Bjorg Lambrecht privé de Tour Down Under à cause de l’UCI (mise à jour)

Déception pour le néo-pro belge Bjorg Lambrecht (Lotto-Soudal). Alors qu’il espérait prendre part à sa première course professionnelle, ce mardi, à l’occasion du Tour Down Under, en Australie, le règlement mis en place par l’Union Cycliste Internationale (UCI) l’empêche finalement de participer à cette première épreuve de la saison. Lotto-Soudal ne veut prendre aucun risque avec son coureur, même si la faute vient visiblement… de l’UCI elle-même.

« L’UCI a informé Lotto-Soudal que le néo-pro Bjorg Lambrecht ne peut prendre part au Tour Down Under », annonce l’équipe belge par voie de communiqué. Que s’est-il donc passé ? Un contrôle antidopage manqué ? Un test positif avant même le début de la saison ? Rien de tout cela. Le problème vient du nouveau règlement mis en place par l’UCI quant aux néo-pros. Depuis cette saison, les professionnels « première année » actifs dans une équipe du WorldTour ne doivent plus passer trois contrôles antidopage pour la mise en place de leur passeport biologique, mais doivent remplir leurs « whereabouts » au moins six semaines (42 jours) avant le départ de leur première course WorldTour. Les « whereabouts » sont en fait des informations que les cyclistes doivent indiquer dans le système informatique ADAMS pour indiquer leur localisation, une heure par jour, en vue d’un possible contrôle antidopage inopiné.

Mais selon l’équipe Lotto-Soudal, après l’organisation de trois séminaires pour apprendre aux néo-pros à utiliser le système ADAMS de « whereabouts », Bjorg Lambrecht a reçu le lendemain ses codes d’accès. Sauf que le séminaire en anglais que le jeune coureur de 20 ans a suivi a eu lieu le 14 décembre dernier, et Bjorg Lambrecht a reçu ses codes le 15 décembres, avec le message selon lequel il devait remplir ses « whereabouts » dès le 17 décembre. Soit 30 jours avant le Tour Down Under, course à laquelle Bjorg Lambrecht était pourtant enregistré sur la liste des partants. Et vu le nouveau règlement de l’UCI, le coureur belge semblait en retard… à cause de l’UCI justement, indique Lotto-Soudal.

Sans confirmation, pas de départ

La formation belge a bien tenté de s’expliquer auprès de l’UCI et demandé une dérogation spéciale pour permettre à Bjorg Lambrecht de disputer sa première course de la saison, ce mardi. La fédération internationale n’a finalement pas envoyé de confirmation écrite : Lotto-Soudal préfère donc ne prendre aucun risque et ne laissera pas son coureur participer au Tour Down Under. Il pourra toutefois prendre part à la Cadel Evans Great Ocean Road Race, le 28 janvier prochain, 42 jours après ses premiers « whereabouts ».

Lire aussi : Les dix cyclistes à suivre en 2018, parmi lesquels Bjorg Lambrecht

« C’est une énorme déception », réagit logiquement Bjorg Lambrecht. « Nous sommes arrivés en Australie il y a une semaine, je me sentais bien dans le groupe, vraiment excité avant ma première saison pro, et maintenant, c’est une énorme déception quand vous entendez que vous ne pouvez pas prendre le départ. Mais évidemment, nous ne pouvons prendre aucun risque. Je vais rester ici (en Australie, NDLR) pour m’entraîner durant une semaine, puis je me rendrai avec l’équipe à Melbourne pour la Cadel Evans Great Ocean Road Race ».

Lire aussi : Notre présentation complète du Tour Down Under

L’UCI a répondu

L’UCI a attendu près de vingt-quatre heures avant de répondre aux accusations de Lotto-Soudal. Par voie de communiqué, la fédération internationale a affirmé que la Cycling Anti-Doping Foundation (CADF) n’a reçu l’enregistrement de Bjorg Lambrecht pour la saison 20188 que le 11 décembre. « Lotto-Soudal avait donc dépassé le délai de six semaines pour pouvoir participer au Tour Down Under. La date limite était le 5 décembre », explique l’UCI, qui ajoute que le règlement autour des néo-pros existe depuis 2009 et a depuis été prolongé aux équipes WorldTour et continentales professionnelles.

Lotto-Soudal a directement répondu sur les réseaux sociaux à cette offensive de l’UCI. L’équipe a dévoilé une confirmation d’e-mail d’une des responsables administratives de l’équipe Valérie d’Haeze au CADF. Celle-ci confirme à un membre du CADF que la liste de la fondation concernant Lotto-Soudal est à jour, avec notamment le nom de Lambrecht à l’intérieur. Seule petite différence : le prénom du jeune néo-pro contient une petite faute, soit un « n » à la fin au lieu du « g ». Est-ce cette infime erreur qui a provoqué les problèmes autour de la participation de Bjorg Lambrecht au Tour Down Under ? L’affaire risque en tout cas de se poursuivre…

Photo : Wikimedia Commons/Jérémy-Günther-Heinz Jähnick 


Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 27 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest