le peloton, mais c’est surtout le final sur les longues chaussées qui risque de faire le tri entre les favoris et outsiders. Qui donc succèdera à Greg Van Avermaet sur Gand-Wevelgem ?

Les points-clés du parcours :

Les côtes sont nombreuses sur Gand-Wevelgem, du moins sur papier. Mais il s’agit pour la plupart de petites collines qui risquent surtout de casser le rythme des coureurs les moins aguerris sur ces routes flandriennes. Ce ne sont pas ces ascensions qui feront la décision finale. C’est surtout l’enchaînement du Monteberg et du Mont Kemmel qui feront clairement la différence au sein du peloton. Une première succession à près de 80 bornes de l’arrivée, avec un passage à 22% sur ce Mont Kemmel sur lequel les puncheurs prennent habituellement leurs distances, puis une deuxième succession à une trentaine de kilomètres du but, pour déterminer les groupes à l’aube du long final vers Wevelgem. Sans oublier le passage sur les Plugstreets, ces chemins de terre et de caillasses qui peuvent éliminer d’éventuels favoris victimes de malchance, à moins de 60 kilomètres de Wevelgem.

Et ensuite ? Après le deuxième passage au sommet du Mont Kemmel, les pourcentages ne seront plus forcément sous les roues des coureurs. Ce sera plutôt le vent (cfr. Météo) qui jouera le plus grand rôle dans ces trente derniers kilomètres. Les chaussées seront larges et ouvertes, le souffle d’Éole pourra s’y engouffrer sans trop de mal. Les bordures risquent donc d’être au programme si un peloton plus massif parvient à dompter le Mont Kemmel.

Les favoris annoncés :

Vainqueur autoritaire au terme d’une course particulièrement animée l’an dernier, Greg Van Avermaet (BMC) n’apparaît pas cette année aussi impressionnant que par le passé, mais il reste malgré tout l’un des favoris à ne pas manquer sur ces routes flandriennes. Le champion olympique connaît ses qualités, et sait qu’il devra avant tout se défaire du peloton et d’un maximum de sprinters pour espérer jouer la première place à Wevelgem. Il bénéficie pour cela d’une équipe parfaitement taillée pour ce type d’efforts, comme ses équipiers l’ont prouvé sur le GP E3 vendredi. Et en cas d’arrivée groupée, le groupe rouge et noir peut également compter sur Jürgen Roelandts, qui a retrouvé sa pointe de vitesse.

Autre équipe en position de force, la Quick Step sera évidemment attendue aux avant-postes au vu de sa démonstration sur le GP E3. L’équipe accueillera cette fois un sprinter en plus, en la personne d’Elia Viviani, et c’est justement avec cette carte en plus que la formation belge peut surprendre. Certes, l’Italien a brillé sur les Trois Jours de La Panne-Bruges, course qui traversait également les côtes autour du Mont Kemmel, mais l’enchaînement sera plus brutal sur cette 80e édition de Gand-Wevelgem. Il faudra donc bien s’accrocher à la mi-course avant d’envisager une arrivée groupée. Et même si un emballage massif ne s’annonce pas, la Quick Step peut jouer la carte de l’attaque, avec notamment Philippe Gilbert ou Niki Terpstra.

Moins en verve qu’à l’accoutumée, le Slovaque Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) devra montrer un tout autre visage s’il veut briller sur Gand-Wevelgem, où il s’est déjà imposé en solitaire en 2016 ou en 2013. Le champion du monde aura une équipe totalement dédiée à sa cause, et pourrait tant se défaire du peloton que s’imposer dans un petit groupe, en temps normal. Cette fois, Sagan semble en moins bonne condition. À cause de ses deux chutes sur le GP E3 ? Ou en raison d’une campagne printanière moins préparée que d’habitude ? Des questions se posent en tout cas sur l’état de forme du Slovaque et au vu de ses déclarations toujours aussi vagues, il est difficile d’envisager l’avenir du coureur durant ce printemps.

Gand-Wevelgem reste malgré tout l’une des seules classiques flandriennes que les sprinters peuvent mener à bien. Demandez à Tom Boonen ou John Degenkolb. Le champion de France Arnaud Démare (Groupama-FDJ), qui a pointé ce printemps comme son premier objectif de l’année, peut clairement jouer sa carte sur une telle épreuve, tout comme l’Australien Michael Matthews (Mitchelton-Scott) ou Dylan Groenewegen (LottoNL-Jumbo). Encore doivent-ils tenir le bon groupe dans de telles conditions venteuses.

Chez les dames, un sprint pourrait également conclure l’épreuve de ce dimanche, même si le final sera semblable à la course masculine. Vainqueur sur les Trois Jours de La Panne-Bruges, Jolien d’Hoore (Mitchelton-Scott) empoche le statut de favorite sur une course qui semble parfaite pour ses qualités : une habituée des emballages massifs qui peut également passer les côtes. Elle aura toutefois face à elle de sacrées concurrentes. Notamment l’Américaine Coryn Rivera (Sunweb), vainqueur au sprint du Tour des Flandres l’an dernier, sur un tracé bien plus ardu. La Néerlandaise Chantal Blaak (Boels-Dolmans), la Finlandaise Lotta Lepistö (Cervélo-Bigla), vainqueur l’an dernier, ou encore l’Italienne Elisa Longo Borghini (Wiggle-High5) sont également attendues sur de telles routes.

La météo :

Le soleil fera sa réapparition sur les routes flandriennes durant cette journée : certes, le temps restera généralement nuageux avec un faible risque d’ondées durant l’après-midi, mais les éclaircies seront également plus nombreuses en fin d’après-midi. Les températures resteront autour de 10 à 13°C jusqu’en fin d’après-midi. Le vent, par contre, restera fort, avec des rafales entre 15 et 35 km/h venant du nord et du nord-ouest. Autant dire que les bourrasques vont certainement briser le peloton en plusieurs morceaux d’ici l’arrivée à Wevelgem.

Le mode d’emploi de la 80e édition de Gand-Wevelgem :

Distance : 251,1 kilomètres

Départ fictif : 11h25 sur le Grote Markt à Deinze.

Départ réel : 11h35 sur la Tweebruggenlaan (N35) à Deinze, après 3,7 km en cortège

Arrivée : vers 17h42 sur la Vanackerestraat à Wevelgem.

Les difficultés :
Côte 1 – Km 125,2 : Den Appel – Passage vers 14h38
Côte 2 – Km 128,9 : Le Steen Acker – Passage vers 14h44
Côte 3 – Km 137,2 : Mont des Cats – Passage vers 14h56
Côte 4 – Km 141,0 : Mont Kokereel – Passage vers 15h01
Côte 5 – Km 143,3 : Vert Mont – Passage vers 15h05
Côte 6 – Km 145,6 : Côte du Ravel Put – Passage vers 15h08
Côte 7 – Km 150,8 : Côte de la Blanchisserie – Passage vers 15h16
Côte 8 – Km 157,3 : Le Ravensberg – Passage vers 15h25
Côte 9 – Km 158,9 : Speelberg – Passage vers 15h27
Côte 10 – Km 168,4 : Baneberg – Passage vers 15h41
Côte 11 – Km 173,5 : De Pingelaar – Passage vers 15h49
Côte 12 – Km 176,4 : Mont Kemmel – Passage vers 15h53
Côte 13 – Km 180,4 : Monteberg – Passage vers 15h59
Côte 14 – Km 185,6 : Kraalberg – Passage vers 16h07
Côte 15 – Km 186,9 : Mesenberg – Passage vers 16h08
Plugstreet 1 – Km 191,6 : Hill 63 – Passage vers 16h15
Côte 16 – Km 192,2 : La Hutte – Passage vers 16h16
Plugstreet 2 – Km 194,1 : Christmas Truce – Passage vers 16h19
Plugstreet 3 – Km 196,3 : The Catacombs – Passage vers 16h22
Côte 17 – Km 198,4 : Rosenberg – Passage vers 16h25
Côte 18 – Km 200,4 : De Trompe – Passage vers 16h28
Côte 19 – Km 212,2 : Baneberg – Passage vers 16h46
Côte 20 – Km 216,8 : Mont Kemmel – Passage vers 16h52

Palmarès :
2008 – Oscar Freire (Esp)
2009 – Edvald Boasson Hagen (Nor)
2010 – Bernhard Eisel (Aut)
2011 – Tom Boonen (BEL)
2012 – Tom Boonen (BEL)
2013 – Peter Sagan (Svq)
2014 – John Degenkolb (All)
2015 – Luca Paolini (Ita)
2016 – Peter Sagan (Svq)
2017 – Greg Van Avermaet (BEL)

Télévision :
– En direct dès 14h30 sur La Une (RTBF)
– En direct dès 13h30 sur Één/Sporza (VRT)
– En direct dès 15h20 sur L’Équipe

Liste des partants : cliquez ici pour découvrir la liste des partants.

La carte et le profil de la course masculine :

Le mode d’emploi de la 7e édition de Gand-Wevelgem dames :

Distance : 142,6 kilomètres

Départ fictif : 10h25 sur le Grote Markt à Ypres.

Départ réel : 10h30 sur la Poperingseweg (N308) à Vlamertinge, après 2,9 km en cortège

Arrivée : vers 14h20 sur la Vanackerestraat à Wevelgem.

Les difficultés :
Côte 1 – Km 32,1 : Den Appel – Passage vers 11h22
Côte 2 – Km 44,1 : De Nedergraaf – Passage vers 11h42
Côte 3 – Km 45,7 : Kasteelmolen – Passage vers 11h44
Côte 4 – Km 47,8 : Goeberg – Passage vers 11h48
Côte 5 – Km 52,4 : Baneberg – Passage vers 11h55
Côte 6 – Km 57,5 : De Pingelaar – Passage vers 12h03
Côte 7 – Km 60,3 : Mont Kemmel – Passage vers 12h08
Côte 8 – Km 64,3 : Monteberg – Passage vers 12h14
Côte 9 – Km 69,5 : Kraaiberg – Passage vers 12h23
Côte 10 – Km 70,8 : Mesenberg – Passage vers 12h25
Plugstreet 1 – Km  75,5 : Hill 63 – Passage vers 12h32
Côte 11 – Km 76,0 : La Hutte – Passage vers 12h33
Plugstreet 2 – Km 77,9 : Christmas Truce – Passage vers 12h36
Plugstreet 3 – Km 80,1 : The Catacombs – Passage vers 12h40
Côte 12 – Km 82,2 : Rosenberg – Passage vers 12h43
Côte 13 – Km 84,8 : De Trompe – Passage vers 12h48
Côte 14 – Km 96,1 : Baneberg – Passage vers 13h06
Côte 15 – Km 101,2 : De Pingelaar – Passage vers 13h14
Côte 16 – Km 104,1 : Mont Kemmel – Passage vers 13h19
Côte 17 – Km 108,0 : Monteberg – Passage vers 13h25

Palmarès :
2012 – Elizabeth Armitstead (G-B)
2013 – Kirsten Wild (P-B)
2014 – Lauren Hall (USA)
2015 – Floortje Mackaij (P-B)
2016 – Chantal Blaak (P-B)
2017 – Lotta Lepistö (Fin)

Télévision :
– En direct dès 12h25 sur Canvas/Sporza puis dès 13h30 sur Één/Sporza (VRT)

Liste des partantes : cliquez ici pour découvrir la liste des partantes.

La carte et le profil de la course féminine :

Graphiques : Flanders Classics


Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 27 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest