Nokere-Koerse : Fabio Jakobsen, la pépite néerlandaise de Quick Step, se révèle sur le Nokereberg

Vainqueur autoritaire de Nokere-Koerse au terme d’un sprint en petit comité qu’il avait déjà l’habitude de dominer chez les espoirs, le Néerlandais Fabio Jakobsen (Quick Step Floors) se révèle chez les professionnels à seulement 21 ans et confirme son potentiel de puncheur puissant, capable de bagarrer sur les courses d’un jour et de s’imposer en cas d’arrivée massive grâce à sa pointe de vitesse.

En août dernier, Fabio Jakobsen considérait sa victoire au sprint sur la deuxième étape du Tour de l’Avenir comme sa plus belle victoire, alors qu’il allait conclure sa dernière saison parmi les espoirs. Sept mois plus tard, sur les pavés du Nokereberg, le Néerlandais savoure « une très belle victoire », sa première chez les professionnels. Dans le sprint de cette 73e édition de Nokere-Koerse, le coureur batave est sorti du bois dans le dernier virage, après un travail de sape de ses ultimes équipiers de la Quick Step, pour dominer ce qu’il restait du peloton. Devant une vingtaine de coureurs, Jakobsen n’a laissé aucun adversaire le déborder, se permettant de lever les bras à 50 mètres de la ligne. Une toute-puissance qui confirme ses prédispositions pour les courses rudes, durant lesquelles les diverses offensives fatiguent ses adversaires alors qu’il peut dévoiler toute sa puissance et son endurance.

Un profil-type de Flandrien

Car Patrick Lefevere, manager de la Quick Step, ne s’est pas trompé en engageant le protégé de la SEG Racing Academy pour ses débuts professionnels. À seulement 21 ans, le double champion des Pays-Bas chez les moins de 23 ans, enchaîne les performances de choix, dans une catégorie qui sied parfaitement à l’équipe belge : un coureur touche-à-tout, avec une belle pointe de vitesse et un caractère imposant. Un profil-type de Flandrien, finalement. Mais s’il devait être comparé à quelqu’un, au vu de son palmarès et de ses prestations parmi les espoirs, ce serait plutôt à Peter Sagan. Avec l’envie de gagner au plus vite, tant qu’il peut progresser en prime. « Avant le premier stage de l’équipe, j’ai parlé avec Niki Terpstra et il m’a dit que cette équipe veut toujours gagner », confirmait Fabio Jakobsen en décembre 2017 au magazine Cycling.be. « Mais ils ont parfois dû faire sans sprinter sur une épreuve dans laquelle un sprint semblait inévitable. Ils pourraient donc m’utiliser, lui ai-je dit. Cela m’intéresse, car un sprinter veut évidemment gagner et même si on court au plus haut niveau ». L’ambition est déjà là.

« Si l’arrivée de termine en légère montée… »

Certes habitué aux arrivées massives durant ses années avec les espoirs, Fabio Jakobsen se montre plus complet qu’il y paraît. D’abord champion des Pays-Bas des moins de 23 ans sur un tracé plat puis, l’année suivante, sur un circuit bien plus vallonné, en solitaire, le Néerlandais démontre qu’il peut forger son palmarès au caractère, et pas seulement à la force des cuisses. « Je sais que j’ai une bonne pointe de vitesse, donc je dois me concentrer là-dessus, mais je me développe également en tant que coureur. Si je peux gagner des sprints, c’est mon objectif, mais je sais qu’il y a une grande différence entre les courses pour les espoirs et les professionnels », ajoute le Néerlandais à PezCyclingNews. « Mon type de course ? Une course normale avec quelques côtes qui se termine au sprint. Ce qui joue vraiment en ma faveur, c’est si l’arrivée se termine en légère montée, et où tout qui compte est la puissance. J’excelle dans ces situations ». Comme à Nokere-Koerse finalement, où malgré les offensives de Wout Van Aert (Vérandas Willems-Crelan), Loïc Vliegen (BMC) ou encore Luke Rowe (Sky), le coureur batave a profité du travail de Rémi Cavagna et de Florian Sénéchal pour s’imposer en puissance au sommet du Nokereberg.

Fabio Jakobsen, encore quatrième sur À Travers la Flandre-Orientale voici dix jours, risque donc de se montrer à nouveau dans le final de quelques semi-classiques ou courses par étapes d’une semaine à l’avenir, au vue de son appétit de succès. Avec l’objectif de progresser dans ce monde professionnel qu’il découvre. Car son but est clair pour les prochaines années. Ou du moins, son rêve : « Gagner Paris-Roubaix ». Sous contrat jusque fin 2019, Fabio Jakobsen pourra toujours demander conseil à Niki Terpstra.

Résultats de la 73e édition de Nokere-Koerse (Deinze > Nokere, 191,1 km) :

Photo : Sigfrid Eggers/Quick Step Floors

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest