Paris-Nice : la course au Soler, Wellens et Teuns attendront pour briller

La pluie et les quelques montées abruptes prévues jusque Nice annonçaient une course épique, parfaite pour les guerriers belges, habitués à ces conditions détrempées. Mais ni Tim Wellens (Lotto-Soudal), ni Dylan Teuns (BMC) n’ont trouvé l’énergie pour faire la différence sur cette dernière étape de Paris-Nice. C’est finalement l’Espagnol Marc Soler (Movistar), à peine âgé de 24 ans, qui se montrait combatif et profitait des bonifications pour conquérir sa première course par étapes au niveau WorldTour, deux ans et demi après sa victoire sur le Tour de l’Avenir.

Il en fallait du courage pour descendre du bus et s’attaquer à cette huitième et dernière étape de Paris-Nice, disputée sous une pluie drue tout au long de la journée. Au vu des cols abordés et surtout des descentes à affronter, les favoris au classement général pouvaient clairement s’attendre à une course d’usure. Et pourtant, c’est plutôt une course d’attente qui attendait le maillot jaune Simon Yates (Mitchelton-Scott) et ses rivaux aux abords de Nice. Même quand l’Espagnol Marc Soler (Movistar), meilleur jeune et à moins d’une minute du leader au général, se lançait à l’offensive avec David De La Cruz (Sky) dans la côte de Peille, les équipiers du Britannique ainsi que ses adversaires les plus proches au classement restaient de marbre. Était-ce parce que Ion Izagirre (Bahrain-Merida), d’abord parti avec ses deux homologues espagnols, ne pouvait tenir la roue de ces grimpeurs ? Clairement, les favoris faisaient une erreur tactique en laissant ces deux hommes prendre l’avantage.

Dans le col des Quatre Chemins, dernière ascension de la journée dans les quinze derniers kilomètres de l’étape, Soler avait encore près de 45 secondes d’avance sur Yates, suffisant pour envisager la victoire finale, alors que les Belges Tim Wellens (Lotto-Soudal) et Dylan Teuns (BMC) faisaient sauter le maillot jaune de leur roue pour partir à l’assaut du général. Les deux coureurs noir-jaune-rouge regagnaient même espoir suite à la chute des deux frères Izagirre dans la descente vers Nice, leur autorisant un mince avantage sur les deux premiers au classement général provisoire. « J’ai pensé que ça allait le faire quand j’ai vu Simon Yates perdre le contact dans la montée et quand les frères Izagirre sont tombés dans la descente. Mais tout le monde est rentré malgré le fait que Dylan et moi avons roulé à bloc. Ils ont été très forts », confirmait un Wellens déçu à l’arrivée.

Wellens : « Dommage de passer si près du podium »

Les deux coureurs belges ont en effet tenté tant bien que mal de faire la différence sur cette courte montée finale, mais ils n’avaient visiblement pas assez d’énergie, soit pour anticiper, soit pour vraiment prendre leurs distances dans les derniers kilomètres vers la Promenade des Anglais. « C’est un peu dommage de rater le podium, de passer si près », ajoute Wellens. Car devant, pendant que le Limbourgeois et son homologue gantois étaient repris par le maillot jaune et les frères Izagirre, Marc Soler poursuivait sa course à bloc, sans s’inquiéter de ses compagnons d’échappée, De La Cruz et Omar Fraile (Astana), qui se disputaient la victoire d’étape, avec un avantage pour le coureur de la Sky, vainqueur à Nice pour la deuxième année consécutive. Grâce à ce dernier coup de rein et les sept secondes de bonification engrangées durant cette ultime étape, Soler s’offrait sa toute première course par étapes du WorldTour à seulement 24 ans.

Soler : « Nous avions prévu cette stratégie »

Le grimpeur espagnol, vainqueur du Tour de l’Avenir 2015, récoltait ainsi les fruits de son travail constant durant cette semaine intense. Avec une dernière attaque qui s’annonçait suicidaire avant de se transformer en coup de génie ! « Nous avions prévu cette stratégie avec nos équipiers et directeurs sportifs, nous avions choisi de lancer une attaque au long cours. Nous pensions qu’une grande échappée se formerait comme les précédentes années, mais cela n’est pas arrivé. (…) Maintenant, je dois progresser pas à pas. Ce n’est pas comme si je devais tout changer après une telle victoire : il faut rester calme et faire en sorte que les choses arrivent à soi tranquillement. Le plus important est désormais de continuer de progresser et de faire les choses justes », sourit Marc Soler après son succès prometteur, confirmant sa bonne condition après sa troisième place sur le Tour d’Andalousie, en février dernier. Il sera désormais attendu dans une semaine sur le Tour de Catalogne, avec cette fois le statut d’équipier de luxe pour Nairo Quintana et Alejandro Valverde.

Teuns : « Tu veux toujours plus »

Tim Wellens, lui, songe déjà à sa progression sur ce type d’épreuves, après sa cinquième place au général de ce Paris-Nice, à 16 secondes de Soler. : « Je savais que je pouvais être performant sur ces courses d’une semaine, comme à l’Eneco Tour, le Tour de Pologne ou le Tour de Guangxi, mais atteindre un tel niveau sur Paris-Nice, c’est autre chose. Avec un peu plus de réussite, j’aurais pu décrocher une étape ou le classement général final ». Un objectif qu’il renouvellera d’ici les prochaines classiques, et pourquoi pas sur le Tour de Catalogne, où il visera surtout un succès d’étape, au vu du profil plus ardu que Paris-Nice. Son compatriote Dylan Teuns espère également que cette Course au Soleil est un déclic pour la suite de sa carrière. « J’étais venu ici pour aider Tejay van Garderen. Après sa chute, je suis devenu le leader et j’ai dû trouver un autre état d’esprit. Je termine sixième au général (NDLR : à 32 secondes de Soler), cela a été une bonne semaine, mais évidemment en tant que coureur, tu veux toujours plus. Je dois construire sur ce résultat. (…) Je dois prendre la confiance engrangée durant cette semaine pour bâtir mon avenir sur ces courses », confie le Gantois de 26 ans, qui continue à grandir d’épreuve en épreuve.

 

Résultats de la 8e étape de Paris-Nice (Nice > Nice, 110 km) :

1. David De La Cruz (Esp, Team Sky) en 2h53’06”
2. Omar Fraile (Esp, Astana Pro Team)
3. Marc Soler (Esp, Movistar Team) à 0’03”
4. Patrick Konrad (Aut, Bora-Hansgrohe) à 0’38”
5. Tim Wellens (BEL, Lotto-Soudal)
6. Simon Yates (G-B, Mitchelton-Scott)
7. Dylan Teuns (BEL, BMC Racing Team)
8. Richard Carapaz (Equ, Movistar Team)
9. Gorka Izagirre (Esp, Bahrain-Merida)
10. Ion Izagirre (Esp, Bahrain-Merida)

> Cliquez ici pour découvrir les résultats complets.

Classement général final :

1. Marc Soler (Esp, Movistar Team) en 30h22’41”
2. Simon Yates (G-B, Mitchelton-Scott) à 0’04”
3. Gorka Izagirre (Esp, Bahrain-Merida) à 0’14”
4. Ion Izagirre (Esp, Bahrain-Merida) à 0’16”
5. Tim Wellens (BEL, Lotto-Soudal)
6. Dylan Teuns (BEL, BMC Racing Team) à 0’32”
7. Patrick Konrad (Aut, Bora-Hansgrohe) à 0’44”
8. Alexis Vuillermoz (Fra, Ag2r-La Mondiale) à 1’54”
9. David De La Cruz (Esp, Team Sky) à 2’15”
10. Felix Großschartner (Aut, Bora-Hansgrohe) à 2’35”

> Cliquez ici pour découvrir les résultats complets.

Photos : ASO/Alex Broadway

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest