Tour d’Andalousie : Tim Wellens frappe fort face aux meilleurs grimpeurs de la Ruta del Sol

La montée vers le village d’Alcala de los Gazules, concluant la quatrième étape du Tour d’Andalousie, était annoncée comme une grande chance pour les grimpeurs-puncheurs aux avant-postes du classement général. Un mur de 1200 mètres, des phases à 18 % et surtout des passages pavés. Le Limbourgeois Tim Wellens (Lotto-Soudal) en a profité pour faire parler ses qualités explosives et prendre l’avantage sur Mikel Landa (Movistar).

On connaît depuis longtemps les qualités de puncheur de Tim Wellens. Le Trudonnaire de 26 ans a une facilité dans les côtes qui le place en candidat permanent sur les côtes et cols de moins de dix bornes. Et sur les murs, le gaillard de la Lotto-Soudal se débrouille également à l’image de ses succès sur les 6e étapes de l’Eneco Tour 2014, 2015 et 2017, sa troisième place sur le Strade Bianche l’an dernier ou encore le GP de Wallonie, la même année. Alors, au vu de sa belle prestation au sommet de La Guardia de Jaén jeudi, Wellens était attendu parmi les meilleurs sur le mur final de cette 4e étape vers Alcalà de los Gazules. Cette fois, le tracé se voulait en prime encore plus compliqué vu les passages dans les ruelles étroites et pavées du village historique d’Andalousie.

Ainsi, si la Sky et Astana montraient les crocs rapidement en tête du peloton pour rattraper l’échappée du jour, menée par Sep Vanmarcke (EF Education First-Drapac) et Andrey Amador (Movistar), les deux formations semblaient complètement disloquées à l’entame de la montée finale. Alors que Chris Froome (Sky) se retrouvait bloqué à l’arrière du peloton suite à une crevaison à près de cinq bornes du but, le leader du général Wout Poels (Sky) était lui quelque peu bloqué par un autre coureur lors de l’offensive très rapide menée par Mikel Landa (Movistar), dès les premières pentes à deux chiffres. Tim Wellens suivait directement le grimpeur espagnol, non sans mal malgré les quelques pavés qui semblaient pourtant mieux lui convenir.

La légère descente à 500 mètres du but permettait heureusement à Wellens de reprendre la roue de Landa, avant de le déborder pour les 300 derniers mètres. La bonne tactique visiblement : Wellens prenait mètre après mètre sur le Basque et allait finalement s’imposer en force sur la petite place du village, devant des habitants survoltés. Landa concluait la montée avec 5 secondes de retard, Wout Poels suivait à 13 secondes. Un écart suffisant pour le leader de Lotto-Soudal qui récupère ainsi le maillot rouge de leader avant le contre-la-montre final de 14,2 kilomètres prévu le lendemain. Il sera difficile pour Wellens de tenir la distance face notamment à Poels ou Jakob Fuglsang (Astana), mais cette victoire va clairement le mettre en confiance en vue du printemps. Comme en 2017, le Limbourgeois réussit un début de saison exceptionnel avec deux victoires (contre trois l’an dernier) sur des tracés ardus, face à adversaires de renom. Le potentiel est là, il reste désormais à le confirmer durant le prochain printemps !

Photo : Twitter/Ruta del Sol


Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 27 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest